Le guitariste de TETRARCH Diamond Rowe sur le nouvel album ‘Unstable’, The Nu-Metal Resurgence & Blazing Trails

Vous entendrez le nom de Tetrarch, alors familiarisez-vous.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

L’hybride hard rock et nu-métal de LA est passé de la sensation indépendante à la perspective lourde légitime avant leur Napalm Records début d’album, Instable (30 avril). Fidèle au battage médiatique, le quatuor du chanteur et guitariste Josh Fore, guitariste principal Diamond Rowe, bassiste Ryan Lerner et batteur Ruben Limas, n’ont cessé de croître depuis leur première rencontre, à l’époque du collège.

Suite de leur premier album acclamé Monstre, Instable voit Tetrarch tracer la ligne entre des riffs lourds et haletants, des voix rugueuses / claires et des crochets mélodiques et addictifs ancrés dans les sensibilités nu-métal qui ont dominé la fin des années 90 et le début des années 2000.

Rowe a rencontré Metal Injection pour un cours intensif sur tout ce qui concerne Tetrarch, leur ascension d’artistes indépendants à des prétendants légitimes à la diffusion à la radio, agitant le drapeau de la résurgence du nu-metal, vaquant tranquillement à ses affaires et devenant un pionnier improbable, l’album qui l’a initiée à la guitare et bien plus encore!

À la hausse des artistes indépendants à la perspective chaude

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

On n’a vraiment pas l’impression d’avoir été abattu par un canon, tu sais? Je veux dire, c’est cool de voir la trajectoire commencer à augmenter et plus vite, mais c’est ce que nous travaillons depuis tant d’années. J’ai rencontré Josh au collège, donc c’est un peu comme si nous avions fait ce long voyage pour arriver à ce point et que nous avons encore un très long chemin à parcourir. C’est notre passion et nous l’adorons, mais c’est définitivement quelque chose pour lequel nous avons travaillé. Ce n’était certainement pas une chose du jour au lendemain.

Nous avons en quelque sorte commencé à susciter l’intérêt du label très tôt dans notre carrière. Nous étions encore comme au lycée ou à la toute fin du lycée quand nous avons eu notre premier label majeur. Mais c’était toujours comme un remorqueur et une traction parce qu’à l’époque, nous n’avions pas beaucoup d’influence. Nous étions encore très nouveaux, donc tout type d’accord que nous aurions signé aurait été mauvais. Et nous sommes toujours à propos de nos affaires, donc c’est un peu comme ça ne s’est pas concrétisé, la partie label, je ne pense pas avant que ce soit censé le faire. Nous savions donc que nous devions toujours faire les choses par nous-mêmes. Nous savions que nous voulions faire cela, nous savions que nous voulions arriver à un certain endroit, mais cela n’allait pas nous être remis. Nous étions donc toujours d’accord pour travailler très dur.

Lorsque Monstre est venu et nous avons décidé que nous allions le sortir indépendamment, nous savions que nous devions y mettre tout ce que nous ferions si nous étions sur un label. Heureusement, nous avons eu les moyens de faire un peu plus que certains groupes, ce qui est très utile car c’est vraiment difficile. Même les labels ne rapportent pas autant d’argent qu’auparavant. Vous devez donc pouvoir investir en vous-même et nous avons la chance de pouvoir le faire. C’était donc vraiment cool. Nous avons eu notre premier publiciste avec Monstre et le simple fait d’être mis au premier plan avec tout le monde, cela a fait une énorme, énorme différence. Cela a créé une telle prise de conscience autour de nous. Les gens avaient un peu entendu parler de nous avec Monstre, mais maintenant ils commencent vraiment à y prêter attention. Je pense que c’est super cool. (Machines à sous en ligne.)

Sur agitant le drapeau Nu-Metal

Quand nous avons en quelque sorte évolué en tant que groupe musicalement et que nous avons atterri ici, ce n’était pas un effort conscient pour être du nu-metal, vous voyez ce que je dis? Nous avons commencé à laisser entrer d’autres influences que nous n’avions jamais eues auparavant parce que nous étions très metalcore avant, très thrash avant cela. Surtout au fur et à mesure que Josh progressait en tant que chanteur, nous avons commencé à dire: essayons différentes choses, en commençant par Monstre, que nous n’avons pas essayé auparavant. Des morceaux qui ne sont pas tous à 210, 215 BPM. Essayons une chanson qui n’a pas de section solo de deux minutes ou quelque chose qui a plus de groove ou qui a plus de voix claires, plus de voix hurlantes. Nous ne nous sommes donc pas mis dans une boîte.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Nos influences en grandissant, je pense, ont commencé à se montrer un peu plus. Et je dis tout le temps aux gens ce qui était populaire à l’époque, comme Nœud coulant, Linkin Park et Korn et tous ces trucs, ce qui a vraiment résonné chez nous avec ce type de groupes, c’est qu’ils pourraient être vraiment lourds, mais il y a encore tellement de mélodie à eux, des choses que vous pourriez comprendre. Même votre fan de métal typique pourrait les aimer, mais aussi quelqu’un qui n’aime pas le hard rock ou le métal pourrait les aimer. Nous avons toujours vraiment voulu être un groupe comme ça, qui peut marcher dans cette direction. Et nous avons été un groupe comme ça, nous avons toujours respecté la ligne. Nous avons eu des éléments vraiment lourds et des trucs plus mélodiques. Nous avons donc fini par tomber dans ce truc de nu-metal. Et c’est cool.

De toute évidence, vous ressentez de la haine uniquement parce que les gens voient le nom. Ils n’ont même pas besoin d’écouter. Ils voient le nu-metal et ils sont comme uuhhhhhh. Et au début, je dirai que nous étions un peu comme ça, ça craint, nous ne voulons pas nous appeler quoi que ce soit. Nous nous appelons juste du métal. Mais maintenant on est comme, tu sais ce mec, on s’en fiche. Vous voulez nous appeler nu-metal? C’est génial. Tant que notre musique résonne avec quelqu’un et que nous jouons ce que nous voulons jouer, nous ne pouvons pas aider ce que les gens nous appellent. Nous sommes donc d’accord avec ça. Nous brandissons le drapeau pour une résurgence du nu-metal. Cela nous convient.

Sur la ligne entre mélodique et lourd

Vous savez, je pense que c’est devenu un peu plus un effort conscient ces derniers temps. Quand nous avons commencé à écrire, nous avons toujours été une sorte de groupe comme ça. Josh a toujours été plus attiré par la partie chantante de sa voix, mais il a toujours été aussi un bon hurleur. Son groupe préféré autre que Metallica est Jour vert, et son père l’a élevé comme Confiture de perles et U2. Donc, il a toujours été plus un gars de la mélodie. Il a toujours choisi la mélodie plutôt que les trucs hurlants, même si nous le faisons souvent aussi. Donc, ça nous a aidés. C’est aussi ce que nous aimons et ce que nous aimons écouter. Il était donc naturel que nous voulions jouer de la musique où vous avez un énorme refrain ou vous pouvez entrer dans un pont qui est super lourd et un couplet qui est super lourd. Nous apprécions simplement cette formule.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Peut-être qu’avec ce nouvel album, c’était un peu plus une décision consciente. Comme nous savons que nous voulons rendre cet album angoissant. Nous savons que nous voulons rendre cet album racontable sur le plan lyrique et facile à chanter avec d’énormes accroches. Mais nous savons aussi que nous ne voulons pas être limités au poids que nous pouvons avoir sur certaines chansons. Nous avons donc pensé cela. Mais c’est ce que nous aimons, donc c’est un peu ce que nous écrivons. (NetBetsports)

Sur les paroles relatables et émotionnelles

Nous voulons vraiment écrire des paroles pertinentes qui peuvent résonner avec les gens. Il y a beaucoup de groupes que leurs fans les écoutent, et en paroles, ils écrivent sur les jeux vidéo et ils écrivent sur d’autres choses qui les intéressent. Mais pour nous, nous voulons toujours être en mesure de communiquer avec les gens et que les gens puissent comprendre ce que nous disons.

Et il y a certaines choses dans la vie dont tout le monde est confronté, que ce soit la douleur ou le chagrin ou le désir de se sentir autonomisé ou autre. Tout le monde à un moment de sa vie va avoir ces choses. Nous voulions donc vraiment structurer notre album autour de quelque chose que quiconque l’écoute peut comprendre.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Être un pionnier et fournir un environnement de vie inclusif

Quand j’ai commencé à faire des interviews il y a quelques années, j’avais l’habitude de dire à Josh que les gens me demandaient toujours quelles autres femmes comme les femmes afro-américaines et quelles autres femmes vous ont influencé à jouer de la guitare? Et je devrais littéralement essayer de inventer de la merde. Je fais juste deux personnes et j’en ai fini avec ça. Mais Josh est comme mec, soyez honnête. J’ai commencé à faire ça. Quand j’ai commencé à jouer de la guitare et à ce jour mes guitaristes préférés étaient comme Zakk Wylde, Sabrer, Dimebag, tous les mecs blancs, tu sais? Et je n’ai jamais pensé au fait que j’étais différent, rien. J’ai juste adoré ce qu’ils ont fait. J’adorais la musique et je voulais faire la même chose. Et je n’ai même jamais pensé à être différent. Je n’ai jamais pensé que ce n’était pas typique.

J’ai toujours été très bizarre pour ma démographie. Je dis ça aux gens tout le temps. J’étais dans le motocross et le hockey et juste des choses que je ne devrais pas être. Ce n’était pas différent. Alors que nous avons commencé à jouer et même dans la scène locale et au-delà, à mesure que nous évoluions, les gens ont commencé à être vraiment comme Diamond, ce que vous faites est différent. Comme si vous ne voyez pas cela, et que cela amènerait les gens à des émissions juste pour voir cela. Mais toujours pour moi, je le brosserais toujours comme si je ne comprenais pas. Je veux littéralement jouer de la guitare. Je veux faire partie d’un groupe et jouer du métal dans le monde entier, mais je ne veux pas de ça. Mais en vieillissant et en évoluant encore, j’ai réalisé à quel point c’était cool et à quel point c’était une bénédiction déguisée, parce que je ne considère pas cela comme une mauvaise chose. Cela a fait prendre conscience à Tetrarch que nous n’aurions peut-être pas été si je ressemblais à tout le monde.

Cela a permis aux gens de se sentir à l’aise lors de nos émissions qui ne se sentiraient généralement pas à l’aise. J’ai eu des gens qui sont venus dire que l’on se moquait tellement de moi à l’école parce que j’aimais le métal parce que je suis noir ou à cause de quoi que ce soit. Et te voir sur scène m’a donné l’impression que c’était cool pour moi d’aller à ces spectacles et de profiter de ce que j’aime vraiment. C’est vraiment cool d’entendre ça, surtout parce que c’était si authentique pour moi. Ce n’était pas un gadget, ce n’était rien. Je l’aime. J’ai beaucoup de gratitude pour cela et comme je l’ai dit, c’est comme une bénédiction déguisée.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Sur Personal Heavy Favorites

Il y en a probablement un ou deux. Le premier serait comme Nirvana Les plus grands tubes. C’était soit ça, soit Ça ne fait rien, mais c’était le premier disque de rock que j’aie jamais acheté. J’avais un ami à l’école que j’admirais en quelque sorte. Elle était plus âgée que moi et elle parlait toujours de Kurt Cobain. J’étais donc comme si je devais aller voir qui que ce soit, quoi qu’il fasse. Et je suis allé acheter ce CD et c’est la seule chose que j’ai écoutée pendant des mois. C’est un peu comme ça que j’ai commencé à me lancer dans le rock.

Et puis le second est probablement Marionnettiste parce que j’ai essentiellement appris à jouer de la guitare sur ce disque. Comme Marionnettiste, J’ai appris tous les riffs. C’était mon premier disque de Metallica que j’achetais. Je repense juste à apprendre cela et en écoutant ce disque, je savais que c’est ce que je veux faire pour le reste de ma vie. Juste avoir cette passion pour la guitare et la musique metal en général, c’est probablement ces deux-là.

Sur les plans post-pandémique

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Personne ne peut jamais planifier une pandémie mondiale. Mais je dirai une chose que nous avons dû apprendre uniquement dans cette industrie en général, mais aussi à travers ce processus, c’est que vous devez certainement savoir comment vous adapter. Cela ne nous sert à rien d’être comme, eh bien, c’est tout et juste gentil, voyons ce qui se passe dans deux ans. On ne pouvait pas faire ça. Nous devions trouver des moyens de continuer à grandir et à prendre de l’avance. Ainsi, lorsque nous pouvons repartir et reprendre la route, nous sommes dans un meilleur endroit que nous ne l’aurions été auparavant. L’adaptation était donc un élément important pour nous.

Évidemment, nous souhaitons que les circonstances soient différentes et nous pourrions sortir le record et prendre la route juste après. Mais nous essayons de rester positifs et de faire tout ce que nous pouvons et c’est sous notre contrôle. Et ce faisant, il semble que les choses se mettent en place pour nous. Il semble que nous ayons cette bonne chose en cours, frapper du bois. Mais nous essayons simplement de nous adapter et de faire tout ce que nous pouvons et de nous préparer le plus possible pour que nous puissions prendre la route.

Et en ce qui concerne la pression, c’est la pression, mais on adore ça. Comme je l’ai déjà dit, nous avons travaillé si dur pour occuper ce poste. Nous travaillons depuis l’âge de douze ans pour arriver à ce point et au-delà. Nous sommes donc prêts pour cela. Nous en sommes ravis. Je pense que nous allons livrer.

Revenir en haut de page