Le récapitulatif du stand de Stephen King, épisode 1, «La fin»: oeufs de Pâques et réponses | Podcast

Écoutez via les podcasts Apple | Spotify | Google Play | Radio Public | Stitcher | RSS

Enfin, le roman épique de Stephen King Le stand frappe CBS All Access. Languissant depuis des années dans l'enfer du développement, le voyage de page en écran a été presque aussi long et ardu que les randonnées à travers le pays prises par ses personnages. Pourtant, il est difficile de penser à un moment plus parfait pour cette histoire de destruction et de renouveau qu’au milieu d’une pandémie mondiale.

Au-delà de la parabole de la pandémie, des thèmes plus larges de prise de position contre le mal persuasif sont également au cœur de cette histoire. La série s'ouvre sur un terrible avertissement et un appel à l'action d'une mère invisible (Whoopi Goldberg) qui non seulement correspond à l'histoire de King, mais pourrait facilement être interprétée comme un message aux téléspectateurs alors que nous tournons nous-mêmes la page sur une année tumultueuse.

Ci-dessous, nous avons décomposé l'essentiel de la première de la série passionnante, "The End". Des grandes questions laissées sur la table aux différents œufs de Pâques jonchés partout, nous nous attaquons à tout. Vous pouvez également rejoindre Le club des perdants ci-dessus pour le début de leurs récapitulatifs hebdomadaires. Vous n’avez pas CBS All Access? Rendez-vous ici pour une semaine gratuite du service.


Qu'est-ce qui vient juste de se passer?

L'histoire commence alors que des ouvriers en EPI de fortune nettoient les corps en décomposition d'une église. L'un de ces ouvriers se précipite dehors pour vomir, et Constant Readers le reconnaîtra comme Harold Lauder (Owen Teague), membre du comité d'élimination des corps de la zone franche. C’est un peu choquant car cet événement ne se produit pas avant plus de 600 pages dans le roman massif de King; cette scène d'ouverture nous jette brusquement dans le cadre non linéaire que cette adaptation utilisera. Au lieu d'un centre de recherche californien, notre histoire commence à Boulder, dans le Colorado, où certains de ceux qui sont immunisés contre la peste mortelle connue sous le nom de Captain Trips se sont rassemblés pour réformer la civilisation.

Le roman de King commence avec l'épidémie et les premières centaines de pages racontent ce qui équivaut à la fin du monde tel que nous le connaissons. La deuxième section du roman suit des survivants isolés ou en petits groupes alors qu'ils traversent lentement le pays, guidés par des rêves mystérieux. S'inspirant de Perdu, ces sections seront racontées dans une série de flashbacks fondés sur la vie à Boulder ou à Las Vegas, la destination attirant des survivants qui peuvent être moins que vertueux. Cette restructuration est un choix audacieux pour une histoire aussi dense, et il reste à voir si le risque sera payant. Les lecteurs constants et les débutants de King sont susceptibles de subir un coup de fouet narratif avec le format non linéaire. Mais peut-être que c’est le but.



Qui est ce beau docteur?

Notre première rencontre avec le protagoniste Stu Redman (James Marsden) a lieu dans un établissement gouvernemental étudiant les maladies infectieuses. Se sentant plus comme un prisonnier que comme un patient, Stu a cessé de coopérer avec des tests médicaux pour protester contre le fait d'être gardé dans l'ignorance de sa détention. Entrez le Dr Ellis (Hamish Linklater). Il est affable et honnête, capable de couper la résistance de Stu avec gentillesse et empathie. Il fournit également une exposition précieuse aux téléspectateurs alors que nous apprenons que presque tout le monde avec lequel Stu est arrivé est mort d'une maladie mystérieuse connue sous le nom de Captain Trips.

Le Dr Ellis de Linklater est un changement marqué par rapport à son homologue du roman de King, le Dr Denninger, qui traite Stu avec la même compassion qu'il a pour le cochon d'Inde partageant sa chambre. Ici, le Dr Ellis établit un rapport avec Stu et fait appel à son sens du devoir d'aider les autres. Bien que probablement une coïncidence puisque ces scènes ont été écrites et tournées avant la pandémie, il s’agit d’un changement bienvenu dans une année où d’innombrables personnes refusent de faire le strict minimum pour empêcher la propagation d’une maladie mortelle.

D'un autre côté, l'homologue du Dr Cobb dans le roman de King, le Dr Elder, est tout aussi vengeur et meurtrier, rencontrant un destin similaire, bien que moins rempli de mucus.


Je ne reconnais pas cette voix?

L’une des révélations majeures de l’épisode est l’apparition du général Starkey (J.K. Simmons), commandant de l’installation dans laquelle Stu est confiné. C’est un petit rôle mémorable créé à l’origine par Ed Harris dans la mini-série 1994. Le casting de Simmons a été gardé secret, et bien qu'il soit une présence bienvenue, sa brève inclusion dans cette adaptation n'a pas le poids émotionnel qu'elle porte dans l'histoire originale.

King’s Starkey se sent responsable de la tragédie incalculable et des tentatives de donner la dignité dans la mort à certaines des premières victimes. Mais ici, il apparaît en tant que membre de Howard Hughes, partie de Big Brother, observant tout de son poste élevé jusqu'à ce que le virus l'atteigne également. Il n’a pas grand-chose à faire, mais sa lecture de "The Second Coming" de Yeats ajoute une émotion tragique à la fuite de Stu du CDC.


Qui est ce soldat et où va-t-il?

Le soldat qui a tout commencé, nous rencontrons pour la première fois le tristement célèbre Charles Campion (Curtiss Cook Jr.) alors qu'il se précipite dans une station-service à Arnette, au Texas, tout en s'accrochant à la vie au volant de sa voiture. Ce crash commence la chaîne d’événements qui mène à la captivité de Stu, à la mise en quarantaine d’Arnette et finalement à la fin du monde. Après une brève introduction pour établir l'exposition de Stu à Captain Trips, il disparaît jusqu'à la fin de l'épisode lorsque nous assistons à sa décision de courir.

Lorsque l'alarme signalant une brèche de confinement se déclenche, Campion suit les ordres pour fermer la base, mais profite d'un problème dans le système (plus à ce sujet dans une minute) pour fuir avec sa femme et sa fille. C'est là que le dispositif de narration décousu peut échouer le récit. Les téléspectateurs qui ne sont pas familiers avec le livre peuvent ne pas faire le lien entre le personnage sain que nous voyons à la fin de l'épisode avec le conducteur à la porte de la mort de plus tôt.

Maintenant à propos de ce problème: dans notre Club des perdants récapitulatif de l'épisode (voir ci-dessus), le co-animateur Randall Colburn souligne que, dans le roman, le pépin se produit naturellement alors que nous voyons ici que Flagg est responsable de garder la porte de l'ascenseur ouverte assez longtemps pour que Campion puisse s'échapper. Narrativement petit, c’est un changement sismique dans les motivations et le pouvoir de Flagg sur les événements de l’histoire qui pourrait avoir des ramifications plus importantes sur la route. Nous devrons attendre et voir comment cela se passe.


Nous devons parler d'Harold

L'épisode 1 est sagement centré sur le MVP Harold Lauder. Owen Teague le joue avec une perfection nuancée, capturant l’insécurité, la pomposité et la rage de l’un des personnages les plus dynamiques de la vaste tapisserie de King. Dans le roman, nous ne rencontrons Harold que lorsque le monde sera terminé et que nous entendons ses histoires d’intimidation de seconde main. Mais ici, on le voit attaqué, poursuivi et harcelé par d'autres et maltraité par sa famille. Nous sommes témoins de la réalité qui a façonné Harold et de la douleur qu'il trouve si difficile à lâcher prise.

Sans la fantastique performance de Teague, nous pourrions être tentés de le plaindre, mais sa réaction impitoyable à entendre un suicide combinée à ses entrées de journal au vitriol ajoutent de la profondeur à ce personnage compliqué. Le sourire mangeur de merde de Teague, pratiqué dans le miroir, est effrayant, tout comme la fraction de seconde où il glisse, révélant la haine qui se cache en dessous. Dans Harold, nous voyons les bénéfices du dispositif narratif fracturé encadrant l'histoire. En un seul épisode, ses tendances meurtrières sont révélées, et son choix d'aller dans l'obscurité ou la lumière met en place le conflit central de l'histoire.


Qui est Frannie ici?

Frannie (Odessa Young) is introduced in essentially the same way as King’s originally truncated novel with one big exception. After the heart-wrenching and physically demanding job of burying her father in the garden, Frannie attempts suicide by pharmaceutical overdose before being rescued by Harold.

Though it’s creepy that he intrudes on her space while she’s in the shower (see above thoughts on Harold), this inclusion allows the two characters to bond after tense moments earlier in the episode. Combined with Young’s unflinching performance, this narrative alteration brings humanity and relatability to Frannie missing from Molly Ringwald’s perhaps miscast performance in the original mini series. It also begs an uncomfortable question, “What if the only other person left alive is someone you can’t stand?”


Was That an Easter Egg?

Darkman

While clearing bodies in Boulder, Harold shines a flashlight on a movie poster from Sam Raimi’s 1990 superhero film, Darkman. Though not related to the story, it’s a fun reference to The Stand’s central villain, Randall Flagg, also known as the Dark Man. Gotta love that word play. What’s more, it’s also a slight nod to Raimi’s appearance in the original 1994 mini-series.

Cemetery Dance

Before leaving Ogunquit, Harold receives a rejection letter from Cemetery Dance. The award-winning horror magazine and publishing company has published limited editions of King’s work, and founder Richard Chizmar co-authored the novella Gwendy’s Button Box with the man himself. Another entry in the Gwendy saga is due next year.

On Writing

And speaking of that rejection letter, Harold stabs it on a large nail containing many similar letters in his bedroom. This is a reference to King’s own practice of impaling his rejection slips as a burgeoning teen author. He wrote of this practice in his memoir, On Writing, remembering that, “By the time I was fourteen, the nail in my wall would no longer support the weight of the rejection slips impaled upon it. I replaced the nail with a spike and went on writing.”

Closing Dr. Ellis’ eyes…

It’s a small moment, but Stu’s pause to close Dr. Ellis’ eyes as he lays dying is reminiscent of General Starkey’s trip to the site of the original outbreak in which he restores dignity in death to the first casualties of the outbreak. It’s not only a sweet callback to a memorable scene in the novel, but it’s also a tender moment, revealing the character of a protagonist we’ve only just met, but will follow through the course of the series.

Revenir en haut de page