Matty Healy de 1975 quitte Twitter après le contrecoup de George Floyd Tweet

À une époque où les opinions radicales et la signalisation de la vertu s'affrontent constamment sur les réseaux sociaux, il n'y a vraiment pas de victoire. Prenons, par exemple, le discours entourant George Floyd, l'homme de Minneapolis tué par un policier lui enfonçant un genou dans le cou alors qu'il était menotté. Pas plus tard qu'hier, John Boyega a pris de la colère pour avoir dit: «Je déteste vraiment les racistes» à la suite de la tragédie. Aujourd'hui, Matty Healy de The 1975 a quitté Twitter après avoir reçu un contrecoup pour avoir inclus sa propre musique dans une expression de soutien au mouvement Black Lives Matter.

Healy a envoyé un message qui disait: «Si vous croyez vraiment que« TOUTES LES VIES SONT IMPORTANTES », vous devez cesser de faciliter la fin des noirs.» Semble assez comme un allié, non? Le problème est qu'il a tagué sur la vidéo de 1975 pour l'une des meilleures chansons des années 2010, "Love It If We Made It", hors de 2018 Une brève enquête sur les relations en ligne.

Le verset d'ouverture de cette chanson contient les paroles: «Nous baisons dans une voiture, tirons de l'héroïne / Disons des choses controversées juste pour l'enfer / Vendons de la mélanine puis étouffons les hommes noirs / Commençons par des délits et nous ferons une affaire d'eux." À l’époque, la ligne «suffoquer les hommes noirs» faisait référence au meurtre d’Eric Garner, survenu en 2014 de manière très similaire à la mort de Floyd. Vraisemblablement, Healy essayait de faire le lien et peut-être de montrer que peu de choses avaient changé dans les années qui ont suivi l'écriture de la chanson.

Cependant, les utilisateurs de Twitter l'ont critiqué pour avoir semblé utiliser la mort d'un homme noir pour promouvoir sa propre musique. "Si vous pensez que Matty Healy avait raison de promouvoir son groupe quand quelqu'un est décédé, veuillez me bloquer", a écrit user @ danc3littl3liar.

Selon Métro, Healy a supprimé son tweet et a envoyé un suivi clarifiant ses intentions. "Désolé, je n'ai pas lié ma chanson dans ce tweet pour faire parler de moi, c'est juste que la chanson parle littéralement de cette situation dégoûtante et parle plus éloquemment que je ne peux sur Twitter", a-t-il écrit. Dans un autre tweet, il a noté que l'inclusion de la vidéo était «insipide».

Malheureusement, il a ensuite tweeté à nouveau son message d'origine et, cette fois dans un tweet séparé, la vidéo de "Love It If We Made It". Là encore, la pile a commencé et Healy a réagi en désactivant l'intégralité de son compte.

Ce n’est pas la première fois que les 1975 sont mis au pilori pour s’exprimer – ou, comme c’est le cas, non. Généralement un groupe politique franc, le groupe a été déprécié pour être resté largement silencieux lors des récentes élections au Royaume-Uni. Le groupe a encouragé l'inscription des électeurs et la participation aux élections, mais s'est abstenu d'exprimer des opinions plus directes. Healy lui-même avait précédemment déclaré que «l'art est bien plus important» que de se montrer «moralisateur» au sujet des opinions politiques.

Ainsi, des mois après avoir été mis au pilori pour ne pas avoir utilisé sa plate-forme, Healy a de nouveau été fustigé pour avoir essayé de le faire indélicatement.

Au fait, les paroles qui suivent cette ligne sur les hommes noirs suffocants? "Et nous pouvons trouver les informations / Accéder à toutes les applications / Ce sont des positions durcies basées sur une mauvaise communication / Oh, merde vos sentiments / La vérité n'est que du ouï-dire / Nous sommes juste laissés pourris / La modernité nous a échoué."

En effet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page