La meilleure discothèque de Salt Lake City répond aux allégations d’incident homophobe qui ont conduit à une « traumatisme crânien » – EDM.com

Une importante boîte de nuit de Salt Lake City est sous le feu après une agression présumée qui, selon une participante, l’a envoyée à l’hôpital avec une « lésion cérébrale traumatique ».

L’incident a eu lieu à Sky SLC, qui a organisé un événement le 6 juin parrainé par le Utah Pride Center. La participante, Jenny Fu, allègue qu’un barman a adressé des commentaires homophobes à trois de ses amis, qui sont homosexuels. Après que Fu se soit opposé à la langue, elle affirme que le barman a appelé les gardes de sécurité du club pour l' »intimider » avant qu’elle ne soit expulsée de force.

Selon Fu, qui pense qu’elle a été distinguée en partie pour son héritage asiatique, quatre gardes de sécurité l’ont agressée près de l’entrée du club, où ils « ont jeté et poussé [her] au ciment. » L’épisode, dit-elle, a conduit à une commotion cérébrale qui l’a laissée « cognitivement lente » et « luttant pour répondre à ses besoins de base ».

Fu, qui maintient qu’elle a accepté de quitter les lieux avant son expulsion, dit que les actions des gardes lui ont laissé des ecchymoses sur les jambes, le bassin, les hanches et les bras, et « l’ont envoyée aux urgences avec une lésion cérébrale traumatique ».

« Je ne peux pas conduire. Je peux à peine voir à quelques mètres devant moi », a déclaré Fu EDM.com dans un rapport. « J’oublie toujours ce que je fais. Je ne peux pas travailler. Je fais des cauchemars. J’ai un début de SSPT. Je peux à peine me promener. J’ai peur de sortir de chez moi. »

L’un des amis accompagnateurs de Fu, Reuben Lehr, affirme qu’il a également été agressé dans la querelle, qui, selon lui, a été précipitée par l’opposition du barman au fait qu’ils n’utilisaient pas les toilettes neutres du club.

Alors que Fu était enlevé, Lehr allègue qu’un des gardes du club « a saisi mes poignets, m’a traîné à travers la porte et m’a poussé dans le corps de Jenny », à quel point il « a atterri durement sur mon genou droit, endommageant les lunettes de soleil dans la main et laissant mon genou en sang. »

« Nous avons appelé la police et déposé un rapport pour ce qui s’était passé », a déclaré Lehr EDM.com. « Nous avons montré aux flics nos blessures et leur avons raconté nos récits. Lorsqu’ils ont demandé à Sky leurs images de sécurité, le responsable leur a dit que les caméras avaient cessé d’enregistrer 30 minutes avant notre agression et que nous n’avions donc aucune preuve vidéo de ce qui nous était arrivé. . »

Malgré l’affirmation de Lehr selon laquelle la direction de Sky SLC a déclaré à la police qu’il n’y avait aucune séquence enregistrée de l’incident, le propriétaire Ken Dinsmore a ensuite partagé une publication sur Facebook contenant une vidéo de la prétendue fracas ainsi qu’une déclaration niant les allégations d’homophobie contre le lieu.

« Je voulais m’adresser au public moi-même au sujet des événements qui se sont déroulés le week-end dernier dans mon établissement Sky SLC », lit-on dans la déclaration de Dinsmore. « D’abord et avant tout, j’ai toujours été un grand partisan de la communauté LGBTQ+. J’ai organisé des événements pour la communauté. à d’innombrables occasions sans conflit. Mes portes ont toujours été ouvertes à tout le monde pour échapper au stress quotidien de la vie sans discrimination, et pouvoir se sentir à l’aise et libre d’être qui ils veulent être. « 

« Cela étant dit, je suis assez déçu de l’ensemble de la situation, cependant, je dois dire que mon club appelé » homophobe « est le plus éloigné de la vérité », poursuit-il. « Nous avons toujours fait preuve de respect et de soutien envers l’ensemble de la communauté, et apprécions le soutien que la communauté nous a apporté. Malheureusement, nous sommes parfois obligés de retirer des invités indisciplinés de notre lieu pour leur sécurité, celle de nos autres invités et de nos Personnel. »

Au lendemain de l’événement du 6 juin, une page Facebook appartenant à Sky SLC a également partagé une déclaration dans laquelle ils s’excusent pour l’incident.

« D’abord et avant tout, nous tenons à nous excuser sincèrement auprès de toute personne qui a été blessée physiquement ou émotionnellement par les événements qui se sont déroulés dimanche », indique le communiqué. « Nous avons toujours soutenu et accueilli la communauté LGBTQIA+ dans notre établissement et nous nous efforçons de faire de Sky un espace sûr pour la communauté. Nos efforts et les actions de certains membres de notre équipe n’ont pas été à la hauteur de cet engagement ce week-end, et nous nous en excusons. « 

« Bien que nous soutenions les décisions de notre équipe de sécurité pour garder le lieu sûr et sécurisé, nous ne tolérons absolument pas un comportement trop agressif ou insultant envers les participants qui sont retirés du lieu », poursuit le communiqué, qui note que le club s’efforce de  » faire amende honorable avec la communauté LGBTQIA+. »

Noelle Faen, animatrice du podcast populaire basé à Salt Lake City Va au diable, a dénoncé les excuses de Sky SLC comme « sans conviction » dans un fil Twitter. Elle a également exhorté les membres de la communauté LGBTQ+ locale « à rester à l’écart de Sky ».

Sky SLC n’a pas répondu à EDM.comdemande de commentaires supplémentaires.