Sylvan Esso partage un partenariat mystique sur l'amour libre | La revue

The Lowdown: À première vue, la foule à un spectacle Sylvan Esso peut sembler immobile. Affinez le monticule de corps, cependant, et vous verrez que le contraire est vrai: la foule bouge à l’unanimité. «Imaginez que vous êtes l’algue de la grotte d’Ursula», a déclaré la chanteuse principale Amelia Meath lors du concert Tiny Desk 2015 du groupe. Bien qu'elle se soit grincée après avoir partagé cette pensée, c'était une manière extrêmement précise de décrire la réaction physique innée que le groupe provoque.

Composé de Meath et du producteur Nick Sanborn, le duo s'est formé en 2013 après avoir déniché la puissance de leurs talents combinés. Meath a dit à son patron de l'époque Feist: "C'est une sorte de musique électronique et il va faire des beats et je vais chanter et ça va être énorme et incroyable", selon un Divertissement hebdomadaire entretien. Et c’est vrai. Tous deux musiciens fascinants à part entière, leur partenariat est si intuitif et intime qu'il a finalement abouti à un mariage.

Maintenant sur leur troisième album majeur, Sylvan Esso n'a pas encore sorti un projet qui est moins captivant que leurs débuts. Et bien qu'il n'y ait peut-être pas d'algues sasha avec des étrangers dans un avenir prévisible, Amour libre consomme suffisamment pour reproduire la sensation.

Le bon: Amour libre est une démonstration étonnante de la preuve que Sylvan Esso a presque perfectionné leur partenariat mystique. L'album déborde de «What If», un poème dévorant qui encourage une remise en question approfondie de la nature même de notre existence. «Et si End était Begin? Alors les hommes seraient-ils comme des mères? Meath demande, accentuée par la production de soutien de Justin Vernon qui se construit au fur et à mesure de ses questions. (Amour libre est également le premier disque où Meath a un crédit de coproduction.) Avec sa signature, instrument à vent fantaisiste d'une voix, Meath transforme même les questions les plus effrayantes en un positionnement paisible.

Rassurez-vous, Sylvan Esso ne s'attaque pas exclusivement aux grandes questions de la vie sur Amour libre. Tout aussi présent sur l'album est un souvenir constant de la jeunesse, contrastant le très majoritairement complexe en puisant dans l'intensité de nos sentiments les plus instinctifs. La «Grande Roue» cyclique raconte une romance estivale alimentée par la sueur et la sensualité: «Quand je claque dans mes chaussures de danse / Asphalte est chaud et mes genoux tout meurtris / C'est l'été qui a beaucoup à prouver / J'ai hâte de le faire ça, pouvez-vous? Elle est alors répondue par un choeur de voix d'adolescentes qui crient en retour: «Non!» Il est libre, railleur, juvénile et coquin, axé sur les sensations sensorielles indéniablement humanistes.

Plus tard, sur le rédempteur «Numb», le duo est plus explicite, en disant: «Pas aussi facile que ton ABC / Je dois bouger ton corps comme un gamin que tu vois», sur un battement tremblant et entre les encouragements à «secouer l'engourdissement . » Il est orienté vers la solution: pour repousser la peur existentielle, Sylvan Esso puise dans le juvénile.

Le mauvais: Amour libre est exactement le projet que vous attendez de Sylvan Esso. Il est compilé des mêmes éléments qui ont propulsé le groupe à son statut actuel: la production hi-fi de Sanborn bondit mais décide finalement de soutenir la voix douce et fluide de Meath, qui démêle des bobines de paroles viscérales et existentielles. Il n'y a pas de surprises, pas de chansons qui remettent en question leur musicalité établie, pas de risques pris. Il peut même sembler facile de qualifier cet album de réducteur ou de simpliste, de rechercher un tube électrisant et de se trouver court.

Amour libre est un album intrinsèquement apaisant, mais placé dans le contexte de l’année de sa sortie, sa prévisibilité est pratiquement un cadeau. Chacune des 10 chansons continue de s'appuyer sur les fondations que Sylvan Esso a posées au cours des sept dernières années. Ce n’est ni ennuyeux ni répétitif malgré l’attente; c’est juste l’album exact que vous voulez qu’ils sortent. Après tout, n'y a-t-il pas eu assez de choc cette année?

Le verdict: Amour libre est un album que vous parcourez, un album qui vous encourage soigneusement à bouger avec lui et à vous déplacer à travers lui, défie votre existence et vous pousse à ressentir, puis vous dépose légèrement à quelques mètres. C’est un véritable témoignage du partenariat fécond de Sylvan Esso. Tout au long de l’album, le ton nostalgique de Meath est fait pour briller par la production de Saban, si bien que se rebondissent les uns les autres, c’est comme s’ils venaient à l’air en même temps. Et même si ce n’est peut-être pas un projet extrêmement inventif, c’est sans doute le meilleur que le groupe ait réalisé jusqu’à présent.

À la fin de l'album, nous entendons Meath soupirer et dire "cool!" presque avec une touche de surprise, insinuant que ce qu'ils ont créé était si une seconde nature, sa quasi-impeccabilité était presque un accident.

Pistes essentielles: «Frequency», «Rooftop Dancing» et «Numb»

Procurez-vous un exemplaire de Free Love de Sylvan Esso ici…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page