Votre première EDM: le nouvel EP Repill est presque là et c’est définitivement quelque chose que vous voudrez avaler [Blackout]

Le roi de la caisse claire circulaire de D&B, Redpill a travaillé beaucoup de collabs et de compilations récemment, notamment le jam surprise qui est «Energy» avec AMC, sorti la semaine dernière. Il l’a certainement mélangé, mais nous n’avons pas vu de sortie solo multipiste du Français dans une minute chaude. Tout cela est sur le point de changer, cependant, alors que Redpill retourne à son Blackout pour sortir. Effacer ce vendredi 5 mars. Qu’il suffise de dire que cela valait la peine d’attendre.

Dans la veine du mélange, aucune piste sur Effacer est quelque chose comme les autres. Du point de vue stylistique et de la production, on peut dire que c’est Redpill, mais ils vont tous dans des directions différentes. La chanson titre de l’EP avec Kryptomedic démarre avec un retour en forme: plus de caisses à cyclone que vous ne le pensiez même pourraient tenir dans un morceau de musique et des transitions de phrases profondes et lourdes qui crient juste du neurofunk classique.

L’avant-dernier morceau «I Am With You» prend l’EP dans une direction complètement différente avec le son avec sa voix féminine éthérée et une sorte de rythme de club. Il y a encore beaucoup de caisses claires rapides et une répartition des basses environ toutes les trois phrases, mais dans l’ensemble, cette piste a une ambiance plus légère et plus universelle. Le dernier morceau, «Yellow Laugh», contient également de fortes mélodies. Avec les sous-basses lourdes et les caisses claires scramble plus lourdes, il fait un bon travail en liant l’EP ensemble.

En parlant de brouillage, notre première si la piste « Brokn » est définitivement en tête de toute autre tracklist pour 2021 jusqu’à présent. Le chaos organisé est le nom du jeu ici, car « Brokn » s’ouvre avec ce qui ressemble à un transformateur qui se met sous tension, et cela ne fait que devenir plus technique à partir de là. La partie synthé de cette piste est consacrée à un mélange fortement syncopé de sons statiques de machines crunching et de sons discordants alors que le drop lance la piste complète. Pour une fois, les caisses claires sont assez minimes ici mais avec l’intention d’avoir une spirale d’une certaine forme dans chaque piste, Redpill fait de l’arrière-plan et transforme le synthé la seule mélodie de la piste en un ouragan absolu. De même, la liquidation de la pause et de l’outro est également une mégastorm. La signature de Redpill ne va nulle part, les enfants.

Une version très complète et diversifiée en effet, Effacer semble prendre toutes les meilleures parties du style classique de Redpill et de l’anti, en ajoutant des mélodiques, de nouvelles techniques de synthé et une histoire sonore qui laisse l’auditeur deviner. C’est juste le genre d’évolution que vous voulez voir d’un artiste préféré: enraciné dans le style qui en a fait un favori, mais se ramifiant et grandissant dans des directions que les fans n’auraient jamais cru possibles.

Effacer tombe sur Blackout ce vendredi 5 mars. Précommandez ici.

Revenir en haut de page