Morgin Madison sort son premier album Living the Phantasm

Après avoir sorti les singles principaux acclamés par la critique «Far From Home», «Start Again» et «Feels Like», Morgin Madison dévoile avec enthousiasme son premier album, Vivre le fantasme. Un voyage introspectif sonore unique à travers 12 titres captivants, Morgin Madison’s Vivre le fantasme est disponible maintenant via mau5trap.

Au Vivre le fantasme, Morgin Madison canalise de manière créative les hauts et les bas personnels d’une année qui semble avoir été arrachée à une réalité alternative dystopique. Lorsque l’année 2020 a plongé une grande partie du monde dans une période prolongée de tension et de morosité, Morgin s’est retrouvé chez lui à créer de la musique pendant une période qui ressemblait à un rêve lointain. Alors que l’industrie de la musique s’effondrait apparemment, il a commencé à se demander « si c’est ça, qu’est-ce que je veux dire avant de partir? » La question a déclenché une tendance créative décomplexée par le souci de l’avenir, lui donnant une marge d’expression dans sa forme la plus pure. Vivre le fantasme est né.

Le coup d’envoi de ses débuts avec un crochet accrocheur et glitch est « Initialiser le fantasme», Un bref mais doux aperçu de ce qui reste à venir du LP dynamique de Madison. L’intro lumineuse se nourrit de manière transparente dans « Je déteste les portails», Un exploit progressif exceptionnel de synthés luxuriants se juxtaposant à son backend électro-lourd avant de se lancer dans Vivre le fantasme lead single, « Loin de la maison » avec Gregg Sgar. Béatement euphorique de ses progressions d’accords uniques à sa voix envoûtante, «Far From Home» est un hymne optimiste pour les moments difficiles.

Poursuivre à travers les sons progressifs et électro palpitants du LP est « Dystopie de club», Une chanson qui convient le mieux aux pistes de danse brumeuses et aux sous-sols des clubs. Les mélodies infectieuses caractérisent le mieux ce morceau hautement technique, qui inaugure son homologue plus léger, »Recommencer. » Drapé de l’œuvre de synthé et de percussions signature de Madison, «Start Again» rappelle l’ère effervescente de la house progressive, vers 2008-2010. Les voix dynamiques transportent le morceau alors que la 8e note progressive plonge les auditeurs dans un monde parmi les nuages. Avec des émotions déjà fortes, « Se lever»Vise directement le cœur avec son piano isolé et sa rupture de corde, alors que Madison continue de déployer son monde merveilleux de sons au cours de ce voyage de près de sept minutes.

« DLC gratuit« Se trompe sur le côté expérimental, alors que Madison plie la main sur glitchy IDM, avant de se replonger dans cette maison progressive de l’ère 2010 qui a inspiré son morceau de suivi, »Se sent comme. » Une magnifique composition vocale imprégnée de l’esthétique du club, «Feels Like» est une lettre d’amour aux années de formation de la house progressive. En commençant par un mélange euphorique de progressif et d’électro, « Gamma»Captive dès son apparition avant de se déployer dans un mélange émouvant de techno minimale. Servant de témoignage impressionnant de la conception sonore habile de Madison, «Gamma» est le producteur à son meilleur.

La piste 10 est enveloppée de splendides synthés, « Sun Walker», Une chanson que Madison qualifie d’évasion. Des coups de poing vocaux éphémères se démarquent alors que le producteur crée un soleil doux à travers le son. « Réfléchir»Possède des nuances de basse lourdes, construisant sonorité jusqu’à sa sortie cathartique. Un point culminant dans les débuts de Madison, « Reflect » est Vivre le fantasme avant-dernier single. La douzième et dernière chanson de l’album s’achève, « Tous ces mondes. » Conclusion ambiante à une œuvre extraordinaire pour les débuts, «Tous ces mondes» inaugure une paix sereine et tient les auditeurs dans une profonde réflexion pour un dernier moment.

Morgin Madison sort son premier album «  Living the Phantasm  »

Revenir en haut de page