La chute de Viggo Mortensen offre des répétitions et des explétifs, mais aucun gain | Revue TIFF

Cette critique fait partie de notre couverture du Festival international du film de Toronto 2020.

Le pitch: Dans les débuts de réalisateur de Viggo Mortensen, le pilote gay de l’Air Force John (Mortensen) a du mal à prendre soin de son père conservateur malade, Willis (Lance Henriksen). Mécontent et n'a jamais peur de fuir une diatribe raciste, homophobe ou sexiste, Willis offense tout le monde, du mari de John Eric (Terry Chen) à sa fille Sarah (Laura Linney), tout en se glissant dans et hors des flashbacks, y compris ses deux mariages. aux épouses Gwen (Hannah Gross) et Jill (Bracken Burns).

Vieil homme grincheux: Au début Chute, alors que la relation entre John et Willis s’établit, il est clair que Henriksen est exceptionnel dans ce rôle. Willis est le genre de personnage curmudgeon dont les bords sont trop souvent adoucis dans les drames hollywoodiens et le vétéran du genre savoure clairement l'opportunité de jouer le rôle d'une vieille manivelle méprisable.

Tout le monde et tout est un jeu juste pour Willis, dont la séquence moyenne se prolonge dans des flashbacks de la vie des enfants à la ferme. Il est immédiatement évident que Willis (Sverrir Gudnason) a élevé ses enfants et traité sa femme de manière très spécifique et hyper masculine: les garçons se réveillent tôt et partent à la chasse; les femmes préparent la nourriture et nettoient la saleté provenant de l'extérieur.

Dans un moment mémorable, la première femme de Willis, Gwen, lui demande d'éteindre sa cigarette et de l'aider à couper le gâteau du 10e anniversaire de John et il crache une litanie de jurons sur elle – et leur salon plein d'invités – avant de sortir. Ces scènes clarifient que la maladie de Willis n’est pas à blâmer pour son comportement abrasif. Il a toujours été comme ça… c'est juste que maintenant il est en train de mourir.

Vieux et fatigué: Le principal argument contre Chute est que son personnage central est un dinosaure peu aimable dont la démence garantit qu'il ne changera jamais. Willis n'est pas seulement frustrant pour sa famille, il est aussi une corvée pour le public qui regarde le film. Ce qui commence comme une étude de personnage intrigante et un rôle fort pour Henriksen devient rapidement strident et une note parce que Willis ne peut pas évoluer. Il n'y a rien ici, sauf les incessantes diatribes haineuses de Willis, qui deviennent rapidement répétitives et de plus en plus frustrantes à regarder.

Willis est clairement un homme malade et les moments où il oublie ce qu'il a déjà demandé – ou exigé – est un portrait révélateur d'un vieil homme perdant ses facultés. Le problème est que Chute ne se développe jamais pour expliquer pourquoi son public devrait s'en soucier, ni même pour expliquer pourquoi John fait l'effort. Le script de Mortensen répète simplement les mêmes interactions abusives, définies par le refus de John de prendre l'appât pendant que les personnages secondaires se mettent en colère, se maussent ou font des blagues pour briser la tension.

Mais répéter la même scène dans différents contextes avec des personnages de soutien en rotation pendant deux heures mérite une sorte de récompense émotionnelle ou de catharsis et Chute ne livre jamais sur ce front.

Retour à la nature: Heureusement Chute est exceptionnellement bien tourné et édité. Cela est particulièrement évident dans la manière idyllique dont la nature est représentée visuellement, en particulier les flashbacks de Willis sur la vie à la ferme. Des gros plans sur le blé, l'eau courante et les grands espaces capturent le désir nostalgique et idéaliste de «temps plus simples». Cela offre une belle juxtaposition aux notions perçues (et mal informées) de Willis sur la vie en ville, et plus particulièrement sur le style de vie libéral californien de son fils et de sa fille.

Dans une scène d'un brunch familial dans la cour de John, Sarah commente le travail d'aménagement paysager de John, réfléchissant à sa transition vers quelque chose de beau du terrain stérile d'origine. Curieusement, la caméra de Mortensen ne révèle jamais plus que la table où tout le monde est assis, refusant résolument de confirmer l'affirmation de Sarah. La seule vraie nature photographiée de nos jours se produit lorsque Willis se faufile d'un autre déjeuner pour visiter la plage, où il patauge dans l'eau jusqu'à la taille, pris entre la démence et l'euphorie.

Ce qui est ironique, alors, c’est lorsque l’action déménage dans la ferme bien-aimée de Willis pour le dernier acte, ces souvenirs de flashback chaleureux et accueillants contrastent avec la froide réalité actuelle. La ferme n’est ni vibrante ni nostalgique; il a un toit taché d'eau et des enclos pour animaux peu accueillants. La déconnexion entre la mémoire et la réalité n'est qu'un autre exemple de la façon dont Willis s'est détaché du monde qui l'entoure, en plus de préfigurer sa mort imminente.

Le verdict: Malgré la bonne direction de Mortensen, qui livre également une solide performance aux côtés d'Henriksen et (brièvement) Linney, Chute est un exercice répétitif et épuisant qui n'arrive jamais à expliquer pourquoi le public devrait se soucier de son caractère de patriarche malade. C'est trop long et trop une note pour trop peu de gains.

Où joue-t-il? Chute tombe dans les salles le 4 décembre.

Bande annonce:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page