Live Nation supprime le langage des mémos qui impose un fardeau financier aux artistes dans les contrats

Il y a un peu moins de deux semaines, dans une note obtenue par Pierre roulante, Live Nation a présenté une variété de changements et de mises à jour des politiques existantes visant à protéger ses propres résultats. Le plus flagrant d'entre eux, et celui qui a reçu le plus gros de l'attention des médias, était un addendum qui indiquait que si un artiste annule une performance en violation de l'accord, l'artiste paiera au promoteur deux fois les honoraires de l'artiste.


Une telle sanction était inouïe, et même compte tenu de l'état actuel de l'industrie, ce n'est pas correct.

Dans une nouvelle interview avec Pollstar, Charles Attal, coprésident de la filiale de Live Nation, C3 Presents, a décrit la note de service comme un «document périmé» et a déclaré que le langage concernant les annulations en particulier avait été supprimé de tous les accords.

"Rétrospectivement, (cette langue) n'aurait pas dû être là-dedans", a-t-il dit. "Nous n'embrouillerons aucun artiste. Cela n'a pas besoin d'être dans les termes de l'accord, et j'espère que nous n'aurons pas à y faire face. "

"D'abord et avant tout, notre travail consiste à travailler pour les artistes, à pénétrer de nouveaux territoires, à apporter de nouveaux développements commerciaux à des artistes en devenir et à présenter des têtes d'affiche à des publics variés et variés et à développer de nouveaux fans", Attal m'a dit. "Ces (festivals) prennent des années à se développer, et c'est notre travail. Nous sommes ici pour travailler pour l'artiste. C'est tout. Nous faisons cela depuis des années et ce serait impossible sans nos excellentes relations avec les artistes. "

"Nous avons reçu beaucoup de retours des artistes", a-t-il poursuivi. "Nous les avons entendus haut et fort, nous l'avons révisé, nous les avons traversés avec eux, et nous réservons déjà des spectacles, avec des numéros confirmés pour 2021."

Attal aborde également la question des événements obtenant une assurance l'année prochaine, ce qui est un énorme problème car ils vont probablement nécessiter une assurance pandémie comme élément de campagne, et cela va être beaucoup plus cher.

Il a dit qu'ils «travaillaient sur cela, il faudra quelques mois pour comprendre. Les primes ont augmenté et nous nous en occupons. » Il a poursuivi en disant qu'ils "veilleront à ce que l'artiste soit heureux et pris en charge".

Vous pouvez lire le rapport complet sur Pollstar ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page