[Interview] La direction de SIDEPIECE explique ce qu’il a fallu pour faire sortir le survivant de Lollapalooza

Il y a eu au moins quatre festivals majeurs à travers l’Amérique du Nord le week-end dernier, sans compter Tomorrowland qui a conclu son troisième week-end en Belgique, dont l’un étant Lollapalooza à Chicago. Le festival aurait fêté son 20e anniversaire l’année dernière si le COVID-19 n’avait pas forcé le report des éditions 2020 et 2021, cette année a donc été particulièrement importante pour son premier événement complet.

Avec Metallica, Dua Lipa, Machine Gun Kelly, J. Cole, Kygo, Kaskade, Green Day, The Kid Laroi et bien d’autres représentant la première ligne, il y avait beaucoup à apprécier dans la programmation de cette année. Pendant ce temps, sur la scène de Perry samedi, quelque chose de légendaire se produisait : PIECE LATÉRALE rassemblait une foule incroyable pour leur première fois en jouant à Lollapalooza.

Ceux qui ont pris la sage décision de rester pendant tout le tournage ont également été témoins d’un spectacle incroyable. Jim Peterik de Survivor est sorti sur scène et Nitti Gritti est revenu à la batterie alors qu’ils jouaient une interprétation en direct de « Eye of the Tiger ». Étonnamment, le groupe originaire de Chicago n’a jamais, pas une seule fois, joué Lollapalooza (qui, si vous l’avez manqué, est à Chicago), donc ce fut un moment vraiment historique pour la Windy City.

Après avoir appris ce qui s’était passé, nous avons dû contacter Jason Rosenbaummembre de l’équipe de direction de SIDEPIECE (du côté Party Favor pour Spacecamp Management), qui gère également Wuki, Rossy et Hex Cougar, pour découvrir ce qu’il a fallu pour que ce moment se produise.

Comment ou quand l’idée s’est-elle concrétisée de faire apparaître Jim Peterik de Survivor pour le plateau de Lollapalooza?

Jason : C’est peut-être la partie la plus folle de l’histoire, assez drôle. Cette idée n’est apparue qu’en février, à peine 5 mois avant le spectacle. Je parlais avec un éditeur en train de jeter des idées sur le mur pour des échantillons sympas que mes clients pourraient utiliser, et « Eye Of The Tiger » est apparu – nous avions des dizaines d’idées, mais celle-là m’a immédiatement marqué. J’ai quelques clients qui adorent sampler, mais mon esprit s’est tout de suite tourné vers SIDEPIECE car ils ont déjà fait certains de leurs propres bootlegs/éditions de morceaux non conventionnels comme celui-ci. A donné les tiges à Party Favor qui a commencé le morceau, il l’a terminé avec Nitti environ une semaine plus tard, et une semaine après, il était déjà joué lors de leur tournée Kiss And Tell! Dès que j’ai entendu le produit final et vu les réactions folles lors des spectacles, j’ai su que je devais faire quelque chose de grand avec et mon esprit a commencé à s’emballer. J’ai pensé à tous les grands concerts que nous avions à venir cette année, puis je me suis souvenu… Survivor est un groupe originaire de Chicago, et nous avions réservé pour Lolla. Je dois y travailler sur-le-champ. Penser que nous sommes passés d’une idée pure lors d’un appel téléphonique à QUE performance live en 5 mois est ahurissant, et je ne m’en suis pas vraiment rendu compte jusqu’à ce que j’écrive cette réponse.

Quels ont été, le cas échéant, certains des défis rencontrés lors de la réalisation de ce moment ?

J: Quelque chose que je pense que beaucoup de gens ne réalisent pas pleinement, c’est à quel point il faut du travail pour organiser un spectacle épique en direct, même pour les DJ. Les directeurs de tournée, les médias, l’équipe de visuels/production, les SFX, le matériel DJ, tant de pièces doivent s’aligner parfaitement avant même que le DJ ne monte sur scène pour offrir aux fans l’expérience qu’ils espèrent. Dès que vous commencez à introduire des éléments en direct ou des moments planifiés, cela devient 10 fois plus compliqué.

Jim est le guitariste original de Survivor et l’auteur original de Eye Of The Tiger, donc l’étape 1 consistait à entrer en contact avec lui et à voir s’il aimait même la chanson ! Une fois que nous l’avons joué pour lui, il a adoré (merci aux légendes du rock à l’esprit ouvert haha) et a commencé à parler d’idées de performances en direct, et tout le monde a tout de suite convenu que Lolla était l’endroit pour le faire. Après cela, nous avons commencé à trouver des amplis de guitare locaux pour Jim, Nitti est également un musicien méga talentueux et a décidé de jouer de la batterie en direct avec Jim pour encore plus d’effet, alors en réservant son ensemble de batterie, les trois gars ont travaillé ensemble pendant quelques semaines sur l’exact version live de la chanson qu’ils joueraient afin qu’ils puissent répéter et préparer les timings et les moments sur scène, nous avons travaillé avec notre équipe de production pour créer et programmer les visuels pour accompagner la chanson (naturellement, nous avons dû utiliser un montage Rocky, superposé avec certains de nos autres contenus personnalisés), je dirais qu’il y a eu environ 30 heures d’appels téléphoniques et des centaines d’e-mails pour créer ce moment unique. Nous avons passé 2 heures complètes à Lolla à vérifier le son de la batterie, de la guitare, de nos visuels, à pratiquer le moment, tout pour nous assurer que tout était parfait. Vraiment une quantité insensée de coordination, de planification, de préparation et de répétition pour créer une expérience de 3 minutes pour nos fans, mais dont ils se souviendront longtemps, espérons-le.

Cela n’aurait absolument pas pu être fait sans les efforts combinés de toute notre équipe élargie, si profondément reconnaissante pour Ryan, Corynne, Paul, Kleos, Mike, Nate, Ivan, Tyler, Jim, Joe, et surtout, à Dylan et Ricky pour m’avoir fait confiance, ainsi qu’à l’équipe, dans leur carrière et avoir cru en nous pour que cela se produise pour eux. Je me souviens d’avoir été à la Miami Music Week, pas même un mois après la création de la chanson, et d’avoir demandé à l’équipe de me laisser courir avec mes idées – je ne les remercierai jamais assez de m’avoir fait confiance, et je suis tellement content d’avoir pu livrer pour eux.

Maintenant, le prochain défi est d’aligner la sortie officielle, plus de nouvelles bientôt 😉

Pourquoi survivant ? Pourquoi « L’oeil du tigre » ?

J: L’une des devises que nous avons dans l’équipe SIDEPIECE est que tout ce que nous faisons doit être un moment. Qu’il s’agisse d’une grande chanson qui frappe juste comme il faut, d’un spectacle fou ou même d’une simple apparition dans la presse, nous nous efforçons de faire en sorte que tout ce que font les gars mérite d’en parler. Quand je suis tombé sur cette idée spécifique, j’ai tout de suite su qu’elle s’inscrivait parfaitement dans la philosophie de SIDEPIECE. C’était inattendu, c’était légendaire, cela rejoignait des mondes disparates, c’était quelque chose que personne n’avait jamais fait auparavant, et je devais y arriver. « Eye Of The Tiger » est une chanson que presque tout le monde de chaque génération connaît et a une sorte de connexion, une chanson avec laquelle même quelqu’un l’entendant pour la première fois résonnerait, et je savais à quel point elle aurait un impact dans un mise en direct. Enfer, même debout sur scène, sachant ce qui allait se passer, j’avais toujours l’énergie et l’excitation les plus nerveuses que j’aie jamais eues de ma vie, et quand Jim est sorti et a frappé ce premier accord de guitare, je l’ai senti revenir à nous de la foule immédiatement. Je suis presque sûr que j’étais aussi excité que n’importe qui dans la foule, sinon plus, même si je savais que ça allait arriver.

Considérez-vous cela comme l’un de vos moments les plus fiers ou les plus grands en tant que manager d’artistes ?

J : Sans conteste, de loin le plus grand moment de ma carrière à ce jour. Je mentirais si je disais que je ne suis pas devenu incroyablement émotif sur scène en regardant les fruits de notre travail se dérouler sous mes yeux. J’ai pu travailler avec l’une de mes idoles du rock depuis que je suis enfant, j’ai pu aider mes clients à réaliser un spectacle inoubliable et déterminant pour leur carrière, j’ai pu créer un moment spécial pour nos fans et j’ai pu aider à mettre sur pied un banger complet d’une chanson. C’est ce que représente ce travail pour moi, et ce spectacle était tout ce que j’aime dans la musique, fusionné dans le souvenir d’une vie.

Nous avons vu les photos du plateau et il semblait que SIDEPIECE avait la scène à peu près aussi remplie que possible. Lorsque vous avez regardé et vu ce que vous, votre équipe et vos artistes aviez accompli, qu’est-ce qui vous passait par la tête ?

J : Pour être tout à fait honnête, la seule chose qui me passait par la tête était « putain de merde, putain de merde, putain de merde ». Incrédulité totale que nous ayons réussi à mener à bien une entreprise aussi énorme, pure joie que cela se passe exactement comme je l’avais imaginé, je ne pouvais tout simplement pas comprendre que mes idées folles prenaient vie devant moi. Les choses se passent rarement comme prévu, surtout dans ce métier, mais de le voir se mettre en place comme ça, juste… wow. L’industrie de la musique nous met tous à rude épreuve, mais des moments comme celui-là sont la raison pour laquelle je le fais, et les vivre me rappelle de continuer à avancer.

J’ai entendu dire que vous aviez personnellement un lien unique avec Lollapalooza. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ?

J: Le premier festival auquel je suis allé en dehors de ma ville natale (LA) était Lollapalooza 2009 – j’y suis allé en tant que jeune de 16 ans avec mon meilleur ami et j’ai pu voir des légendes comme Simian Mobile Disco, MSTRKRFT , Bloody Beetroots, Crookers, j’ai même vu The Glitch Mob jouer un set de 15h sur une table pliante devant une foule de PEUT-ÊTRE 500 personnes. Vraiment les premiers jours du boom de la musique dance, quand tout semblait encore underground, chaotique et nouveau – j’étais déjà un grand fan de danse, mais cet événement unique a cimenté mon amour des festivals, de la culture de la musique dance et de tout ce qui allait avec. J’y suis retourné en 2010 et 2011, et ces 3 années sont encore à ce jour parmi mes meilleurs souvenirs de festival de musique. Lolla est toujours mon festival préféré sur la planète, même maintenant. J’ai ensuite obtenu mon diplôme d’études secondaires et je suis allé à l’université, mais je savais déjà à ce moment-là que je voulais travailler dans la musique d’une manière ou d’une autre et être impliqué dans la magie dont j’avais commencé à être témoin lors d’événements comme Lolla. Je n’ai pas eu l’occasion d’assister à Lolla à l’université, mais une fois que j’ai commencé ma carrière et que j’ai vu comment fonctionne ce côté de l’entreprise, j’ai décidé de ne plus y assister tant qu’un artiste ne jouerait pas sur le s’aligner.

Cette année marquait 11 ans depuis ma dernière participation, et c’était plus épanouissant que je n’aurais jamais pu l’imaginer de voir l’objectif que je m’étais fixé se réaliser, et d’une manière TELLEMENT folle. J’ai tellement de chance de pouvoir travailler avec des personnes aussi talentueuses, et aider à réaliser leurs rêves est mon rêve devenu réalité.

Je ne sais pas si ce moment était un objectif spécifique que vous vous étiez fixé pour le projet, mais avec le recul, je suis sûr que ce sera un moment de fierté dans l’ensemble. Qu’espérez-vous accomplir ensuite avec SIDEPIECE ?

J : Je n’ai certainement jamais participé au lancement de SIDEPIECE en pensant qu’un jour nous travaillerions avec Survivor, c’est sûr haha. Quel tourbillon (même pas) 3 ans que ça a été !

Je pense qu’il va être assez difficile de faire mieux que ce que nous venons de faire, mais c’est le plaisir et le défi de la gestion – maintenant il est temps de proposer des idées encore plus folles et de les concrétiser également. L’un de mes plus grands objectifs personnels avec le projet est de trouver des moyens créatifs et uniques de combler le fossé entre la scène underground / tech house / house et la sphère musicale plus traditionnelle, quelque chose dans lequel je sens que les gars excellent déjà avec leur composition et leur production, d’une manière authentique et percutante avec laquelle toutes sortes de fans peuvent résonner d’une manière ou d’une autre.

Nous cherchons toujours des moyens de sortir des sentiers battus, d’accomplir des choses que personne n’attendait de nous et de rendre chaque chanson et émission plus grande et meilleure que la précédente. Je travaille déjà sur ce prochain grand moment pour l’année prochaine, il est encore secret, vous devrez donc attendre et voir, mais Lollapalooza 2022 m’a donné la confiance que nous pouvons accomplir tout ce que nous avons décidé et je peux n’attendez pas que tout le monde voie ce qu’il y a d’autre en magasin ! Tout le monde a besoin d’un SIDEPIECE après tout…