Hillbilly Elegy est essentiellement une démo pour la candidature d’un jeune républicain au Congrès | La revue

Le pitch: Le juriste et auteur James Donald Bowman (nom de plume J.D. Vance) est le produit d'une éducation du Kentucky et de l'Ohio. Et il est juste j'ai quelque chose à dire à propos de ça. Hillbilly Elegy est l’adaptation par Ron Howard et Vanessa Taylor du livre de Vance sur sa vie dans les Appalaches, en particulier comment a.) il a vaincu les héritages du Sud de «l’anxiété économique» ou quoi que ce soit que signifie b.) grandir en Yalie. (Vous pouvez juste entendre les maximes "maintenant je ne suis qu'un avocat du Sud dans la grande ville", n'est-ce pas?)

Vance est dépeint dans des récits de duel, comme un jeune con au Kentucky (Owen Asztalos) et comme un étudiant en droit en difficulté (Gabriel Basso) essayant de prendre soin de sa mère à la maison. Les deux histoires sont marquées par ses relations tendues avec sa mère et son «Mamaw». Sa mère Bev (Amy Adams) est une infirmière à vie aux prises avec une dépendance aux opioïdes et de graves problèmes de gestion de la colère. Elle bat le jeune J.D. et sa sœur, et Bev ne peut pas occuper un emploi plus de quelques minutes. Mamaw (Glenn Close) est la grand-mère sans fioritures de J.D., qui obtient tous les meilleurs zingers et discours – vous savez, comment dans la vie nous pouvons être de bons Terminators, de mauvais Terminators ou des Terminators neutres?

Hillbilly Elegy est l'histoire de la façon dont Vance a battu les chances de devenir un auteur passable. Pas sur la photo: racisme, analyse réfléchie du système éducatif du Kentucky, plongées en profondeur dans la crise des opioïdes, personnes en dehors de la vision microscopique du monde de Vance et autres préoccupations similaires.

Bullshit "Bootstraps": Vance a atteint un certain degré de notoriété littéraire pour ses mémoires de 2016 Hillbilly Elegy. UNE New York Times best-seller, le livre a été salué par Brookings et Le conservateur américain comme une chanson pour ceux qui restent. Il a également suscité des critiques raisonnables pour ses observations simplistes, sinon évitantes, sur les grands problèmes américains. L'appel semble tout au plus politique et au mieux discutable.

La prose de Vance recueille des idées difficiles mais folkloriques sur la vie avec les luttes de la «classe ouvrière». Travail acharné porte ses fruits. Il y a cette chose appelée «impuissance acquise», et nous devons mieux prendre soin de nous-mêmes. Les gens gèrent leurs problèmes en se battant, où il grandi. Il suggère également que les habitants de la région des Appalaches en voulaient à Obama en raison des renseignements du 44e président.

L'adaptation cinématographique est soit simpliste (représentation de Vance comme un héros qui se sauve) soit évasive (pas de discours d'Obama ici). Ce n'est pas non plus l'odyssée du cœur que vous pourriez imaginer – juste un mémoire cinématographique avec une portée sévèrement chétive. Vance, tel que traduit par Howard et Taylor (La poste), parle de manière suggestive pour tous les «hillbillies» là-bas.

Mais en limitant le récit au désespoir personnel de Vance, le film évite de nombreux grands problèmes. Dickens pourrait gérer des millions de personnages tout en encadrant la Révolution française dans toute sa ferveur socio-économique. De Paul Schrader Col bleu élaboré des choses intéressantes à dire sur Americana à travers les essais de travailleurs de l'automobile tendus. Comparée à d’autres documents, la «déclaration» de Vance apparaît comme incomplète, voire carrément naïve.

Une source plus avisée ou une meilleure équipe aurait pu développer les idées fondamentales sur les raisons pour lesquelles les gens ont des difficultés, mais le film n'a jamais aucune chance lorsque le drame est si lourd. C'est du porno de la pauvreté. Combattez, filez, répétez. Et il y a le noyau pourri.

Kentucky Fried Chicken: La direction d’Howard peut être décrite dans le sens du «stupide Tennessee Williams». Hillbilly Elegy ne fait pas ressortir le meilleur de sa distribution, et Howard ne parvient pas à apporter l'intensité ou la profondeur qui pourrait donner un sens à quelque chose. Son approche est toute spéciale après l'école, tout le temps. On voit le jeune Vance contempler le vol d'une calculatrice, briser des biens et se battre, le tout de manière forcée. Howard ne réfléchit presque jamais à ces moments, laissant plutôt son casting pour crier des situations avant le prochain «uh-oh». Comme l'ancien Vance, Basso a une présence suffisamment maigre, mais constipée et inintéressante également. Il regarde à la manière bovine les riches tandis que la narration exprime ouvertement son inconfort: Oh non, quelle fourchette dois-je utiliser au dîner? Son personnage est dessiné à travers des clichés «de retour d'où je viens». Et quand il ne regarde pas, il lève les mains de frustration face au problème de drogue de sa maman.

Le drame de Vance, en termes simples, est tout simplement «oui» avec peu de «et». Cette caractérisation refuse de faire des déclarations significatives. Seulement des souvenirs en désavantage numérique ici. Et les problèmes de Ma? Mamaw sort de l'hôpital avec une pneumonie? Grand-père a été allumé en feu? Pour de vrai, tout cela mérite plus, Vance, allez, mec. Mais non, nous obtenons des flashbacks et des demi-pensées menant aux inévitables crédits de post-script avec toutes les vidéos personnelles réelles. Vance ne se permet jamais d'être pressé trop fort pour un aperçu ou une analyse. De la source aux acteurs sélectionnés, c’est une énorme erreur.

En parlant de cela, il en faut beaucoup pour que Amy Adams ait l'air mal dans un film, mais Hillbilly Elegy fait-le, vous tous. C'est une bête, une manipulatrice abusive à laquelle tout le monde doit répondre. La sympathie n'est pas une exigence, mais Adams passe à 11, 12 et finalement 100 dans un rôle qui aurait pu mieux lire dans un format plus long et plus profond. Adams devient fou, et c'est à peu près tout. Il n’ya pas de véritable résolution au-delà du post-scriptum, juste une série de scènes d’Adams en colère qui Élégie utilise pour béquiller la maturation de Vance. Même s'il y a de la vérité derrière ce rendu de la mère de Vance et de son comportement, vous auriez du mal à tirer quoi que ce soit du film sur elle au-delà de «oh c'est tellement triste, les analgésiques sont un enfer d'une drogue. Avez-vous déjà vu ce clip d'Helen Hunt essayant de la poussière d'ange et plongeant par une fenêtre pour un film anti-drogue? Adams se fait virer pour avoir fait du patin à roulettes dans un hôpital se sent spirituellement proche de cela, ridiculement exagéré à sa manière.

Pendant ce temps, Close a déjà attiré un certain buzz pour son tour en tant que Mamaw. Avez-vous déjà entendu parler d'une petite phrase sale appelée «Oscar bait»? Nous avons compris. C'est le personnage le plus sympathique. Elle arrive à dire au jeune J.D. ce que c'est. Elle arrive à jurer. Elle se met à pleurer. Et finalement, elle est bien. Son sort rural qui va de la majesté à la méchanceté n'est pas seulement prévisible, il est ennuyeux (et répétitif) à un moment donné. Avec le recul, Glenn Close a réalisé des dizaines de meilleures performances.

Verdict: L'ensemble de Hillbilly Elegy pue une démo pour la candidature d’un jeune républicain au Congrès. Tricoter un microcosme culturel rempli d'humeurs, de points de vue et d'histoires multiples en une série de platitudes «bien, les gens se fâchent parfois»? Au mieux, c’est malhonnête. Et c'est peut-être un défaut du mémoire en tant que source: la subjectivité. Pourtant, le sujet de Vance semble lui permettre de faire des déclarations générales sur l'Amérique rurale qui ne couperaient pas la moutarde dans une table ronde sur l'histoire des États-Unis qui fonctionne. Et en tant que réalisateur, Howard n’intègre pas non plus le matériel. N'importe qui aurait pu réaliser cet épisode très spécial d'un film, et il aurait ressemblé et sonné plus ou moins de la même manière. Howard est juste le messager, présentant négligemment des millions de Forrest Bunk.

Où joue-t-il? Hillbilly Elegy sortira dans certaines salles le 11 novembre et Netflix le 24 novembre.

Bande annonce:

Revenir en haut de page