IAN SWEET trouve son souffle sur la révélation Montrez-moi comment vous disparaissez | La revue

La vérité: Comment transformez-vous l’introspection en pop propulsive? Comment une réflexion profonde peut-elle pousser une personne vers de nouveaux modèles? Ces questions tissent la tapisserie éclectique de Montre-moi comment tu disparais, le troisième album d’IAN SWEET, le projet indie-rock désormais solo de l’auteur-compositeur-interprète Jilian Medford. La collection a débuté pendant que Medford, 27 ans, passait dans un programme de thérapie ambulatoire pour l’anxiété juste avant la pandémie, et la pop inventive et texturée des chansons marque sa meilleure sortie à ce jour.


Le bon: L’album s’ouvre sur une rafale momentanée, la première piste, «My Favorite Cloud», se développant dans un brouillage Flaming Lips-esque qui sonne comme une noyade de modem sensible, avant qu’il ne soit transpercé par la voix haute et filtrée de Medford: «Mon psychique m’a dit que je Je mourrais / Parce que j’oublierais de respirer. Ces textures psychédéliques et ces références au bruit reviennent à travers l’album, alors même que les chansons s’aventurent dans des paysages sonores modernes de dream-pop et d’électro-dance. L’album tourne autour de thèmes sombres et d’une pensée obsessionnelle, mais les sons sont brillants, reflétant peut-être les racines californiennes de Medford et la base actuelle de Los Angeles – des journées ensoleillées non moins vulnérables aux bouleversements internes.

Nous vivons une résurgence en or d’auteurs-compositeurs-interprètes féminins qui mélangent des paroles tranchantes et confessionnelles avec une mélodie, une structure et une instrumentation uniques et puissantes. Parfois, IAN SWEET déploie des voix aussi terriblement délicates que Julien Baker ou Adrianne Lenker, évoque la clarté lyrique de Waxahatchee, ou mine l’obscurité de la synth-pop à la Maggie Rogers et Japanese Breakfast. Dans ce domaine riche, comment un artiste ressortir? D’une part, IAN SWEET mélange les choses – en changeant les tons et les approches d’une chanson à l’autre, alors même que Medford superpose des thèmes récurrents.

L’autre aspect marquant ici est la richesse des crochets dignes d’être pointés ou tatoués. «Mon corps est une épée», insiste Medford / met en garde sur «Sword». «Il devient plus net quand il est ignoré.» Construit autour d’un riff de synthé sifflant, le morceau est funky – et un peu effrayant. «Faites attention», prévient le pont. « Payer attention», L’inflexion se déplaçant à chaque répétition. Sur « Drink the Lake », le refrain construit un chant comme un mantra: « Je vais commencer, je vais commencer / Dire votre nom / Dire votre nom / En arrière pour que je l’oublie. »

La qualité du mantra n’est pas une coïncidence: Medford dit qu’elle a adopté une technique de thérapie qui consiste à taper des points de pression comme une sorte de méditation, et de nombreuses paroles ont été tirées de sessions quotidiennes de journalisation. Heureusement pour les auditeurs, les paroles dépassent les clichés d’auto-assistance, creusant plutôt les dimensions particulières de la psyché de Medford. Portées par la houle atmosphérique, des images élémentaires de l’eau, de la terre et surtout de l’air parcourent ces chansons, revenant à l’idée d’apprendre – ou de réapprendre – à respirer. Medford se révèle comme une écrivaine puissante qui se rend compte que les romances (et les chansons d’amour et les chansons de rupture, d’ailleurs) sont souvent des projections de nos propres désirs non résolus.

Le mauvais: La voix de Medford reste souvent dans une gamme limitée de sons aigus, féminins et filtrés. Cela fonctionne bien dans la plupart des cas, car cela soulage la houle et la montée en flèche des arrangements, mais nous savons déjà qu’il y a plus d’outils dans son arsenal vocal, et il serait intéressant de voir comment elle pourrait les déployer. Dans le passé, elle a parfois fait japper, crier ou ceinturer d’une manière moins polie, mais ici, on peut avoir l’impression qu’elle se retient parfois d’émettre … et que toute colère est submergée. Sur le prochain album, je serais intéressé à entendre son expérience avec sa voix autant qu’elle joue avec l’instrumentation et la production.

Le verdict: Medford semble avoir appris qu’un moi intégré n’est pas nécessairement composé d’une histoire cohérente mais au lieu de plusieurs couches, de nombreuses facettes et couleurs, de pépins et de défauts. Et sur Montre-moi comment tu disparais, IAN SWEET se révèle comme une artiste innovante qui n’a pas peur de mettre en lumière des complications profondes et difficiles et de créer une musique pop brillante et intéressante qui ne répond qu’à elle-même.

Pistes essentielles: «Buvez le lac», «Épée» et «Améliorez-vous»

Procurez-vous une copie de Montre-moi comment tu disparais ici…

Montre-moi comment tu disparais Ouvrages d’art

IAN SWEET Montre-moi comment tu disparais Illustration à l'échelle 1 IAN SWEET trouve son souffle en me révélant comment tu disparais: examen

Revenir en haut de page