RIP Bunny Wailer, membre fondateur de The Wailers Dead à 73 ans

Bunny Wailer, membre fondateur des Wailers aux côtés de Bob Marley et Peter Tosh, est décédé à l’âge de 73 ans.

Selon le Observateur de la Jamaïque, Wailer est décédé le mardi 2 mars à Kingston, en Jamaïque. Aucune cause de décès n’a été donnée, mais Wailer était entrée et sortie de l’hôpital depuis qu’elle avait subi un accident vasculaire cérébral l’année dernière.

Wailer est né Neville Livingston le 10 avril 1947. Enfant vivant dans la paroisse de St. Ann en Jamaïque, il s’est lié d’amitié avec Bob Marley. Les garçons se sont encore rapprochés lorsque, après la mort du père de Marley en 1955, la mère de Marley a emménagé avec le père de Livingston.

En 1963, Livingston et Marley, avec leur ami Peter Tosh, ont déménagé à Kingston et ont formé un groupe de reggae appelé The Wailing Wailers (plus tard abrégé en The Wailers). Le trio a connu un succès presque immédiat, en tête des charts jamaïcains l’année suivante avec leur premier single, «Slimmer Down».

Livingston, qui a finalement adopté le nom de Bunny Wailer, est reconnu pour avoir fourni les harmonies sur de nombreuses chansons des Wailers, et peut être entendu sur «Dreamland», «Riding High», «Brain Washing», «Keep On Moving», « Reincarnated Souls »et« Hallelujah Time », entre autres enregistrements.

Cependant, alors que Marley devenait de plus en plus populaire en tant que leader du groupe, Wailer a vu son rôle dans The Wailers diminuer. Après avoir refusé de participer à une tournée de clubs de monstres aux États-Unis, ce qui allait à l’encontre de ses principes Rastafari, Wailer a finalement quitté les Wailers en 1973.

Wailer a connu plus tard le succès en tant qu’artiste solo avec la sortie de Homme Cœur Noir en 1976. Il a également fait équipe avec d’autres légendes du reggae Sly et Robbie pour Bunny Wailer chante les Wailers, dans lequel il a réinventé la musique des Wailers dans le style du reggae roots et du dancehall.

Dans les années 1990, Livingston a remporté trois fois le Grammy Award du meilleur album de reggae. Sa première victoire est survenue en 1991 pour Le temps nous le dira: un hommage à Bob Marley. Il a remporté le prix à nouveau en 1995 pour Crucial! Classiques Roots, et une troisième fois en 1997 pour Temple de la renommée: un hommage au 50e anniversaire de Bob Marley. Il a également été présenté sur Toots et l’album primé aux Grammy Awards des Maytals. L’amour vrai en 2004.

En octobre 2017, Livingston a reçu l’Ordre du mérite du gouvernement jamaïcain, la quatrième plus haute distinction du pays.

Revenir en haut de page