Notre relation haine-amour-haine avec le nouveau Captain America

Avertissement: Spoilers majeurs pour Le faucon et le soldat de l’hiver.

Il n’avait pas à faire n’importe quoi pour nous de le haïr. Tout ce que John Walker (Wyatt Russell) avait à faire pour gagner notre mauvaise volonté n’était pas Sam Wilson (Anthony Mackie). Falcon a abandonné le bouclier que lui avait donné Steve Rogers par respect constant pour son ami, le sentiment que ce que le Captain America original avait accompli était unique et personnel. Remettre ce symbole des réalisations de Steve au Smithsonian était un signe que Sam avait l’intention d’honorer l’héritage de son ami sans endosser son rôle. Ainsi, quand un nouveau type au hasard assume ce manteau, rempli du bouclier que Falcon a abandonné sous de faux prétextes, il est, naturellement, un aimant pour le dédain du public.

Notre premier aperçu de John Walker coupe un contraste viscéral entre l’Afro-américain Avenger choisi pour être le successeur de Steve par l’homme lui-même, avec un usurpateur blanc lys choisi par le gouvernement. Le nouveau Cap porte cet artefact autrefois sacré et maintenant volé, et les optiques à elles seules font de lui un symbole ambulant d’injustices de longue date. Avec un petit sourire narquois à la fin de Le faucon et le soldat de l’hiverPremière de la série, John Walker est instantanément devenu l’ennemi n ° 1 du public.

Et pourtant, la chose la plus intelligente que la série fasse avec Walker est d’humaniser le gars la prochaine fois que nous le voyons. Le deuxième épisode de la série s’ouvre sur une série de détails attachants (ou du moins à décharge) sur Walker et sa vie. Même si ce faux Cap peut représenter le spectre du racisme, la série le présente comme quelqu’un qui n’est pas personnellement raciste. Nous rencontrons son meilleur ami et frère d’armes, Lemar «Battlestar» Hoskins (Clé Bennett), et sa femme, Olivia (Gabrielle Byndloss), tous deux de couleur. Plus précisément, ces deux confidentes se lisent instantanément comme des personnes gentilles et chaleureuses qui ont vécu des relations avec John et se soucient de lui. Regarder la façon dont les autres se soucient de quelqu’un peut faire en sorte que cette personne se sente plus réelle et aider les téléspectateurs à se réchauffer.

Il est également plus facile de lire Walker comme autre chose qu’un usurpateur lorsque nous apprenons qu’il n’a pas demandé ce rôle. Il a été, à son insu, choisi pour cela, compte tenu de son bilan impeccable de soldat. Néanmoins, on voit combien il prend au sérieux cette responsabilité inattendue. John appelle cela le plus grand honneur de sa vie. Il parle à sa femme de savoir que c’est quelque chose de différent de ses affectations précédentes, quelque chose de spécial, tout en luttant contre les attentes qui en découlent. Il n’est pas intéressé par la bonne main ou la gloire; juste en «faisant le travail».

falcon john walker Notre Hate Love Hate Relation avec le nouveau Captain America

Le faucon et le soldat de l’hiver (Disney +)

De cette façon, malgré la présentation de lui comme un modèle de perfection, il est rendu faillible. Lemar demande s’il a encore vomi, un rituel nerveux apparent. John pratique son salut «Good Morning, America» à personne en particulier, se battant quand il n’est pas tout à fait à la hauteur. Il a peur d’échouer dans cette tâche monumentale, peu sûr de lui en privé malgré le besoin de faire confiance au public. Et, surtout, il doit être rassuré par les gens qui l’aiment, quelque chose qui le ramène sur terre et le fait paraître plus compréhensible et humain.

Peut-être que ce type n’est pas si mal. Il ne serait pas la première personne du MCU – sans parler du monde réel – à s’efforcer d’être un gars décent et de faire son travail, tout en étant involontairement un outil de forces malveillantes. (Voir, euh, la plupart des BOUCLIER) Il y a des indices sur quelques drapeaux rouges au début, mais pour la plupart, quand Faucon et le soldat de l’hiver présente fermement ce nouveau Captain America, il le présente comme un bon gars qui n’a pas demandé cela, s’efforçant de vivre à la hauteur d’un héritage impossible, qui ne mérite pas notre mépris réflexif, sinon encore digne de notre admiration.

marcheur captain america 3 Notre Hate Love Hate Relation avec le nouveau Captain America

Le faucon et le soldat de l’hiver (Disney +)

Mais ensuite on le voit en fait étant Captain America, et vient lentement pour le vilipender encore une fois, mais cette fois pour des raisons plus complexes et plus profondes. Lorsqu’il est en poste, il y a un sentiment de droit à Walker. Et malgré ces indices de doute de soi, il écarte rapidement toute consternation ou dissidence et assume des choses qu’il n’a pas encore gagnées.

John dit à un journaliste que, même s’il n’a jamais rencontré son prédécesseur, Steve «se sent comme un frère» pour lui, quelque chose qui est anathème pour Bucky (Sebastian Stan), la chose la plus proche que le vrai Cap avait d’un vrai frère. Lorsque Bucky défie Walker pour savoir s’il a vraiment mérité le droit de devenir Captain America, le nouveau gars déclare: «J’ai fait le travail», utilisant le vieux canard de l’effort concerté comme une feuille de vigne pour excuser les disparités d’opportunités. Il rit de la façon dont Sam blanchit à une invasion de sa vie privée en désignant les droits de propriété du gouvernement et en revendiquant l’autorité gouvernementale sous l’égide, avec tout le droit présumé qui va avec.

Pire encore, à la fin de la journée, Walker veut réquisitionner Falcon et The Winter Soldier non pas en tant que partenaires, mais en tant que ses «ailiers». Il pense qu’il leur fait une faveur – quand il se lance dans le combat avec les Flag Smashers ou sort Bucky de prison – pas simplement en aidant parce que l’aide est ce dont il a besoin. Walker prend un air de familiarité auquel il n’a pas droit, insistant pour que le duo suive son exemple, s’attendant à ce qu’ils lui doivent et agissent en conséquence, et lorsqu’ils refusent, leur ordonnant pratiquement de rester à l’écart.

marcheur captain america Notre Hate Love Hate Relation avec le nouveau Captain America

Le faucon et le soldat de l’hiver (Disney +)

Walker peut manquer de tout préjugé explicite, mais dégage la plus douce fanatisme du privilège. Il se considère comme le centre de tout cela, assumant instantanément le leadership et s’attendant à la déférence des alliés de Cap, la Dora Milaje, et de toute autre personne qu’il rencontre. Cela fait non seulement des poils à Sam et Bucky, mais démontre à quel point ce nouveau Captain America manque de la grâce et de l’esprit collégial que Steve Rogers a incarné du début à la fin.

C’est ce qui est si troublant dans le dernier chapitre de l’histoire de Walker, où après avoir été gêné au combat par la Dora Milaje, il décide de prendre le sérum de super soldat. Son meilleur ami lui dit que le sérum ne vous change pas; cela vous rend juste plus de ce que vous êtes déjà. Si tel est le cas, le John Walker que nous avons vu dans la première moitié de Le faucon et le soldat de l’hiver n’est pas simplement présomptueux; il est dangereux.

Au fur et à mesure que sa mission se poursuit, la gentillesse pratiquée de Walker se transforme rapidement en amertume colérique. Quand les gens n’achètent pas sa routine, son tempérament émerge et ses principes faiblissent. Il est prêt à prendre des libertés pour «faire le travail», plutôt que de s’efforcer de faire les choses de la bonne manière, sachant que de bons résultats empêcheront quiconque est important de remettre en question ses méthodes. Même Battlestar reconnaît que la méthode par défaut de John est de «poinçonner [his] moyen de sortir des problèmes.

falcon captain america Notre Hate Love Hate Relation avec le nouveau Captain America

Le faucon et le soldat de l’hiver (Disney +)

Au point, dans le troisième épisode de la série, il devient violent avec un suspect au premier signe de manque de respect et crie ces six mots accablants: « Savez-vous qui je suis? » Dans le suivant, il est impatient au point de fulminer quand Falcon veut essayer une approche non violente et empathique de Karli Morgenthau (Erin Kellyman) et finit par se balancer. Dans un moment privé, il semble sincère dans son désir de faire enfin quelque chose qui lui semble juste. Mais c’est effrayant de penser à quoi cela pourrait ressembler quand un homme avec ses démons les a amplifiés à des extrêmes plus grands que nature et devient déterminé à se venger de son ami déchu. Il est révélateur que Sam est le genre de personne qui sympathisera avec ses ennemis et tentera de les rabaisser, tandis que son homologue est du genre à se retrouver avec un bouclier couvert de sang.

En fin de compte, cependant, John Walker ne représente pas seulement le contraire de Sam Wilson; il représente l’opposé de Steve Rogers. John traite le rôle lui-même comme ce qui le rend digne de déférence et d’autorité, tandis que pour Steve, c’est l’homme qui a élevé le rôle et qui a gagné ce niveau de respect. John a été choisi pour sa perspicacité en tant que soldat et ses dons physiques, tandis que Steve, qui n’était pas exactement un guerrier accompli, a été choisi pour son cœur et son âme. John était un héros sportif au lycée; Steve était un pipsqueak maigre. John est tombé sur des grenades sachant que son casque renforcé le protégerait; Steve l’a fait pour sauver des vies, quel qu’en soit le coût. John est la puissance américaine personnifiée, tandis que Steve défendait les plus grands idéaux de notre nation.

Quand Steve a passé le bouclier à Sam, c’était parce qu’il avait vu un esprit apparenté, capable de porter ces idéaux dans une nouvelle ère. L’hésitation de Sam à assumer le rôle de Steve, sa réticence à porter ce bouclier après avoir appris les atrocités commises au nom de ce qu’il représente, montrent ironiquement pourquoi il est le héros le plus digne de le manier.

John Walker n’est ni digne de cet honneur ni construit pour relever ce défi. Lorsque nous le rencontrons pour la première fois, nous lui en voulons pour sa simple existence, sans un seul mot, à cause de ce qu’il représente. La prochaine fois que nous le voyons, il est plus facile de se réchauffer avec lui, de le comprendre comme un être humain pris dans tout cela, et pas seulement comme un affront ambulant à nos héros. Mais de cette compréhension émerge des raisons plus nouvelles et plus profondes de le dédaigner, non seulement pour les formes plus subtiles mais non moins pernicieuses de préjugés qu’il incarne, mais pour la personne qu’il est et n’est pas.

Revenir en haut de page