Revue EP: IHSAHN Pharos

Plus tôt cette année, la légende du black / progressif metal Ihsahn a sorti le premier des deux EP 2020, Télémark. Conçu comme une ode relativement brutale et violente à sa patrie et à ses influences musicales, c'était un excellent exemple de ses qualités plus dures et plus impitoyables (sans parler d'un beau suivi de 2018. Ámr LP). Pendant tout ce temps, il a suggéré que son homologue éventuel – alors sans nom officiel ni date de sortie – juxtaposerait la première collection avec «des éléments plus progressifs, expérimentaux et plus doux». Fidèle à cette promesse, Pharos– une autre séquence de cinq titres qui se termine par deux reprises – voit Ihsahn doubler sa nature plus légère, plus accrocheuse et plus symphonique. Que cela le rend supérieur ou inférieur à Télémark dépend du côté de son personnage que vous préférez, mais une chose est sûre: il contient certains des éléments les plus beaux, les plus succulents et les plus mélodiques qu’il ait jamais réalisés.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

En expliquant davantage en quoi les deux EP diffèrent (dans le communiqué de presse officiel), Ihsahn suppose: «Où Télémark concernait le familier et le proche de chez soi, Pharos adoptez une perspective lointaine et un état d’esprit plus exploratoire. » Enregistré principalement dans son home studio – avec des tambours supplémentaires de l'ancien contributeur Tobias Solbakk et le soutien du leader de Leprous Einar Solberg – il traite des «changements sociétaux auxquels nous avons tous été confrontés». (De toute évidence, avec tout ce qui s'est passé à la suite de COVID-19, c'est encore plus pertinent maintenant que lorsqu'il a été enregistré.) Compte tenu de la tendance à être spirituelle, introspective et captivante de la musique d'Ihsahn, ce n'est pas un choc qu'il explore des thèmes existentiels. dilemme et faiblesses culturelles avec une clarté et une allure sereines ici.

<img aria-describedby = "caption-attachment-179686" data-attachment-id = "179686" data-permalink = "https://metalinjection.net/reviews/ep-review-ihsahn-pharos/attachment/ihsahn-2 "data-orig-file =" https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ihsahn.jpg?fit=2500%2C1667&ssl=1 "data-orig-size = "2500,1667" data-comments-open = "0" data-image-meta = "{" aperture ":" 8 "," credit ":" "," camera ":" Canon EOS 5D Mark IV "," caption ":" "," created_timestamp ":" 1592519756 "," copyright ":" "," focal_length ":" 50 "," iso ":" 100 "," shutter_speed ":" 0,008 "," title ":" "," orientation ":" 0 "}" data-image-title = "Ihsahn" data-image-description = "

Ihsahn (avec l'aimable autorisation de Candlelight / Spinefarm Records)

"data-medium-file =" https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ihsahn.jpg?fit=300%2C200&ssl=1 "data-large-file = "https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ihsahn.jpg?fit=750%2C500&ssl=1" class = "size-large wp-image-179686" src = "https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ihsahn.jpg?resize=750%2C500&ssl=1" alt = "" width = "750" height = " 500 "srcset =" https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ihsahn.jpg?resize=750%2C500&ssl=1 750w, https: //i2.wp. com / metalinjection.net / wp-content / uploads / 2020/09 / Ihsahn.jpg? resize = 300% 2C200 & ssl = 1 300w, https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020 /09/Ihsahn.jpg?resize=768%2C512&ssl=1 768w, https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ihsahn.jpg?resize=1536%2C1024&ssl= 1 1536w, https://i2.wp.com/metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ihsahn.jpg?resize=2048%2C1366&ssl=1 2048w, https://i2.wp.com/ metalinjection.net/wp-content/uploads/2020/09/Ih sahn.jpg? w = 1760 & ssl = 1 1760w "tailles =" (largeur max: 750px) 100vw, 750px "data-recalc-dims =" 1 "/>

Ihsahn (avec l'aimable autorisation de Candlelight / Spinefarm Records)

Les trois nouvelles chansons sont excellentes. Au début, le starter «Losing Altitude» met en contraste une guitare distordue mais patiente avec des harmonies vocales angéliques, des arpèges de guitare clairs et des accords de piano plaintifs. Une fois que les percussions et les sons plus lourds entrent en jeu, cela devient totalement absorbant, la comparaison passée la plus claire étant le crochet maussade de «Where You Are Lost and I Belong». Il y a aussi quelques touches électroniques, ainsi qu'une utilisation parfaitement adaptée des cordes, qui le rendent plus étoffé et exploratoire. Ensuite, "Spectre at the Feast" est encore plus savoureux et orchestral, avec une sensibilité pop cinématographique résolument "Bond-theme-esque" qui est suspensif, prudent et immaculé. Quoique bref, le solo de guitare proche de la clôture est également génial. Quant à la chanson titre, elle est assez dynamique, mélangeant des gravitas chorales en plein essor et inquiétantes avec des réalisations de piano jazzily tamisées. Bien que non intentionnel, il évoque autant l'esthétique traditionnelle d'Ihsahn que la transformation stylistique d'Opeth au cours des années 2010 (en particulier sur celle de l'année dernière Dans Cauda Venenum).

Comme avec le duo de clôture de Télémark– les interprétations idiosyncratiques de «Rock and Roll is Dead» de Lenny Kravitz et de «Wrathchild» d'Iron Maiden – Les réimaginations par Ihsahn de «Roads» de Portishead et de «Manhattan Skyline» d'A-ha sont merveilleuses. Fait intéressant, il craignait de couvrir le premier en raison de combien il aime l'original (ainsi que de la difficulté à chanter); sans surprise, cependant, il le cloue complètement en restant fidèle à leur fondation tout en incorporant des timbres organiques plus pleins. On peut en dire autant de «Manhattan Skyline», le soufflet de Solberg reflétant bien celui du chanteur de A-ha Morten Harket. Les deux morceaux sont des exemples parfaits de la façon de personnaliser la chanson de quelqu'un d'autre sans trop s'éloigner de leurs plans originaux.

Pharos est une version exceptionnelle. En termes d'obtenir à la fois de nouveaux morceaux d'Ihsahn et des versions refaites des classiques d'autres artistes, cela satisfait complètement et témoigne de la façon dont il devient de plus en plus spécial et capable au fil des années. Bien sûr, ce serait encore mieux s'il contenait plus de nouveau contenu, mais il est difficile de se plaindre lorsque les couvertures de fermeture semblent toujours aussi adaptées. Comme beaucoup d'artistes, Ihsahn est souvent classé et stéréotypé dans un seul style, et s'il excelle certainement en tant que maestro du black metal, il s'est toujours étendu bien au-delà de ces frontières. Pharos est peut-être l’exemple le plus succinct mais le plus puissant de cela, et c’est une expérience d’écoute essentielle pour quiconque aime les compositions intensément passionnées et intenses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page