Meilleurs épisodes de Seinfeld présentés sur la bande originale

Vous ne pourrez peut-être pas diffuser de contenu Seinfeld épisodes en ce moment, mais vous pouvez au moins revisiter la musique du classique de la sitcom. Vingt-trois ans après la finale de la série, la bande originale officielle est enfin sortie. Le style de composition caractéristique que le légendaire Jonathan Wolff a apporté au spectacle peut être mieux capturé dans la basse gifle emblématique de la chanson thème, mais sa musique a également ajouté de la légèreté à certains des moments mémorables du spectacle.

Bien sûr, tous ne pouvaient pas être représentés sur l’OST — Seinfeld a couru pendant 180 épisodes époustouflants sur neuf saisons, après tout. Wolff a donc fouillé dans ses contributions pour choisir des moments où la musique a pu « contribuer de manière significative à la comédie de la scène ». Comme il l’a expliqué dans un communiqué de presse, il souhaitait que les sélections « servent de signature immédiatement identifiable et apportent des flous chaleureux à un Seinfeld fan qui se souviendra de cette scène.

Si les pistes elles-mêmes ne vous rafraîchissent pas la mémoire, nous avons inversé le processus de Wolff pour mettre en évidence les 10 meilleurs épisodes présentés sur le Seinfeld bande sonore. De la tournure sombre de « The Invitations » aux mouvements de danse ungroovy de « The Little Kicks », du jeu vidéo en direct de « The Frogger » aux visuels absurdes de « The Package », nous les décomposons tous pour vous au dessous de.

Malheureusement, vous ne pourrez regarder aucun de ces épisodes à moins d’être encore un collectionneur de DVD. Seinfeld a quitté Hulu le mois dernier, et les conditions de Netflix avec la série ne commencent qu’en septembre. Pourtant, pendant que vous appuyez sur play sur la partition de Wolff, lisez la suite pour revoir certaines des Seinfeld moments qu’il a marqués.

Ben Kaye, directeur éditorial


10. « The Muffin Tops » – Saison 8, Épisode 21

Une intrigue ABCD rare pour une sitcom télévisée, tout le monde est sur ses propres histoires dans celle-ci. George fait semblant d’être un habitant de l’extérieur pour avoir un rendez-vous, Jerry essaie de se raser la poitrine et Kramer lance l’entreprise « The Peterman Reality Tour ». Tous fournissent un humour solide, mais le nœud de l’épisode est l’histoire du titre : l’obsession d’Elaine pour le dessus des muffins.

Convaincue que personne d’autre n’aime vraiment manger les souches, Elaine a avec désinvolture l’idée d’un magasin de muffins qui ne sert que les hauts. M. Lippan vole le concept et vous ouvre Top of the Muffin!, mais le défaut de son plan d’affaires est qu’il ne fait que le dessus du muffin. Vous voyez, le délice du dessus n’est obtenu qu’en cuisant le muffin complet et en retirant la partie exposée. Elaine suggère de faire un muffin plein et de donner les souches aux sans-abri, seulement pour recevoir des plaintes du refuge pour avoir pensé : « Ils n’ont pas de maison ! Ils n’ont pas de maison ! Pourquoi ont-ils besoin du dessus du muffin ? » Tout le monde a besoin du dessus du muffin — c’est la meilleure partie ! – Ben Kaye


09. « La Cadillac Pt. 2” – Saison 7, Épisode 15

L’épisode en deux parties « The Cadillac » présente deux camées très remarquables: Marisa Tomei, que George poursuit avec diligence dans la première partie (même s’il est fiancé); et Mabel, la femme à qui Jerry a volé le pain de seigle marbré dans « The Rye » (lire la suite pour celui-ci). George obtient enfin son rendez-vous avec Tomei, mais après avoir révélé qu’il est fiancé, elle le rejette fermement.

Pendant ce temps, le père de Jerry, Morty, est sous le feu des autres habitants de la copropriété en Floride, et en voyant Jerry, Mabel cimente la destitution de Morty en tant que président de la copropriété. Finalement, George et Jerry reçoivent la punition qui s’en vient pour eux – une tradition qui se répète dans Seinfeld. Tout au long des deux parties de « La Cadillac », les espoirs et les rêves immédiats de George et Jerry sont gaspillés, bien que d’une manière qu’aucun d’eux n’aurait pu prédire. L’épisode est un parfait exemple de ce que la série fait de mieux : quand on s’y attend le moins, la vie arrive. – Paul Raguse