Accueil » John and the Hole fonctionne mieux comme une série de vignettes | Bilan de Sundance 2021

John and the Hole fonctionne mieux comme une série de vignettes | Bilan de Sundance 2021

Cet examen fait partie de notre couverture Sundance 2021.

Le pitch: Une riche famille nucléaire composée du père Brad (Michael C. Hall), de la mère Anna (Jennifer Ehle) et de la fille adolescente Laurie (Taissa Farmiga) se réveille un matin pour découvrir que le plus jeune enfant John (Charlie Shotwell) les a drogués et abandonnés dans un bunker souterrain au milieu des bois.

Alors que le sociopathe John explore et rejette les responsabilités de maintenir le domicile familial et d'échapper à la détection par les amis et la police, sa famille est obligée de se lier pour survivre. Avec le temps, ils doivent tous accepter la vérité qu'aucun d'entre eux n'a vraiment prêté attention à la vie des autres avant cette épreuve.

Décadence élégante: John et le trou est un premier long métrage élégant de l'artiste visuel Pascual Sisto. En plus de prendre des photos drones dans les bois pour souligner l'isolement du trou, Sisto utilise un cadrage et un léger mouvement de caméra pour renforcer la distance émotionnelle de la famille. John et le trou commence et se termine par des séquences de dîner sans dialogue, tournées de l'extérieur vers l'intérieur et bloquées pour souligner le manque d'interaction entre les membres de la famille.

À ce titre, le film est visuellement somptueux. L'affluence chaleureuse de la magnifique et massive maison familiale, capturée dans des plans de suivi lents qui évoquent une vitrine portes ouvertes, est souvent contrastée avec l'oppression fade du bunker. Au fur et à mesure que le film avance, les deux environnements commencent à se décomposer: les parasites et les ordures commencent à s'accumuler parce que John a négligé de nettoyer, tandis que sa famille succombe de plus en plus à la saleté, à la crasse et aux déchets corporels dans leurs quartiers souterrains exigus.

Ce n’est guère subtil, mais c’est efficace.

Trou creux (W): L'une des plus grandes critiques du film est qu'il gaspille une prémisse prometteuse sur une critique superficielle de la vie des Blancs aisés. Le scénario de Nicolás Giacobone, une adaptation de sa propre histoire courte, offre un excellent premier acte qui présente de manière experte la famille, explore leur vie quotidienne et établit l'apathie qu'ils ressentent l'un pour l'autre. Au fur et à mesure que le film progresse, Giacobone ne parvient pas à offrir un nouvel aperçu, même si les personnages se détériorent et sont obligés de compter avec leurs choix.

Le film souffre d'un problème courant qui survient lorsqu'un court métrage est allongé sur la longueur du long métrage: John et le trou manque de matériel suffisant pour justifier son exécution. Cela est plus évident dans le troisième acte, qui commence à traîner interminablement alors que le public attend le gain. À ce titre, la fin sera sans aucun doute un facteur de division pour le grand public, car le film évite les réponses faciles ou une résolution conventionnelle cathartique.

Par conséquent, John et le trou est plus une collection de scènes mémorablement inconfortables par opposition à un trou cohésif (w).

Fables: Des interludes récurrents avec une mère, Gloria (Georgia Lyman), et sa fille Lily (Samantha LeBretton), 12 ans, se mélangent au récit dominant. Ces brèves scènes se produisent trois fois – à 35, 72 et 100 minutes – et semblent confirmer que la bataille de John avec sa famille est en fait une histoire que Gloria raconte à Lily.

Ce dispositif d'encadrement structurel est discordant et devient de moins en moins efficace à mesure que le film avance. Le dialogue, en particulier, est brusque et délibérément rebutant: la vanité est que Gloria traite Lily comme une adulte qui devrait être capable de prendre soin d'elle-même, tandis que Lily proteste qu'elle est encore une enfant. C'est un commentaire évident sur le voyage vers l'âge adulte que John expérimente dans le récit principal, mais l'intonation et la présentation non naturaliste des séquences de Gloria et Lily évoquent des comparaisons avec Yorgos Lanthimos d'une manière qui le fait. John et le trou pas de faveurs.

Le verdict: Malgré de bonnes performances et une direction élégante, John et le trou est un examen creux de la vie des riches, se faisant passer pour une fable sur la croissance. Ce qui commence comme une prémisse passionnante et thématiquement riche s'épuise rapidement avec un runtime affaissé et un troisième acte sinueux. En fin de compte, John et le trou est trop étrange pour le grand public et pas assez bizarre pour devenir un favori culte.

Revenir en haut de page