NAPALM MORT Les affres de la joie dans les mâchoires du défaitisme

La qualité de Mort par NapalmLa sortie récente du groupe est aussi miraculeuse que le fait que le groupe ait survécu aux années qui ont précédé ses débuts en 1987 Écume. Le membre le plus ancien, le bassiste Shane Embury, a rejoint six ans après la formation du groupe, donc c’était assez incroyable à regarder Mort par Napalm honorer son héritage au cours des dernières décennies. Le chanteur Mark "Barney" Greenway, qui s'est joint pour la première fois en 89, a plus que prouvé sa valeur – avec le batteur Danny Herrera et le guitariste Mitch Harris, qui ont respectivement rejoint en 91 et 90. La reconnaissance universelle accordée à 2015 Apex Predator – Viande facile a étonné les critiques et les fans, et cinq ans plus tard, les parrains du grindcore remportent à nouveau l'or avec leur 16e album. Les affres de la joie dans les mâchoires du défaitisme continue Mort par NapalmPenchant pour la brutalité inspirée.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Lorsqu'un groupe influent sort un album à la fin de sa carrière, il est facile de supposer comment il sonnera. Comme le prouve la première coupe «Fuck the Factoid», Throes… est tout sauf prévisible. Bien sûr, les battements d'explosion et les cris maniaques sont là, mais la chanson rappelle en fait certaines des veines les plus punitives de métal noir avec son riffage dense et ses modulations évocatrices. Le travail de guitare de Harris jongle avec des idées avec une précision chaotique, bien qu'Embury ait géré toute la composition de la chanson cette fois-ci.

L’implication accrue d’Embury explique peut-être pourquoi cet album conserve l’esprit de la vieille école Mort par Napalm comme il essaie de nouvelles choses. «Backlash Just Because» démarre avec une frénésie punk si accrocheuse que vous remarquez à peine les signatures temporelles alternées jusqu'à ce que les structures d'accords étranges et les éclats de trémolo skronky frappent. Complet avec une ventilation absolument sans fin, cette chanson place les légendes dans l'échelon supérieur du hardcore et du métal modernes.

Greenway a eu raison de faire allusion de manière préventive aux influences du champ gauche de cet album, car plusieurs de ces chansons sautent les pistes. «Amoral» équivaut au post-punk le plus énervé qu'on puisse imaginer, tandis que les horribles échappées bruyantes du chant baryton traînant de «A Bellyful of Salt and Spleen» plairaient probablement aux fans de Cygnes et Bobine. Mort par Napalm reste fidèle à sa volonté de repousser les limites au cours de ses années de formation. Ceux qui pensent que ces gars sont vendus avec le stomp mid-tempo, les échos mélodiques et les sons de synthé de "Amoral" ne pensent pas clairement. Le groupe élargit simultanément son concept d'art de confrontation et resserre son emprise sur ses racines.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

«That Curse of Being in Thrall» et «Contagion» présentent une version plus épurée Mort par Napalm. Ils se prêtent aux hybrides punk / métal britanniques que le groupe a inventés à la fin des années 80, mais ils sont loin d’être dérivés. Les deux morceaux sont remplis de nuances rythmiques et de riffages électrisants. La batterie de Herrera regorge de transitions fluides et d’impact féroce, sans recourir à un jeu excessif indulgent. De la même manière, les guitaristes livrent des déchaînements éprouvés pour le headbanging et le round-pitting. Throes… transcende le temps et les étiquettes avec une compréhension approfondie de ce qui fait du métal un bon.

Qu'il s'agisse de la version industrielle de la croûte noircie trouvée dans «Joie De Ne Pas Vivre» ou de l'attaque lente de boue / destin de «Revigorating Clutch», Mort par Napalm travaille continuellement à recontextualiser son bruit terrifiant. Les deux morceaux trouvent inexplicablement un terrain d'entente avec l'inclusion du chant de gorge, mais l'un ou l'autre pourrait provenir d'un groupe complètement différent. L'ambiance robuste et robuste de ce dernier est loin d'être grindcore comme d'habitude, tandis que le labyrinthe de cris inhumains, de coups de langue déformés et de bruit dur du premier fait exploser tout semblant de normalité. Dans tout les cas, Mort par Napalm navigue efficacement dans la diversification.

Throes… met en lumière Greenway comme l'un des chanteurs les plus sous-estimés. Prenez un morceau comme "Zero Gravitas Chamber", qui se divise en death metal oblitérant et punk hardcore classique. Ses grognements fonctionnent dans les deux styles, éliminant la frontière entre la débauche gutturale et les chants de guerre bestiaux. En fait, les 25 premières secondes de la chanson titre ne comportent rien d'autre que Greenway hurlant "Des poumons éclatants pour le dernier soupir»Au sommet de ses poumons. Son ton sauvage et sa gamme impressionnante coïncident avec le jeu de premier ordre du reste du groupe.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Encore plus impressionnant est la façon dont il se faufile dans des notes de mélodie à des points clés de «Fluxing of the Muscle», qui comporte également un commentaire frappant sur l'oppression des minorités: «Ceux qui aboyaient contre des jurons tempérés qui céderaient et s'auto-flagelleraient / Venez déchirer tout ce que vous avez faussé comme des mammifères alpha en rut. » Un feu lyrique similaire brûle dans «Acting in Gouged Faith», cri de guerre pour l'individualiste radical: «Je ne prendrai pas cette position allongée / Dent et clou pour un selfdom insondé mais épousé. » Avec une narration pertinente complétant des compositions inspirées, cet album honore non seulement mais élabore sur Mort par NapalmL'héritage de.

Plus qu'une avalanche d'hymnes mosh infectieux, Throes… continue Mort par NapalmTrajectoire créative de fin de carrière. Cet album pousse le groupe dans un territoire inconnu sans abandonner les principes d'un solide Mort par Napalm album. Même s’ils ne peuvent pas réinventer la roue, ils ne laisseront rien au hasard dans leur bastion d’agressions impitoyables.

Résultat: 9/10

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page