Plus de 130 sites belges rouvrent illégalement pour protester contre les restrictions gouvernementales – EDM.com

Le 30 avril, plus de 130 sites dans les villes belges de Bruxelles et de Wallonie ont ouvert leurs portes, enfreignant les protocoles gouvernementaux instaurés en raison de la pandémie COVID-19. Les sites accueillent des événements pour le grand public pendant neuf jours consécutifs pour protester contre les restrictions, Magazine IQ rapports.

Le groupe de campagne Still Standing For Culture est l’organe derrière les manifestations de protestation qui couvrent des villes entières et se termineront le 8 mai, lorsque les restrictions gouvernementales seront assouplies pour permettre des événements en plein air d’une capacité maximale de 50 personnes.

«Nous ferons cela sans sous-estimer la dangerosité du virus, mais nous rappelons que les expériences et les études montrent que l’ouverture des lieux culturels n’a qu’un impact minime sur les courbes de contamination face aux effets attribués aux activités, commerces, commerces et services », a déclaré Still Standing For Culture dans une déclaration publique sur son site Web.

Le groupe insiste sur le fait que les protocoles de distanciation sociale et de port de masque seront toujours suivis lors des événements.

« Nous le ferons pour refuser que certains secteurs d’activité et certaines catégories de population soient les seuls à porter le poids des mesures sur leurs épaules », poursuit le communiqué. « Et pour défendre la diversité des lieux et des pratiques. »

Selon le journal économique flamand Tidj, la Région flamande ne participe pas aux manifestations, citant le fait que le gouvernement local avait fourni une enveloppe de soutien de 60 millions d’euros aux organisateurs de festivals et autres professionnels de l’industrie, artistes et travailleurs de la culture touchés par la pandémie.

Cela pourrait cependant changer si le gouvernement régional ne fournit pas de plan de réouverture d’ici le 11 mai, lorsque le comité de consultation se réunira de nouveau. Si un plan ne se concrétise pas, la Région flamande peut se sentir encline à se joindre aux manifestations.