LES MORTS GLORIEUX dans des sanctuaires sans vie

C'est un album de death metal spécial.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Les morts glorieux, un groupe de death metal du Michigan, a accompli un véritable exploit ici: ils ont fait un album de métal qui capture l'esprit du doom metal, tout en jouant vite et brutal Death Metal. À partir de l'ensemble d'outils de La tombe, Nécrologie, Runemagick, Purtenance, Convulser, Lanceur de boulons, Incantation, début des années 90 Mort par Napalm, et L'isthme carléien-ère Amorphis, le groupe joue une forme de death metal écrasante et punitive. Ils ont lu les classiques, analysé leurs textes, étudié dur et élaboré leur grande dissertation.

L'album entier est rempli de rippers lourds et féroces, mais le summum vient de la livraison rapide de "Cranial Festering". Cela montre le groupe à son meilleur créatif, mélangeant des grooves de milieu de gamme avec des explosions bien placées de vitesse, de vitesse, de SPEED. Cela donne à la chanson une qualité exaltante qui vous donne envie de la lancer à plein volume.

Le groupe dans son ensemble est son propre casting d'étoiles, mais je parierais que le batteur Chris Fulton est le MVP de cette équipe. Écoutez-le briller sur des bangers comme "Adoration putride" et "Exordium of Decay", et le non-orthodoxe "La Ruine de la Chair". Ce dernier morceau est l'un des plus progressifs de l'album, un exemple du groupe prenant ses influences classiques et étendant la forme, se frayant un chemin autour des limites du death metal simple.

D'un autre côté, si vous cherchez juste un La tombe/Nécrologie-style stomp à travers le boneyard des riffs, vous ne pouvez pas faire beaucoup mieux que "The Noise of Gravediggers". Si vous aimez vraiment l'hypocrisie et Cauchemars faits chair-era Bloodbath, puis consultez «Hémorragie vitréenne». Oh? Vous cherchez quelque chose de plus proche des festins de saleté lents et laborieux d'Incantation? Alors "Tenebris Arca" est votre confiture, mon ami. Comme je l'ai dit, le groupe a étudié avec les meilleurs et a perfectionné ses talents pour créer son propre chef-d'œuvre en hommage aux plus grands.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

À partir de là, je suppose que vous pourriez trouver la seule vraie objection pour cet album. Il y a BEAUCOUP de "nouveau" death metal old-school là-bas maintenant. Avons-nous vraiment besoin de plus? La première réponse évidente est: Qui s'en soucie? Si un groupe adopte un bon style et y met sa propre touche, nous devrions le célébrer. Cependant, mon plaidoyer pour cet album irait au-delà de cela. Il n'y a pas beaucoup de groupes de premier plan (en dehors de quelques-uns sur 20 Buck Spin, comme Ossuarium) jouant à partir du playbook Finn-Black aussi efficacement que ces mecs. Et cela témoigne de l'esprit de persévérance du groupe dans lequel ils existent depuis 2006 et y ont persévéré assez longtemps pour finalement produire un album complet en 2020.

Donc, si vous recherchez du death metal solide et savamment composé pour célébrer la mort de cet été terrible, Dans des sanctuaires sans vie devrait avoir une place prioritaire sur votre étagère, votre disque dur, votre file d'attente de streaming, ou autre. C'est un disque qui capture un sentiment de malheur inquiétant et étrange tout en écrasant toujours avec toute la fureur de mille volcans. Un son à voir.

Résultat: 9/10

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Chansons préférées: "Cranial Festering", "Putrefactive Adoration" et "Vitreous Hemorrhage"

Revenir en haut de page