Patti Smith a joué un spectacle à Brooklyn – Voici à quoi cela ressemblait

Le mois dernier, le gouverneur de New York, Andrew M. Cuomo, a annoncé NY PopsUp, une série de plus de 300 représentations réparties dans l’État et cinq arrondissements sur 100 jours. Mettant en vedette des artistes comme Amy Schumer, Nico Muhly, Q-Tip, Rhiannon Giddens et Devonté Hynes, la série vise à revitaliser les industries des arts et du divertissement de New York et à créer un chemin de retour après la fermeture. Les événements auront lieu dans des lieux permanents – par exemple, des musées, des parcs et des stations de métro – et seront gratuits. Une majorité ne sera pas annoncée à l’avance par mesure de sécurité contre les grandes foules. La série ne démarrant que récemment, le Gouverneur Cuomo a annoncé la semaine dernière que les salles d’art et de divertissement pourront ouvrir à 33% de leur capacité à partir du 3 avril.

Mardi après-midi, Patti Smith a donné un concert privé au Brooklyn Museum en guise de remerciement aux employés de l’institution. La date, le 9 mars, a une grande importance pour Smith: elle marque l’anniversaire de la mort de son ami, le photographe Robert Mapplethorpe, le jour où elle a rencontré son défunt mari, Fred «Sonic» Smith, et le dernier spectacle qu’elle a joué avant le COVID -19 arrêt. L’ensemble de carrière a eu lieu à la Cour des Beaux-Arts du musée, un grand espace de 10 000 pieds carrés pouvant généralement accueillir 880 places; Mardi, une soixantaine de personnes étaient présentes.

La performance a commencé par la lecture d’un poème commémoratif écrit pour Mapplethorpe avant que Smith et Lenny Kaye, qui ont alterné guitare et piano tout au long de l’ensemble, se lancent dans «Wings» de 1996. Smith a ensuite lu à partir de Juste des enfants, ses mémoires de 2010 sur sa relation avec Mapplethorpe. Avec un public assis à six pieds l’un de l’autre autour du périmètre de l’espace, la performance était remarquablement calme et silencieuse. Les rares interruptions – un téléphone portable s’éteignant pendant une couverture de «Helpless» de Neil Young, un journaliste tapotant un stylo sur la mélodie de «Dancing Barefoot» – étaient des éclats de spontanéité rafraîchissants, de petits rappels des semi-désagréments qui accompagnent l’expérience en direct la musique aux côtés d’autres humains. Si NY PopsUp est censé initier les petits pas nécessaires pour revenir à une scène musicale normale et robuste, cela semblait être une répétition productive pour le public et l’interprète. Pour sa part, Smith s’est livrée à son propre «moment authentique et imparfait» lorsqu’elle a fait une délicieuse digression prolongée sur son amour pour un Saturday Night Live sketch dans lequel Kristin Wiig se moque de l’actrice Ann-Margret. «Chaque fois que je me sens faible, je vais regarder ça», expliqua-t-elle en riant.

Patti Smith au Brooklyn Museum pour NY PopsUp, mars 2021 (Nina Westervelt)

L’ambiance débordante de la performance était celle de la nostalgie et de l’amour pour Mapplethorpe et son défunt mari Fred, Smith partageant ses souvenirs des deux artistes entre les chansons. Elle a repris la chanson de Tim Hardin «Comment pouvons-nous nous accrocher à un rêve?», Qu’elle a appelée la chanson de Mapplethorpe et elle-même, et se souvient de la première fois qu’elle a rencontré Fred Smith, au restaurant de hot-dogs de Detroit Lafayette Coney Island lors d’une tournée. Les chevaux. À la fin de l’ensemble, Smith a lu un passage de Juste des enfants à propos de marcher dans le village avec Mapplethorpe et d’entendre «Parce que la nuit», sa collaboration avec Bruce Springtseen de 1978 Pâques, « Passant d’une vitrine à une autre. » Après la fin de la chanson, Smith a offert quelques mots d’adieu au petit public: «Que Dieu bénisse la vie, j’espère vous voir tous bientôt.»

Revenir en haut de page