Profil de l'étiquette: Billain vient de laisser tomber son EP 'Codename' sur son nouveau label Mentem et c'est le début d'une ère

le Nom de code EP est le premier album multipiste solo de Billain depuis qu'il a fait tomber la maison en 2019 avec son film sonore épique et long d'un album, La vengeance de Nomad. C'était un album révolutionnaire à bien des égards, principalement parce qu'il combinait tant de genres, créait quelques-uns de ses propres et contenait un dialogue semblable à un jeu ou à un film d'action.

Il est assez facile d’imaginer qu’une telle baisse enlèverait beaucoup à une personne et ce n’est donc pas vraiment une surprise que Billain semble avoir pris les choses faciles pendant ces 16 mois. Il a eu une poignée de pistes en solo et en collaboration sur Invisible, Bad Taste et Othercide, mais au-delà de cela, il y avait une lacune palpable dans le monde de la basse qui ne pouvait vraiment être comblée que par les goûts de ce visionnaire serbe. Heureusement, cet écart a de nouveau été comblé, sinon élargi, avec Nom de code.

L'EP n'est que le début, comme Your EDM l'a découvert, puisque Billain s'est également associé à Codex (à ne pas confondre avec Cod3x) sur leur nouveau label, Mentem. Cela semble être le parfait ajustement; la plupart des fans de Billain savent qu'il travaille également sur des jeux vidéo et des musiques de films et les deux membres du Codex (Ranko est en Serbie avec Billain et Djordje est en poste en Nouvelle-Zélande) sont également impliqués dans le cinéma dans les visuels CGI et d'autres aspects. Avec Billain sur A&R et tous les trois diffusant une musique incroyablement intéressante et émouvante, c'est une combinaison assez solide, et cela malgré l'énorme annonce de projet qu'ils ont à venir (restez à l'écoute pour cette bombe).

Donc, à part le mariage de basses profondes, de graphismes sympas et de partitions cinématographiques, que sera Mentem? Billain et les garçons du Codex sont décidément et sans surprise vagues et énigmatiques, disant seulement qu'il s'agit d'un «collectif de musique international cyberneuro originaire de Serbie et s'étendant bien au-delà de la portée de l'univers». En termes de son et de vision, ils veulent le garder lâche, ce qui, encore une fois, a du sens si vous connaissez ces gars-là. D'après ce que nous avons glané, les trois producteurs se sont assis sur une montagne de musique inédite et quelque peu non catégorisable, mais l'idée de la diffuser sur Mentem ne s'est pas produite tout de suite. La première sortie sur Mentem remonte à 2015: un double single du melder préféré de tous, amens et deep bass, War. À partir de là, il y a eu environ une ou deux sorties par an jusqu'à cette année, avec les nouveaux venus Bohemian et Hermetik, le single choquant «Protocol» / «The Real Power» et maintenant Nom de code.

Compte tenu de la trajectoire de La vengeance de Nomad, on s'attendrait à ce que Billain abandonne tout de suite tout un tas de travaux expérimentaux, obscurs et peut-être sans rythme sur nous, mais avec la chanson titre et sa collaboration avec Codex, «Netsphere» Les deux morceaux sont agressifs, rapides comme l'enfer. s'il vous plaît les neuro adhérents de Billain. Cependant, il y a encore beaucoup d'expérimentation et de points d'intérêt pour les fous de conception sonore. C’est une autre façon de savoir que Codex et Billain fonctionneront bien ensemble: ils ont tous deux la capacité de briser autant de sons que possible dans une phrase d’une manière tellement géniale qu’elle recâblera presque le cerveau pendant une seconde.

Étonnamment (ou peut-être pas compte tenu de la suite de Billain après La vengeance de Nomad, la dernière piste sur Nom de code est celui qui suscite le plus l'intérêt du monde de la basse. Il a déjà été présenté sur le podcast de Noisia et la vidéo, depuis sa diffusion sur YouTube mercredi soir, a déjà été visionnée plus de 3500 fois et beaucoup de commentaires "hallucinants". C’est un voyage expérimental intéressant à travers la conception sonore avec des racines de synthé vintage des années 80 et beaucoup de musique ambiante. La vidéo est assez incroyable, mais le son de la piste est aussi si viscéral qu’on peut facilement évoquer ses propres visuels tout en écoutant.

Avec un nouveau label et un nouvel EP stellaire et beaucoup plus de projets en préparation, nous vous déconseillons toujours de dire que Billain est de retour à toute vitesse; ceux d’entre nous qui connaissent Billain savent qu’il n’est probablement même pas encore en deuxième vitesse. Avec des partenaires qui correspondent à sa vision élaborée et impressionnante et une plate-forme qui soutiendra cette vision et bien au-delà, il n'y a pas de limite à ce que Mentem peut faire. Il ouvre des opportunités aux artistes marginaux tout en ayant un solide noyau D&B. Ajoutez les éléments visuels et la musique qui ne connaît aucune limite de leur liste actuelle… le visage de la basse est sur le point d'être changé pour toujours, pour le mieux.

Nom de code vient de tomber aujourd'hui, 20 novembre sur Mentem et peut être acheté sur Beatport ou diffusé sur Spotify et Soundcloud. Si vous ne l'avez pas déjà glané parmi les quelque 700 mots ci-dessus, assurez-vous de garder un œil sur cette étiquette dans les mois à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page