Vos questions-réponses et votre première EDM : le nouvel EP « Ellis » de 1st Base Runner arrive [Video]

L’amour des modulateurs (dont tous les fans d’EDM devraient posséder un peu) peut vous faire perdre des trous de lapin musicaux intéressants, pas nécessairement conventionnels. En tant que premiers fournisseurs de sons électroniques dès les années 1920, les mods ont joué un rôle déterminant (pardonnez le jeu de mots) dans la création de toutes les formes de musique électronique, y compris l’EDM, jusqu’à nos jours. Cela dit, ce ne sont pas seulement les producteurs d’EDM qui sont des têtes de mod, et en fait, à mesure que l’EDM grandit, les artistes de tous les autres genres, y compris le rock indépendant, se tournent vers les mods pour créer des sons électroniques uniques mais reconnaissables pour leur propre travail. 1st Base Runner est l’un de ces artistes indépendants.

La différence entre la façon dont les mods et l’électronique sont utilisés dans le monde indépendant aujourd’hui par rapport à auparavant (voir: new wave, krautrock, et al.), est que la production électronique est plus que jamais intégrée dans les sons rock analogiques relatifs. Plutôt que d’être un plat d’accompagnement ou un accompagnement, les mods et les logiciels qui créent le rock indé électronique sont non seulement intégrés mais font partie intégrante du son.

Venant de signer chez Universal pour sa distribution, 1st Base Runner (1BR) est sur le point de rejoindre une liste d’élite d’artistes indie EDM et indie rock qui ont brisé le moule et chevauché plusieurs genres tout en créant un son unique qui trouvera des fans sur les deux côtés de la division électronique. Avec une sensibilité Radiohead et une capacité de mod de niveau Venetian Snares, 1BR se dirige vers son prochain EP avec l’ancien collaborateur du groupe et homonyme du projet, Bryan Ellis concentré sur ce son unique et ce qu’il signifie à la fois musicalement et personnellement.

Ce n’était qu’une question de temps, après avoir suivi 1st Base Runner, prénommé Tim Husmann, avant que nous commencions à nous démener pour interviewer l’artiste basé à Austin ici à Your EDM, et cela ne vient pas trop tôt après le succès et l’intérêt de l’industrie de son premier album, Smême des années de silence et avant Ellis et ses nombreux autres projets à venir ont frappé. Découvrez ces mots de l’artiste insaisissable et parfois cryptique sur sa vie, son époque et ses mods. La première du single « Flux » du prochain EP suit l’interview.

Questions d’abord : pourquoi avez-vous décidé d’arrêter de travailler sur les tournées d’autres musiciens et de vous concentrer sur votre travail en solo ?

Il y avait un sentiment ardent de doute de soi que j’étais incapable de concilier. À certains égards, il a toujours été plus facile de jouer un rôle.

Quelle est la signification du nom du projet, 1er coureur de base ?

Je pense que cela s’adresse à l’éléphant dans la pièce : le désir de devenir réel. C’est aussi un jeu sur ma condition physique.

Votre premier album, Sept ans de silence, semblait qu’il y avait beaucoup d’ouverture émotionnelle requise et, malgré le fait d’avoir beaucoup de styles musicalement, ses chansons étaient sans équivoque des morceaux de réflexion/sentiment. avec Ellis, le travail semble toujours émotif, mais il est plus doux et réfléchi, thématiquement. Quels types d’émotions essayiez-vous d’évoquer sur cet EP par rapport à Sept ans…?

Sept ans… était ce que je devais explorer pour redevenir libre ; une récupération d’espace sonore en quelque sorte. Les Ellis EP était un effort de collaboration avec un ancien membre du groupe d’Austin, Bryan Ellis. C’était un retour à l’origine, mais à travers le prisme d’être une fois enlevé. L’espoir était de revisiter le sentiment de nostalgie des adolescents, peut-être mélangé à une notion adulte d’acceptation.

En parlant de différences entre les deux versions, alors que Sept ans… avait beaucoup de choses sur le plan stylistique et chaque piste semblait complètement différente de la précédente, Ellis se sent plus lié à un thème singulier. Quels étaient les thèmes que vous alliez pour cette fois?

Oui. Sept ans… Il s’agissait plutôt de se tenir debout au soleil après avoir été recouvert de boue. À propos de posséder les fluctuations et d’être toujours d’accord avec elles dans le miroir. Ellis est une tentative de réconciliation et de recherche de sens dans la vie antérieure; en essayant d’exister dans un monde singulier.

Vous venez de sortir une vidéo de performance pour un single unique, une reprise de « Rabbit In Your Headlights » du projet UNKLE de Thom Yorke, une version que l’on pourrait appeler un remix puisque vous avez essentiellement réécrit la chanson avec des mods . Vous avez fait un format similaire avec votre reprise/remix de « A Hymn » de IDLES. Qu’est-ce que vous aimez dans le remix de morceaux indépendants comme celui-ci avec des mods ?

La possession. Ce n’est pas une couverture appropriée si cela est fait à travers la même lentille. Il doit être rendu entier et différent en soi.

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans les vidéos de performance de style podcast ? Y a-t-il une raison particulière pour laquelle vous les appréciez pour vos reprises/remix ?

Je les trouve assez maladroits, mais pour être réels, nous devons tous exister quelque part. Être rendu réel, c’est être mis à nu. Il y a un sentiment que j’apprécie en chacun d’eux.

Vous avez clairement indiqué que vous étiez un mod sur votre Instagram et ailleurs, et vous avez exposé un certain nombre de vos builds. Qu’est-ce que vous appréciez chez eux et comment pensez-vous qu’ils vous aident à exprimer votre style ?

Ils donnent une profondeur et un clin d’œil à d’autres artistes que j’apprécie vraiment. Des gens qui m’ont forcé à penser et à ressentir.

Est-ce que le désir de se concentrer sur les modulateurs a tellement influencé votre décision de vous éloigner des tournées ?

Non, les tournées sont une nécessité. Je suis en train de monter un groupe live depuis quelques mois. J’espère vraiment que la programmation sera bientôt terminée. La musique doit être accessible dans la vraie vie. Bien que je puisse naturellement préférer être un ermite.

En termes de style, il y a beaucoup d’artistes que l’on pourrait nommer qui semblent vous avoir influencé, mais selon vous, quels artistes ont le plus contribué à façonner votre conscience musicale ?

Je pense qu’il y a beaucoup de références disponibles ici, des Louvin Brothers à Tones On Tail. Je veux transmettre une humeur plus qu’un style. Tout ce qui crée un sentiment, bon ou mauvais, est toujours pertinent dans mon monde. Je pense que ma conscience musicale a été façonnée par les expériences de vie vécues. J’ai tendance à rechercher des sentiments dans tous les genres. Parfois, ces sentiments correspondent à l’endroit où j’en suis dans la vie.

En ce qui concerne les vidéos publiées jusqu’à présent qui ne sont pas basées sur des performances ou un studio à caméra unique, il semble que vous ayez une esthétique assez spécifique en tête qui semble bien se fondre avec votre son. Comment avez-vous trouvé ces réalisateurs et envisagez-vous d’avoir une esthétique similaire à l’avenir ?

J’ai eu la chance de rencontrer Dilly Gent (ancienne directrice artistique de Radiohead), car ma partenaire Lisa a fait un rêve en lui indiquant qu’elle devrait l’appeler. Un directeur de création, c’est un peu comme un sorcier tirant des leviers derrière le rideau. Dilly a une compréhension approfondie du projet 1BR dans son ensemble et réfléchit beaucoup au réalisateur qui conviendrait le mieux à mes clips.

Dilly m’a mis en place avec Matt Mahurin pour « Break Even » et « Only One » et nous avons vraiment cliqué. Matt est un peu un savant créatif et un photographe, artiste, réalisateur et enseignant très respecté. Il fabrique littéralement tous les accessoires (vous voyez dans les vidéos) à la main. Il a fait venir un enfant acteur vraiment talentueux pour me jouer dans « Break Even », qui raconte que je suis dans un accident de voiture la veille de Noël juste avant mon 6e anniversaire. Ce sont des sujets sombres mais la vie est désordonnée. Surmonter les défis est aussi compliqué, mais cela vous donne du courage, et Matt a fait un travail magnifique en mettant mon histoire d’origine sous une forme visuelle artistique. Je pense que l’esthétique est à la fois sombre et pleine d’espoir, simultanément.

En parlant d’avenir, à part la sortie imminente d’Ellis, qu’avez-vous à venir en termes de sorties, de vidéos ou de développements généraux ?

Professionnellement, j’ai deux EP à venir : Rodeur nocturne, qui est un enregistrement électronique à quatre pistes avec un sombre flux de conscience, et Rugissements légers, un projet de groupe électronique « live » à cinq pistes. Je me rendrai à Montréal en janvier pour avoir Lirugissements mixé à Hotel 2 Tango, le célèbre studio d’enregistrement analogique. Nous avons récemment signé chez Universal en tant que bras de distribution grâce à l’aide de Rob Gordon. Les spectacles live seront annoncés début 2022. A part ça, j’ai récemment eu la chance d’acquérir une ondes Martenot, (un premier mod/clavier électronique inventé en 1928).

Ellis sortira dans son intégralité le 9 décembre. En attendant, consultez 1st Base Runner’s Sept ans de silence LP sur Bandcamp ou Spotify et ses autres vidéos austères et belles sur YouTube.

Crédit photo en vedette : Dilly Gent