La Fondation des droits de l'homme demande à Tyga d'annuler un concert en Biélorussie

L'organisation à but non lucratif basée aux États-Unis Human Rights Foundation (HRF) a envoyé une lettre à Tyga, demandant au rappeur d'annuler une apparente performance dans la capitale biélorusse de Minsk, comme Le Hollywood Reporter fait remarquer.

Le concert «Hip Hop Fireworks», qui inscrit également Saint JHN sur le projet de loi, doit actuellement avoir lieu le samedi 8 août, la veille de la tenue d'élections qui pourraient entraîner le renversement de l'actuel président Alexander. G. Lukashenko.

«Cette performance, prévue la veille des élections en Biélorussie, n’est pas une coïncidence», a écrit le président et fondateur de HRF Thor Halvorssen dans sa lettre à Tyga. «C’est une excuse pour annuler le dernier rassemblement électoral de l’opposition et empêcher les Bélarussiens ordinaires de montrer leur soutien à la liberté et à la démocratie. C'est aussi une tentative délibérée de détourner l'attention de la fraude électorale massive qui a déjà lieu dans tout le pays.

Halvorssen a poursuivi:

Tyga a été un fervent défenseur de Black Lives Matter
mouvement. Il a exhorté les partisans à voter aux élections locales et à prendre
dans les rues en signe de protestation. Son soutien au régime de Loukachenko sera
minent grandement l'activisme qu'il a encouragé aux États-Unis,
et fournir au dictateur biélorusse un coup de propagande utile. Nous esperons
il se tiendra aux côtés du peuple biélorusse par opposition à leur
oppresseur. Il doit décliner l'invitation à se produire pour le dictateur.

Pitchfork a contacté les représentants de Tyga et Saint JHN pour obtenir leurs commentaires et plus d'informations.


Alexander Loukachenko est considéré comme un autoritaire et détient le pouvoir en Biélorussie depuis 1994. Les sénateurs américains Dick Durbin, Marco Rubio et Ben Cardin ont récemment présenté une résolution appelant à «une élection présidentielle libre, juste et transparente en Biélorussie le 9 août. 2020, y compris la participation sans entrave de tous les candidats à la présidentielle. Ils écrivent que «lors des dernières élections présidentielles de 2010 et 2015, Loukachenko a arbitrairement disqualifié ou emprisonné des opposants clés avant et après les élections».

Selon Le Washington Post, Loukachenko a emprisonné deux de ses rivaux politiques avant les élections du 9 août et a refusé l’enregistrement d’un autre candidat. Son challenger le plus notable est maintenant Svetlana Tikhanovskaya, l'épouse du candidat en puissance Sergei Tikhanovsky, qui a été arrêté en mai.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page