Le monde à venir lutte pour rêver au-delà de sa matière d’origine | Bilan de Sundance 2021

Cet examen fait partie de notre couverture Sundance 2021.

Le pitch: Les gays féminins et le regard féminin se heurtent dans le deuxième long métrage de Mona Fastvold. Adapté de l’histoire du même nom de Jim Shepard en 2017, le film suit deux ménagères malheureuses qui trouvent l’amour dans le New York rural du 19ème siècle.

Alors que la direction de Fastvolds se concentre sur les deux personnages centraux Abigail (Katherine Waterston) et Tally (Vanessa Kirby), il n’est pas surprenant que Shepard et le co-scénariste Ron Hansen aient écrit le scénario. Ils font bien pour capturer le regard, mais l’histoire manque les objectifs clés qui existent en dehors du monde du patriarcat. On se demande à quoi ressemblerait l’interprétation de Fastovold du matériau.

Les femmes gays: Abigail est une femme au foyer malheureuse qui pleure la mort de sa fille. La plupart de ses journées sont consacrées à se morfondre dans la maison, à traire les vaches, à cuisiner et à nettoyer. La seule chose qui lui apporte une vraie joie est l’écriture créative. En tant qu’universitaire autodidacte, elle consigne tout ce qu’elle pense et ressent, en plus d’écrire de la poésie.

Le mari désespéré d’Abigail, Dyer (Casey Affleck), essaie de l’aider à guérir de la tragédie, mais elle est indifférente à son affection. Cependant, une étincelle s’enflamme lorsque de nouveaux voisins Finny (Christopher Abbott) et sa femme Tallie arrivent. Avant même que les deux femmes ne parlent, elles ont un concours de regard, ce qui montre clairement qu’il existe un lien entre elles.

À partir de là, les deux femmes commencent à se voir tous les jours, développant quelque chose qui va au-delà de l’amitié. Ils se récitent de la poésie et aiment passer du temps ensemble, mais leurs maris tuent toujours l’ambiance avec leurs attentes patriarcales. Dyer soupçonne qu’il se passe quelque chose de plus entre Tallie et sa femme, mais il semble content de la voir heureuse.

Le monde à venir lutte pour rêver au-delà de son matériau d'origine: bilan de Sundance 2021

Le monde à venir (Sundance)

D’un autre côté, Finney est un fanatique émotionnellement violent et contrôlant qui surveille chaque mouvement de Tallie. Il tolère le défi de Tallie mais voit finalement sa connexion avec Abigail comme une menace. Pour éviter de se faire prendre, le duo commence à utiliser son imagination et sa créativité et trouve du réconfort dans la compagnie de chacun. Inutile de dire que les femmes ont une tension romantique incroyable.

Fastvold chorégraphie ces scènes intimes avec empathie et compassion. L’un des moments les plus tendres est le troisième acte où Abigail et Tallie se détendent dans la forêt. Avec de grands yeux et de grands sourires, ils jouent avec les cheveux l’un de l’autre, se récitent de la poésie et rigolent. Dans le confort de la compagnie de l’autre, ils peuvent enfin discuter de leurs objectifs pour la relation.

Tallie veut utiliser le pouvoir de son imagination pour trouver un moyen de sortir de sa situation pour être avec la femme qu’elle aime, tandis qu’Abigail veut trouver un moyen d’exister dans les circonstances dans lesquelles elles se trouvent. C’est un échange enivrant et lyrique entre deux les femmes qui représentent les deux côtés du même spectre. Malheureusement, c’est la première et la dernière fois que cette conversation a lieu alors que le film fait un 180 complet et se transforme en quelque chose de sinistre.

Le regard féminin:Il y a des indices de thèmes qui pourraient être explorés dans le film. Comme comment on utilise son imagination pour trouver le bonheur dans les contraintes de la politique du 19e siècle, ou comment le pouvoir solidaire peut rajeunir sa soif de vivre. Les idées sont là, mais elles semblent toutes les deux circonstancielles et mènent à des impasses. Au lieu de cela, Shepard et Hansen sont plus préoccupés par la torture de ses personnages dans les 30 dernières minutes du film.

Cette fondation fragile, cependant, est nivelée par les performances de Waterston et Kirby. Kirby aborde le rôle de Tallie avec une réserve sensuelle, sa voix enfumée donnant une caractérisation profondément réfléchie et honnête d’une femme qui veut le bonheur en dehors du système du patriarcat. Alors que Waterston utilise le sens de l’imagination du personnage pour donner vie à son personnage, créant un rythme qui donne à Abigial une identité unique et quelque peu excentrique. En effet, un meilleur en carrière.

Le verdict: À l’apogée, des moments de bonheur et de tragédie se disputent, mais il n’y a tout simplement pas assez de temps pour traiter ce qui s’est passé avant que tout ne s’écroule. Pour cette raison, la fin usurpe toute la tendresse aimante qui précède, laissant un arrière-goût amer. C’est dommage aussi, compte tenu de la direction poétique et intime de Fastvold. Peut-être la prochaine fois qu’elle écrira le scénario.

Bande annonce:

Revenir en haut de page