Moonbase 8 est une comédie d'astronaute charmante mais sans poids | La revue

Le pitch: Les astronautes de la NASA sont les meilleurs des meilleurs professionnels de longue date qui consacrent leur intelligence et leur détermination à aller hardiment là où aucun homme n’est allé auparavant. Avant de pouvoir le faire, cependant, ils doivent suivre une formation approfondie dans le désert de l'Arizona, simulant la vie sur la lune dans son isolement et sa rareté des ressources. Pour Cap (John C. Reilly), Rook (Tim Heidecker) et Skip (Fred Armisen), c'est une responsabilité qu'ils prennent avec le plus grand sérieux; malheureusement, ce ne sont peut-être pas les meilleures personnes pour le poste.

Les mauvaises choses: Les comédies sur le thème de l’espace font fureur cette année, entre le droll de HBO Avenue 5 et l'exécrable de Netflix Force spatiale. Base lunaire 8 se situe quelque part entre ces deux sur l'échelle, plus drôle que le second et moins incisif que le premier; c'est une sitcom impassible du Portlandia moisissure, ce qui est logique compte tenu de sa provenance (Portlandia le réalisateur Jonathan Krisel dirige de nombreux épisodes).

La prémisse est simple, et rarement déviée au cours des six épisodes de cette première saison: qu'arrive-t-il aux aussi-rans de la NASA, les mecs médiocres d'âge moyen dépassant leur apogée qui n'ont jamais abandonné leur rêve? Ce que fait la série, c'est piéger ces archétypes dans une bulle, les lancer avec des interprètes de bandes dessinées sans effort et les laisser simplement riffer.

À leur crédit, le casting différencie assez bien leurs personnages: Reilly’s Cap est un père impétueux et fanfaron qui veut aller sur Mars pour prouver qu'il n'est pas une merde complète. Heidecker’s Rook est un homme profondément religieux (dont la foi, de façon rafraîchissante, n’est jamais réprimée) qui veut impressionner sa famille chez lui. Armisen’s Skip, quant à lui, est le fils d’un personnage célèbre de la NASA qui tente de tracer sa propre voie.

Ce sont des hommes désespérés de reconnaissance et de validation, dont l'enthousiasme l'emporte sur leurs compétences, et cela Base lunaire 8 un sens intrigant de pathétique. Il y a un élément tragi-comique dans l’engagement haletant de Cap, Skip et Rook dans leur mission de la NASA, languissant dans un camp d’entraînement pendant que des personnes plus jeunes et plus compétentes passent par le programme avec brio. C'est presque comme Hillbilly Elegy se rencontre Le Martien.

C'est de l'immobilier gratuit (sur la lune): Malgré le titre de l'émission, ce n'est pas défini sur la lune, mais ses personnages doivent faire semblant sont sur la lune, jusqu'à porter des combinaisons spatiales à chaque fois qu'ils sont à l'extérieur. C'est cet engagement envers le bit, à la fois en tant qu'acteurs de leurs personnages et en tant que personnages de leur situation, qui fait fonctionner certains des meilleurs gags de la série.

Le meilleur épisode de la saison présente une rivalité pas si amicale avec les jeunes astronautes branchés financés par SpaceX (Alia Shawkat, Thomas Mann et Adam Lambert) faisant leur propre simulation juste en bas du chemin. Naturellement, ils se moquent des vieillards du programme spatial désuet qui souffrent de coupes budgétaires et s’engagent trop durement dans le «nous sommes dans l’espace». Mais au moment où ces masques se détachent, nous soutenons soudainement ces vieux pets pour maintenir cet engagement.

Drôle, mais pas comme "Ha-Ha" Drôle: Le plus grand défi pour Base lunaire 8 est qu’il est souvent paralysé par ses propres contraintes. Il y a une bizarrerie bizarre dans les procédures, mais cela signifie également qu'elles ne se tournent pas vers les blagues aussi souvent qu'on pourrait s'y attendre. La première de la série a un tour tueur de Travis Kelce, l'ailier serré des Chiefs de Kansas City, introduit au programme à des fins de relations publiques uniquement pour intimider Cap et son équipe. Un épisode présente une sous-intrigue sur «The Skip Test», où Skip met en scène une piqûre pour tester si Cap le tuerait parce qu'il était un agent russe, et le reste de l'épisode traite des retombées psychologiques que cela entraîne pour les deux hommes.

C’est drôle, mais serré et concentré, même si certains épisodes réussissent mieux que d’autres. Même six épisodes, la prémisse de base devient un peu répétitive; il n'y a qu'un nombre limité de forces extérieures que vous pouvez amener dans un spectacle comme celui-ci avant de les faire affronter des batailles de bétail, après tout. Mais c’est ce sentiment de cohérence qui rend la simplicité de la série gratifiante, à condition d’accepter la modestie de ses enjeux.

Le verdict: Base lunaire 8 peut ne pas avoir le ratio rire une minute d'autres comédies en milieu de travail comme Le bureau, mais ce n’est pas une tentative pour cela. Au lieu de cela, Krisel et les acteurs se réjouissent de trouver des moyens de tirer une comédie subtile de la folie d'hommes sérieux mais maladroits qui ont l'esprit, mais pas le talent, d'échapper à leur propre gravité. Ils sont stupides, mais ce ne sont pas des idiots, et c’est peut-être ce qui les rend si charmants. J'adorerais voir plus de ces gars; juste pour l'amour de Dieu, ne les laissez pas s'approcher d'un véritable vaisseau si vous pouvez l'aider.

Où joue-t-il? Les épisodes sont diffusés le dimanche sur Showtime.

Bande annonce:

Revenir en haut de page