HEURE DE SOUFFRANCE Le bilan cyclique

Heure de la souffranceLe dernier en date est imprégné d’un brouillard de mystère, imprégné de ses nobles théorèmes lyriques et de ses vitesses barbares. Le calcul cyclique est un pendule qui oscille entre l’abrasif et l’éthéré. Le maillon de chaîne robuste qui soutient cette lame métaphorique, alors qu’il fend l’esprit de l’auditeur avec un but puissant, est l’écriture de chansons mémorable. Un équilibre de compositions disharmonies complexes et d’explosions agressives, avec juste assez d’espace profond pour que l’on puisse reprendre son souffle et réfléchir à cette énigme musicale. Ce disque ambitieux est une ouverture metal extrême en cinq mouvements. Bien qu’il n’y ait pas de refrain anthémique auquel crier, ce trio engendre des riffs avec une puissance durable.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

L’ouverture « Strongholds of Awakening » s’estompe dans un bourdonnement inquiétant, alors que la guitare se glisse dans la brume avec un twang sinistre. La tonalité de la guitare tout au long de ce disque résonne avec un effet de chœur humide, comme le surf rock pour les raz-de-marée gelés. On pourrait entendre une similitude avec le profil de tonalité de Maître du diable, mais contrairement à leurs homologues punky, Heure de la souffrance maniez ce crunch croustillant de surf rock comme une créature des profondeurs qui glisse dans les profondeurs abyssales. C’est comme l’équivalent en métal noir d’une anguille rougeoyante, une chose dont l’existence est tellement définie par une extrémité constante qu’elle est pratiquement étrangère.

Photo par Alvino Salcedo

Mais pour ses mélodies glaciales et ses accents durs, Le calcul cyclique a une âme! Âme terrible, torturée, misérable, mais Le calcul cyclique frappe directement à l’intestin primitif. «Transcendent Antecedent Visions» grésille avec un riff d’arpège maussade – une mélodie qui tourne comme des engrenages dans l’esprit d’un philosophe. Les cordes de la guitare transpercent avec un haut brûlant – presque avec un peu de cette qualité lente et brillante qui fait que David Gilmour travaille dans Pink Floyd tellement fascinant.

« The Abrasive Black Dust Part 2 » prend son temps pour rassembler le flux avec une chaîne maussade d’accords de puissance, évoquant presque une sorte d’ambiance post-métal. Mais juste au moment où ces gars-là frôlent trop le son Deftones, ils ripostent sur terre comme un astéroïde sur une trajectoire de collision. Celui-ci se termine par un riff signature qui est l’un des meilleurs moments de l’album. Une dalle effrayante, rappelant l’époque de Syd Barret Pink Floyd, avec un soupçon de King Crimson. Le chaos qui en résulte ressemble à une spirale de la mort à travers une maison psychédélique de miroirs, racontée par des cris animaliers et des grognements vengeurs, avec des riffs qui tranchent comme des fuseaux glacés.

Des descripteurs comme «dissonant», «atmosphérique» et «dépressif» sont souvent jetés dans le royaume du black metal. Mais Le calcul cyclique incarne ces traits dans son propre ADN néfaste. Il est difficile de trouver un autre groupe de metal extrême qui sonne comme eux, ce qui est l’un des plus grands compliments qu’un groupe puisse recevoir dans l’état sursaturé des affaires de headbanging.

L’une des rares critiques est le manque de solos de guitare traditionnels, car il est évident que ces goules savent déchiqueter. Le calcul cyclique a des moments de nouilles de guitare acapella dans les passages les plus calmes, et beaucoup de ces sections aiguës qui crient à l’âme, mais j’en avais envie plus. Cependant, il s’agit d’un disque peu orthodoxe, il est donc logique dans la psychologie musicale que Heure de la souffrance évite le hot dogging traditionnel des métaux lourds.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

L’autre critique est le temps d’exécution. Bien qu’il ne s’agisse que de cinq chansons, la durée moyenne est de sept minutes et la clôture « The Foundations Of Servitude » s’arrête à environ 15 minutes. Heure de la souffrance est à leur plus fort quand ils déchaînent un kaléidoscope cauchemardesque d’hameçons, alors je me demande quel aurait pu être le résultat s’ils avaient réduit un peu les méandres du drone. Mais ils évitent également le crime à moitié assommé de se pencher trop lourdement sur leurs pédales de retard et leur feedback pendant des minutes d’affilée, ce dont sont coupables plus que quelques groupes de black metal « bruts ».

Pourtant, ces critiques sont à la fois fendues. Ce bilan est très bon. Le calcul cyclique joue avec ses aspirations entêtantes, et cela en vaut la peine. Heure de la souffrance offrent une expérience d’écoute sombre et exaltante, transformant leurs voix du royaume des Pays-Bas en une architecture malveillante globale. On pourrait se demander « qu’est-ce que je viens d’écouter? » après leur première rencontre avec Le Comptabilité cycliste, seulement pour que ses crochets restent vermifugés dans la playlist intérieure de leur esprit pendant des jours. La réponse est simple: c’est Heure de la souffrance.

Revenir en haut de page