NEON HISS Cybergrind sort la nouvelle année avec le volume III

C'est lundi et les lundis sont nul, alors allons-y avec Néon Hiss Volume III.
Et dans le dernier lundi de 2020, nous plongeons. Vous l’avez déjà entendu mille fois, mais c’est une année de merde. Les sorties d'albums ont été excellentes cette année, mais dans l'ensemble, je pense que la plupart d'entre nous peuvent convenir que le reste a sucé le cul d'une paille. Alors, avec le nouveau jeu 2020 plus imminent, plongeons-nous dans un dernier cybergrinder 2020.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Cela fait environ un an et demi depuis le dernier album de Neon Hiss, rappelant des jours meilleurs. Avec Volume III, le projet gagne la chanteuse Olga (Courbatures) et conserve A. C. (Moulin sacré, ex-Fille gothique, Tactiques de privation) sur la programmation de guitares, de basse et de batterie. Si tu te souviens Volume II, alors vous savez que ce projet est une bête.

Volume III est un enregistrement sonore différent des deux versions précédentes. La production est visiblement nettoyée, beaucoup plus de sons mécaniques, presque djent en quelque sorte, mais partis cybergrind. En ouverture avec «Make Norma Jean Great Again», Neon Hiss apporte le lourd. La distorsion ressemble à quelque chose d'un Frontierer record. C'est épais et la piste donne l'impression de sortir d'un désordre d'accords informatiques.

«Zoo (2007)» fait bouger les choses avec plus de folie. Même un rapide coup d'accords clairs. Il s'appuie sur la piste précédente et amplifie les choses. Ces deux ressemblent presque à des teasers pour «Stephen Carpenter: Flat Earth King». C'est un morceau où le groupe libère vraiment son son. Un des deux seuls morceaux sur une minute, il met également en valeur beaucoup de bravade stylistique. Pannes, coups de doigt, explosions et même un moment pour voir la brutalité.

«Kloacal Ciss» est l'une des tranches de mouture les plus simples de cette offre. C’est l’une des pistes les plus époustouflantes qui ne lâche pas une seule seconde. Juste du chaos pur. Pendant ce temps, "Panic Chord At The Disco" clôt les choses en allant à plein régime. C’est aussi une autre piste où Neon Hiss joue un peu plus avec leur son. Il y a des pannes horribles, noueuses, beaucoup de doigts et beaucoup de chaos. C’est une première impression pour les filles si le groupe avait emprunté la voie du cybergrind.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

C'est de loin la meilleure version de Neon Hiss. Cybergrind en général se sent parfois sous-représenté, mais il est également sous-signalé… donc, il y a des fautes aux deux extrémités ici. Indépendamment, Volume III est impitoyable et implacable. Il est aussi lourd que explosif. Certains des meilleurs cybergrind que vous allez entendre. Surtout avant le Nouvel An et avant que la singularité ne consume l'humanité. Obtenez le broyage sur ceci!

Néon Hiss Camp de bande

Je suis ici, ici et ici.

Revenir en haut de page