Lancement d’une initiative d’inclusion de la musique électronique pour lutter contre la discrimination et le harcèlement – EDM.com

Une nouvelle initiative d’inclusion a été lancée par un certain nombre de grandes marques de musique électronique pour lutter contre la discrimination et le harcèlement dans l’industrie.

Pioneer DJ, Beatport, Sentric Music Group, AFEM, Mixmag, RA, IMS et Women in CTRL se sont associés à InChorus, une plateforme de collecte de données révolutionnaire, pour lancer l’Initiative d’inclusion de musique électronique (EMII). L’objectif derrière le projet est d’adopter une approche basée sur les données afin de favoriser un écosystème de musique de danse plus inclusif.

Selon Mark Grotefeld, directeur général de Pioneer DJ, EMII «poussera pour un changement systémique dans toute l’industrie» dans son objectif de responsabiliser ceux qui ont été marginalisés.

La preuve est dans le pudding quand il s’agit du problème de discrimination d’EDM. De tous les artistes de l’édition 2019 de DJ MagDans la liste polarisante des «100 meilleurs DJ», seules cinq étaient des femmes et en 2020, le nombre est passé à un maigre 14.

Selon une étude de 2020 menée par l’USC Annenberg Inclusion Initiative, seuls 21,7% des artistes de musique électronique s’identifient comme des femmes. L’étude a également mis au jour l’idée que le problème n’est pas exclusif aux artistes. Les résultats ont conclu que les femmes représentent moins de 3% des emplois de production et techniques dans l’industrie de la musique et que les femmes de couleur assument un maigre 0,3% de ces rôles.

InChorus a encouragé quiconque a été victime de harcèlement ou de discrimination alors qu’il travaillait dans l’industrie de la musique électronique à participer via une enquête, qualifiant le projet d ‘ »espace sûr où aucun incident n’est » pas grave « . » Un communiqué de presse publié pour annoncer l’initiative note que l’enquête sera disponible pendant quatre semaines et offrira des informations clés sur la racine des tendances comportementales liées au harcèlement, aux préjugés et à la discrimination, selon le directeur général de l’AFEM, Greg Marshall.

« Les microagressions sont des expressions quotidiennes de préjugés et de préjugés qui créent un environnement hostile pour certains groupes », lit-on sur le microsite de l’initiative. « Par exemple, ce peuvent être des commentaires sur votre apparence qui vous mettent mal à l’aise, ou le fait que d’autres personnes émettent des hypothèses sur vos capacités. Nous savons que leur impact est loin d’être » micro « , alors partagez-les avec nous afin que, ensemble, nous puissions faire le changement se produit. « 

Vous pouvez participer et partager vos expériences en remplissant le sondage ici.

Revenir en haut de page