La nuit est une torsion terrifiante sur le brillant | La revue

Le pitch: En rentrant chez eux après une soirée entre amis, les immigrants iraniens épuisés, Babak et Neda Naderi (Shahab Hosseini et Niousha Noor), décident de passer la nuit dans un hôtel voisin avec leur petite fille Shebnam (Leah Oganyan). Ils se rendent vite compte qu'il y a de dangereux secrets cachés dans les murs du bâtiment mystérieux et que la nuit apparemment interminable se transforme bientôt en réalité pliant la terreur alors qu'ils se retrouvent piégés dans un enfer cauchemardesque de leur propre création.

La nuit a fait la une des journaux alors que le premier film iranien produit par les États-Unis à obtenir une licence de théâtre en Iran après la révolution de 1979 dans le pays. Bien que se déroulant dans le célèbre hôtel Normandie de Los Angeles, il s'agit d'une histoire iranienne racontée principalement en farsi et comprenant des Iraniens américains ou des immigrants iraniens devant et derrière la caméra. Le réalisateur Kourosh Ahari, dans son premier long métrage, livre une histoire trompeusement simple qui cache des vérités plus sombres sur les effets durables du chagrin et de la culpabilité.

Une chambre avec vue: Le célèbre Hôtel Normandie offre le cadre idéal pour la terreur furtive qui se cache dans ses chambres. Ahari joue magistralement avec la lumière et les ombres, créant une palette visuelle qui est chaleureusement attrayante, mais qui a un côté étrange. Une conception sonore impeccable ponctue la partition nerveuse de Nima Fakhrara, attirant les téléspectateurs avec des tons rêveurs soutenus avant de les replonger dans le cauchemar avec une dissonance discordante ou des commentaires perçants.

Mais ce sont les faibles bourdonnements, les robinets qui coulent et les pas incorporels qui inciteront probablement les téléspectateurs à vérifier par-dessus leurs épaules ou à allumer les lumières bien avant le générique final. George Maguire est effectivement troublant en tant que réceptionniste, partageant doucement des avertissements inquiétants sur l'hôtel ou laissant tomber des descriptions d'horribles tragédies dans les conversations les plus banales. Les harengs rouges ne mènent nulle part et les sauveurs potentiels vont et viennent, tous conspirant pour garder Babak et Neda piégés dans l'hôtel jusqu'à ce qu'ils fassent le travail de se libérer.

Nightmare Inn: Avant que Babak et Neda n'arrivent à l'hôtel, ils commencent à remarquer une présence cachée dans l'obscurité. Une fois enregistrés, ils rencontrent chacun des fantômes qui peuvent avoir un lien avec leur passé. Ou peut-être qu'ils ont été marqués par une malédiction de leurs nouveaux tatouages ​​assortis, une tentative fragile de réparer leur relation tendue. Ou peut-être qu’ils sont traqués par une silhouette encapuchonnée à peine aperçue dans l’ombre de la nuit. Ahari fait preuve d'une retenue impressionnante en refusant de révéler son monstre, et si la menace semble souvent indéfinie de manière frustrante, ces caprices accentuent les thèmes de répression du film et ajoutent à la dissonance cognitive essentielle à son message ultime.

Avant d'immigrer aux États-Unis, Babak et Neda étaient séparés pendant une longue période, laissant leur relation en question. Cette séparation forcée a créé une rupture entre le couple dont ils ont tous les deux du mal à discuter. c'est dans le refus de se confronter honnêtement que les graines de l'horreur se trouvent. Neda et Babak simulent une connexion qu’ils ne ressentent pas réellement. Et le mensonge menace leur vie.

Ahari reste concentré sur ses personnages principaux plutôt que sur les forces qui les torturent, gardant les téléspectateurs ancrés dans le mariage tendu au centre de l'histoire. Hosseini et Noor offrent tous deux des performances discrètement nuancées, montrant la confiance brisée qui pourrit leur relation et offrant un contraste poignant alors que chacun atteint finalement le point de rupture. La scène finale est absolument effrayante avec ses implications déchirantes et ses images obsédantes.

Salle 237: La nuit sera sans aucun doute mesuré par rapport à l'étalon-or des histoires d'hôtels hantées: Stanley Kubrick's Le brillant. C'est une comparaison juste et Ahari fait directement référence au film de Kubrick à plusieurs reprises avec des mises à jour sur des scènes emblématiques comme une menace menaçante se cachant dans une baignoire et une séquence de générique d'ouverture suivant une voiture dans un paysage instable. Cependant, ces comparaisons sont souvent subtiles et surtout apparentes lors de la relecture. Ils ne distraient jamais de l'histoire, mais servent de sténographie inconsciente ajoutant à l'atmosphère extrêmement effroyable du film.

Ahari a une solide compréhension du style visuel et bien que les parallèles soient là, ils ne se sentent jamais comme des imitations bon marché. En réalité, La nuit peut être lu comme une mise en accusation de la représentation par Kubrick du narcissisme et de la maltraitance émotionnelle avec Babak de Hosseini servant de contrepoint à la représentation emblématique de Jack Torrence par Nicholson. Les deux films présentent des hommes fuyant leurs sentiments et explorent les dangers de refuser de reconnaître la vérité; cependant, Babak cherche à protéger sa famille plutôt que de la détruire.

Le verdict: Bien que des comparaisons avec Le brillant sont justes, Ahari ne perd jamais le contrôle de sa vision et maintient le cœur de l'histoire: un couple brisé luttant pour communiquer entre eux. Le résultat est un récit édifiant non seulement pour les voyageurs, mais aussi pour ceux qui cachent des morceaux d'eux-mêmes aux personnes qu'ils aiment. Raconté principalement dans l'ombre, c'est une histoire de confiance brisée et de culpabilité obsédante. Ahari utilise l'un des tropes les plus anciens du genre pour nous rappeler que c'est en affrontant nos démons que nous acquérons le pouvoir de les surmonter.

Où est-il diffusé? La nuit a des postes vacants le 29 janvier via IFC Midnight.

Bande annonce:

Revenir en haut de page