Le score de Fugees reste un oracle hip-hop 25 ans plus tard | Critique classique

Ce mois-ci marque le 25e anniversaire de l’un des disques hip-hop les plus célèbres de tous les temps: le classique de Fugees, The Score. Pour célébrer le jubilé d’argent, nous explorons l’héritage de l’album sur la prochaine saison du podcast The Opus. Avant la dernière entrée de la série de Consequence Podcast Network et Sony, nous vous donnons la chance de gagner un pack de prix exclusif Fugees, qui comprend du vinyle exclusif, une platine vinyle et des écouteurs. Après avoir lu cette critique classique de The Score, assurez-vous de participer ici pour courir la chance de gagner!

Alors que la musique rap continue de dominer les charts et de définir les tendances culturelles en matière de mode, d’art et de la façon dont nous utilisons le langage, il est impératif de se rappeler que son objectif le plus puissant a toujours été la narration. De The Sugarhill Gang et Grandmaster Flash and the Furious Five à NWA et Public Enemy, les messages évocateurs ont toujours été au cœur du rôle des paroles dans le hip-hop. Quand on considère les albums hip-hop classiques qui ont aidé à définir le genre tout en embrassant cet aspect créatif de la narration, Fugees ‘ Le score se trouve juste en haut de cette liste.

Une partie de son impact durable provient du trio de Wyclef Jean, Lauryn Hill et Pras Michel ayant publié leur effort classique de deuxième année au cours d’une année où le tissu de la musique noire changeait de manière palpable. En 1996, le monde allait assister à la dernière version de 2Pac (Tous les yeux sur moi), le début du règne musical de Jay-Z (Doute raisonnable) et les premiers albums des changeurs de jeu Lil ‘Kim (Noyau dur) et Foxy Brown (Ill Na Na). Des groupes influents comme Outkast et A Tribe Called Quest ont également publié des projets notables cette année-là (ATLiens et Beats, comptines et vie, respectivement), mais la présence de femmes animatrices dans les groupes de rap était pratiquement inexistante. Émoussé sur la réalité, le premier album largement sous-estimé des Fugees, avait présenté pour la première fois le public hip-hop à Mme Lauryn Hill et à sa tenue du New Jersey en 1994, mais il faudrait un suivi révolutionnaire du groupe quelques années plus tard pour qu’ils soient largement remarqués. .

Ce ticket perforé était de 1996 Le score, qui a légitimement consolidé la place de Fugees dans l’histoire du hip-hop et possède le matériel pour le prouver. L’album a été certifié six fois platine par la Recording Industry Association of America. Lors de la 39e cérémonie des Grammy Awards, Le score a remporté le prix du meilleur album de rap. L’éclectisme sonore qui distingue le groupe de ses contemporains provient de leurs racines haïtiennes. «Tout le monde cherche refuge», dit Jean Ambiance magazine en 1996. «Nous trouvons refuge dans la musique.» La façon dont l’album a imprégné des mélodies et des sons des Caraïbes de la soul, du reggae, de la pop et du R&B – en plus de leur utilisation d’échantillons intemporels et d’un lyrisme puissant – en a fait un classique instantané.

« Red Intro », avec une apparition de Ras Baraka (fils du poète Amiri Baraka), agit comme un signe avant-coureur dramatique pour Le scoreThèmes ésotériques et captivants concernant le capitalisme, l’identité et la normalisation de la masculinité hyperviolente. La dimensionnalité des mots parlés de «Combien de micros» révèle que Hill, qui déchire le verset d’introduction avec autant de passion et d’habileté, joue le second violon à absolument personne: «Laced with malice / Hands get callous / From saising microphones from here à Dallas / Va demander à Alice si tu ne me crois pas / J’entre dans ses visions comme Stevie / Regarde-moi monter du calice comme l’herbe. « 

Elle continue de surfer sur sa propre vague sur l’explosif «Ready or Not», qui échantillonne hardiment «Boadicea» d’Enya. Hill prouve ses douces prouesses en tant que chanteuse et rappeuse et déclare avec venin: «Alors pendant que vous imitez Al Capone / je serai Nina Simone / Et déféquer sur votre micro.» Le jeu de mots précoce de Jean couplé aux comparaisons insensées de Michel («Je réfugié de Guantanamo Bay / Danse autour de la frontière comme je suis Cassius Clay») présente la chimie qui fait des Fugees un trio si formidable sur Le score. Jean était le porte-parole provocateur qui oscillait entre révolution et rédemption; Michel était le poète sévère, mais espiègle, qui était souvent captivé par ses propres réflexions; et Hill était le virtuose imprévisible qui les unissait si remarquablement bien.

«Zealots» rend hommage de manière ludique et audacieuse à l’ère doo-wop des années 60. «La Bête» pénètre dans le territoire politique avec une précision acerbe en dénigrant des personnalités républicaines comme Newt Gingrich par son nom, dénonçant la régularité inquiétante de la brutalité policière et le problème raciste des prisons américaines. L’observation poignante de Jean sur la façon dont la richesse ne le sauvera pas de la discrimination puisqu’il est toujours un homme noir est perçante: «Ma conscience intérieure dit de jeter votre mouchoir et de vous rendre / Mais à qui? La «bannière étoilée»? / Oh, disons que tu ne peux pas voir des flics plus tordus que nous / À l’aube tôt dans la nuit, volez des niggas pour les clés / Militaire tordu facile et discret / Payer des impôts dans le cul / Mais ils me harcèlent toujours.

Hill flotte sans effort sur son suivi, «Fu-Gee-La», alors qu’elle interpole le tube de Teena Marie «Ooh La La La (If Loving You Is Wrong)» de 1988 pour le chœur tout en ajoutant un peu de sa propre pomposité: « Ooh, la-la-la / C’est la façon dont nous basculons quand nous faisons notre truc / Ooh, la-la-la / C’est le la naturel que les réfugiés apportent. En tant que premier single de Le score, «Fu-Gee-La» incarne parfaitement la complémentarité entre les trois artistes: la lucidité vocale de Hill contraste parfaitement avec le flux et le reflux des vers avant-gardistes de Jean et Michel.

Cependant, le moment de signature de l’album demeure lorsque Hill occupe le devant de la scène sur l’interprétation des Fugees du classique de Roberta Flack de 1973 «Killing Me Softly». Cela semble nu et extrêmement intime alors même que la basse tombe 90 secondes dans la chanson. Les adlibs de Jean («Une fois! Deux fois») ajoutent un peu d’entrain à un disque déjà parfait. Au Royaume-Uni, cette célèbre reprise était le single le plus vendu de 1996. Il était également massif aux États-Unis et a atteint la deuxième place du Hot 100. Il a également remporté la meilleure performance R&B par un duo ou un groupe avec Vocal à la 39e Cérémonie des Grammy Awards. «Killing Me Softly» célèbre la gamme de puissance de Hill, qui reste entièrement immersive chaque fois qu’elle est présentée.

Le ButLa chanson titre de la chanson honore le style boom-bap du rap avec son tourbillon de barres et son attrait audio robuste. Le point de vue de Jean sur «No Woman, No Cry» de Bob Marley est déchirant dans sa sentimentalité maudlin. «Manifest / Outro» termine les choses sur une note assez tendue. Jean s’enveloppe de références bibliques tout en contemplant sa place dans le monde: «Ma coupe déborde, passe-la, se réveille / L’heure est arrivée, la prophétie se manifestera / J’ai vu la mort, j’ai eu peur, des papillons sur ma poitrine / Père, si possible, laisse passer ça devant moi. Hill s’embrouille dans le chagrin dévastateur qui a conduit à des idées suicidaires, et Michel se démarque dans ses capacités lyriques en rappelant aux auditeurs son dynamisme.

Du début à la fin, Le score est une représentation convaincante de la nature ardue, mais resplendissante, du hip-hop. Toutes ses complexités – qui englobent la pauvreté, le sexisme, le racisme institutionnel et la violence inter et intraraciale – sont déchirantes à entendre mais nécessaires à connaître et à comprendre. Les Fugees ont agi comme des oracles de vérité dont l’inventivité a inspiré des générations de rappeurs à venir. Le score a résisté à l’épreuve du temps et est une écoute nécessaire pour ceux qui cherchent à comprendre la brutalité du hip-hop des années 90. Réfléchir à son impact 25 ans plus tard confirme quelque chose que le groupe savait quand ils ont commencé à faire de la musique ensemble: les Fugees étaient toujours en avance sur leur temps.

Pistes essentielles: «Killing Me Softly», «Combien de micros» et «Ready or Not»

Le score Ouvrages d’art

Les Fugees Le score

Revenir en haut de page