SIX PIEDS SOUS Cauchemars des décomposés

Six pieds sous terre n'est pas étranger aux changements de line-up. En fait, il y a eu une toute nouvelle line-up pour les 4 derniers albums sortis par Six pieds sous terre, avec Chris Barnes au chant étant le seul membre cohérent. Dans leur album précédent Tourmenter, les tâches d'écriture étaient dirigées par le bassiste Jeff Hughell enregistrant lui-même les parties de guitare et de basse avec Marco Pitruzzella (ex-Exercice cérébral, batteur de studio pour Anneaux de Saturne). Cette fois-ci, Jack Owen, depuis longtemps Cadavre cannibale même à l'époque Barnes, le guitariste a rejoint les rangs et est responsable de la plupart de l'écriture sur Cauchemars des décomposés. Le long de la balade est également Ray Suhy, de Cadavre de cannabis, qui complète le courant SFU alignement pour être assez dangereux sur le papier.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Ce que nous faisons Cauchemars des décomposés est une approche légèrement différente des albums précédents. Ce n’est pas un choc qu’un Six pieds sous terre L'album n'est pas axé sur la vitesse et la batterie ultra-rapide, mais un son de death metal plus groove. Cauchemars des décomposés va encore plus loin dans le domaine des boues, ce qui était certainement inattendu mais pas vraiment indésirable. Après avoir ouvert l'album avec «Amputator», une chanson de death metal plus rapide à choisir un trémolo a définitivement inspiré l'esprit classique. Cadavre cannibale, nous entrons directement dans "Zodiac" avec un slog boueux d'accords de puissance haletants. En fait, après "Amputator", la seule autre chanson qui dérive vers ce territoire plus rapide est le plus proche "Without Your Life". Encore une fois, assez comparable pour le cours sur un Six pieds sous terre album, mais généralement pas si loin dans la boue.

Cependant, ce n’est pas le changement de style qui me dérange, mais la réalisation de l’album dans son ensemble. Beaucoup de ces chansons dégagent une telle ambiance qu'il s'agissait de démos de pré-production, ou simplement d'idées enregistrées sur lesquelles Barnes a décidé de se prononcer. Ils n'ont pas le sens d'un outro et se terminent parfois sans cérémonie après avoir répété le même riff encore et encore. «The Noose» se termine avec les guitares qui coupent apparemment le volume, «Without Your Life» se termine brusquement et revient pour un dernier accord crash, et «The Rotting» se termine presque à mi-riff.

Ce ne serait pas vraiment un problème si les morceaux avaient l'impression de se développer un peu plus loin qu'un riff A et un riff B. Des chansons comme "Drink Blood Get High" ou "Migraine" sont terriblement répétitives sur les mêmes idées encore et encore que quand elles se terminent si soudainement, c'est définitivement discordant. Je suppose que l'intention est pour une sensation minimale et brute, mais cela se révèle vide et sans beaucoup de caractéristiques exceptionnelles, à une exception près.

Rien ne confirme plus mes observations que lorsqu'il y a un solo de guitare. Owen et Suhy semblent avoir partagé des tâches principales, et chaque solo de cet album est vraiment époustouflant et spectaculaire, mais c'est presque TROP bien. Il se démarque autant que peut-être la seule chose en production à laquelle on a consacré du temps et des efforts. Il y a rarement un moment où des lignes principales apparaissent comme un travail de guitare de fond ou une sorte d'ajout au son. On a l'impression que ces morceaux ont été donnés à un guitariste principal pour qu'il réponde des solos en pensant que les morceaux allaient être développés et décortiqués avec un peu plus de finesse. Et au lieu d'un solo de guitare qui se démarque avec une étoile, c'est devenu un pouce assez endolori.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Et je ne peux pas laisser passer ça sans parler de la voix de Barnes sur cet album. En termes simples, les voix sont pénibles à écouter. Cela n'aurait pas valu la peine de mentionner si plusieurs chansons n'avaient pas pris le temps de couper l'instrumentation pour présenter sa voix sans aucun tampon («Zodiac», «The Noose»). Les grognements sont ceux d'un plein- chat domestique adulte piratant une boule de poils, et les «hauts» ne peuvent être décrits que comme une cartouche NES glitching. C'est mauvais. C’est tellement grave que c’est distrayant. Je ne sais pas si c’est un produit de l’âge de Barnes, ou d’années de mauvaise technique, car nous savons tous qu’il fut un temps où sa voix était sans précédent. Et ce n’est pas amusant de le dire, mais cette performance n’est tout simplement pas bonne.

À son meilleur, Cauchemars des décomposés ça va, mais au pire, c’est ennuyeux. Je pense que l’album avait un grand potentiel avec certaines des nouvelles directions et avec le nouveau personnel, mais n’a pas exécuté correctement ce qui aurait pu être. "Amputator" est une lumière vive dans l'album étant donné le classique Cadavre cannibale saveurs, mais c'est à peu près tout. Vous voudrez peut-être laisser passer cet album.

Résultat: 6/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page