Tomorrowland 2021 peu probable après que le gouvernement belge ait rejeté la demande de permis – EDM.com

Malgré des perspectives optimistes ces dernières semaines, il semble que Tomorrowland abandonnera ses dates de 2021 après que le gouvernement belge a rejeté la demande de permis du festival.

Selon Actualités de la VRT, les maires de Boom et Rumst ont refusé un permis pour accueillir le festival de musique massif, qui est actuellement prévu du 27 au 29 août et du 3 au 5 septembre. Lors d’une conférence de presse, ils auraient cité « les risques pour la sécurité et la santé publiques » comme incitation au rejet.

Les organisateurs ont qualifié la décision de « coup de massue » après que Tomorrowland – l’un des festivals de musique de danse électronique les plus populaires au monde – avait déjà été reporté en raison de l’impact de COVID-19.

« Nous n’avons pas eu de festival depuis deux ans, ce qui est très difficile à la fois financièrement et émotionnellement pour toute notre équipe », a déclaré la porte-parole Debby Wilmsen dans un communiqué traduit du néerlandais. « Nous étions si enthousiastes à ce sujet, et tout semblait positif. »

« Après 15 ans de coopération intensive avec les municipalités de Boom et Rumst, cela semble très aigre », a poursuivi Wilmsen. « Nous trouvons cela très regrettable après les nombreuses préparations et conversations constructives que nous avons eues. Nous ne savons pas pendant un moment ce qui nous arrive. »

VRT décrit trois raisons du refus du permis. « Le décret ministériel concernant la capacité maximale des événements à partir de la mi-août (75 000 personnes) n’a pas encore été publié. C’est pourquoi les maires ne peuvent légalement autoriser que des événements jusqu’à 400 personnes pour le moment », selon un communiqué de Tomorrowland.

Un autre goulot d’étranglement est le manque de police. « Si les forces de police doivent effectuer des opérations d’identité et de corona supplémentaires [sic] contrôles à Tomorrowland, alors il y aura une capacité insuffisante pour leurs tâches essentielles », poursuit le communiqué du festival. « Mais nous comprenons que les deux arguments sont résolus très rapidement, lorsque le décret ministériel est publié, et si les contrôles d’identité sont effectués par la sécurité privée entreprises peuvent être exécutées.

Enfin, GEMS, un groupe consultatif chargé de la réponse du pays de Belgique au coronavirus, aurait eu des inquiétudes malgré le plan estival prometteur du Premier ministre Alexander De Croo pour les grands festivals.

La nouvelle de l’annulation imminente de Tomorrowland est en contradiction avec une déclaration partagée par les organisateurs le 11 mai en réaction aux commentaires de De Croo, qui a affirmé dans un tweet que les grands festivals devraient être possibles dans la seconde moitié de l’été 2021.

« Nous sommes ravis et reconnaissants d’apprendre que le gouvernement belge a donné une perspective réaliste pour les grands festivals en Belgique vers la fin de l’été », lit-on dans le communiqué de Tomorrowland. « Cette perspective n’est pas seulement encourageante pour Tomorrowland en tant qu’organisation, mais aussi pour les plus de 1 500 fournisseurs et leur personnel. »

Tomorrowland attire environ 400 000 personnes chaque année, un chiffre vexatoire pour les résidents locaux craignant une propagation potentielle du COVID-19. VRT rapporte que le conseil de quartier du domaine provincial De Schorre avait mis en doute une « édition sécurisée contre le coronavirus » de Tomorrowland en raison de son immense audience internationale.

Le maire de Rumst, Jurgen Callaerts, qui a noté que « le risque épidémiologique est actuellement très élevé », se tourne déjà vers 2022. « Nous espérons surtout pouvoir à nouveau accueillir Tomorrowland en 2022, dans les mêmes circonstances qu’en 2019 », a déclaré Callaerts. « Mais ce festival arrive trop tôt maintenant. Il n’est pas sage de laisser un événement de cet ordre avoir lieu. »

Wilmsen a déclaré que Tomorrowland envisage les prochaines étapes à la suite du rejet de la demande de permis. « Le maire de Boum et son conseil nous ont indiqué que nous pouvons saisir le Conseil d’Etat contre cette décision », a-t-elle déclaré avant de déplorer la décision comme une « énorme catastrophe ».

« Une deuxième année consécutive sans Tomorrowland est un énorme désastre pour notre entreprise, mais aussi pour les 1 500 fournisseurs, indépendants et milliers d’employés impliqués », a poursuivi Wilmsen. « En organisant Tomorrowland, des centaines de personnes y travaillent jour après jour, pendant une année entière, avec beaucoup de passion. Cela doit s’installer pendant un certain temps. »