RAMMSTEIN Drummer se souvient d'avoir fait partie d'un groupe avec deux espions des services secrets allemands

Rammstein le batteur Christoph "Doom" Schneider est né en 1966 à Pankow, Berlin. Schneider se souvient de son expérience de grandir dans une Allemagne divisée à Metal Hammer, disant qu'être musicien à l'époque était assez difficile.

"En Orient, nous avions des groupes professionnels qui avaient tous étudié la musique et avaient la permission officielle de jouer de la musique", a-t-il dit. Ils ont été autorisés à travailler en tant que professionnels et ils avaient le droit de facturer de l'argent pour leurs spectacles. Si vous étiez amateur, vous deviez être classé à un certain niveau. Il y avait trois niveaux et j'ai atteint le premier! J'avais un certificat qui me permettait de facturer quatre deutschmarks (1,30 £) par heure lorsque je jouais un concert. Sans ce certificat, il était illégal de jouer des concerts, et vous n'étiez pas autorisé à entrer en contact avec des promoteurs sans un.

"Les gens ont accepté cela parce qu'ils devaient le faire. Pour obtenir votre certificat, vous avez dû jouer devant une commission, comme un jury, qui a décidé si vous aviez les bonnes chansons: vous n'étiez autorisé à jouer que 40% des reprises de votre set , le reste devait être votre propre musique. En fait, ce n'était pas une si mauvaise idée, car les groupes devaient créer leurs propres trucs, et il y avait donc beaucoup de groupes intéressants à l'époque. "

Schneider se souvient également avoir fait partie d'un groupe avec deux espions gouvernementaux. Il ajoute que les espions n'étaient pas vraiment des espions professionnels, mais seulement deux pistolets loués qui rendraient compte de la scène musicale.

"Die Firma était comme un groupe punk new wave. Le style était un peu sombre, avec des influences gothiques. Nous avions des paroles qui protestaient contre le système. Ce n'était pas autorisé, bien sûr – nous étions un groupe underground. Tous les autres gars de Rammstein nous faisions aussi partie de petits clubs avec toutes sortes de fans: monstres, goths, punks. Le gouvernement avait son peuple partout, cependant: des espions des services secrets.

"Ce qui était drôle, c'est que je ne pouvais pas imaginer de groupe plus dur que le mien à l'époque, et nous avions en fait deux personnes qui étaient des espions – le chanteur et le claviériste! Ha ha! Incroyable. Ils n'étaient pas des professionnels : ils étaient des espions embauchés qui recevaient un petit paiement et devaient de temps en temps faire des reportages sur la scène musicale. "

Rammstein travaille actuellement sur de nouvelles chansons en quarantaine.

Qu'est-ce que tu penses? Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page