HEALTH et Nine Inch Nails apportent les vibrations de l’apocalypse des années 90 avec «ISN’T EVERYONE»: chanson de la semaine

Song of the Week se décompose et parle de la chanson que nous ne pouvons tout simplement pas sortir de notre tête chaque semaine. Retrouvez ces chansons et plus encore sur notre liste de lecture Spotify Top Songs. Pour nos nouvelles chansons préférées d’artistes émergents, consultez notre liste de lecture Spotify New Sounds. Cette semaine, les noise rockers HEALTH et les icônes industrielles Nine Inch Nails s’unissent au paradis de la fin des jours.

La catharsis peut prendre de nombreuses formes curieuses: un bon cri après un film, l’euphorie parmi des inconnus dansant sur un morceau de pop électrique, un long run (prétendument). Ensuite, il y a HEALTH et Nine Inch Nails, deux groupes qui exploitent depuis longtemps la puissance du bruit comme leur outil de choix, défiant activement les attentes à chaque tournant. La sortie collaborative de cette semaine ne fait pas exception.

«ISN’T EVERYONE» est bouillonnant et grinçant intentionnellement, et se sent en phase avec les deux groupes en termes de production et de lyrisme. « Rien ne compte / Nous sommes tous à blâmer (n’est-ce pas tout le monde?) » Aurait pu être tiré de plusieurs époques de l’un ou l’autre groupe, mais ressemble particulièrement à un retour en forme pour les membres de Nine Inch Nails.

Trent Reznor et Atticus Ross ont tout simplement la gamme: leurs compétences sont si fortes qu’ils sont capables de passer d’un score oscarisé à quelque chose d’aussi fort que Pixar. Âme retour à la granularité qui les a propulsés à la renommée en tant que groupe en premier lieu. Si nous devons vivre dans ce monde brisé, ayons, à tout le moins, de très bonnes chansons à écouter pendant que nous nous vautrons dans notre destin dystopique.

HEALTH et Nine Inch Nails ont toujours fourni la bande originale de ce type spécifique de catharsis: un morceau qui semble claustrophobe jusqu’à ce que cela ressemble à une sortie. Peut-être mieux que tout, quand on leur a posé des questions sur la chanson, les membres de HEALTH ont seulement dit: «C’est putain de Nine Inch Nails. Cela parle de lui-même. Vous n’avez pas besoin d’une citation intelligente pour l’encapsuler. »

Mary Siroky
Éditeur collaborateur


Mentions honorables

McKinley Dixon – «Twist My Hair» (feat. Deau Eyes)

Notre artiste du mois, McKinley Dixon, a terminé une ambitieuse trilogie d’albums avec Pour ma maman et tous ceux qui lui ressemblent. LP plus proche «Twist My Hair» présente des mélodies de Deau Eyes et est un voyage en soi, une finale appropriée pour un artiste clairement en voyage. C’est du jazz; c’est un mot parlé; c’est un retour aux sources et une expiration. Dans une analyse piste par piste de l’album, il a dit Conséquence, «Après le chaos de l’album, [this song] c’est le reste. L’album est une exploration silencieuse du chagrin, déballant le processus difficile de la perte, et la piste finale attache les parties mobiles ensemble dans un arc aussi soigné que possible. – Mary Siroky

Lydia Ainsworth – «Cosmic Dust»

«Cosmic Dust» est le titre parfait pour le morceau récent de Lydia Ainsworth: sur ce dernier, l’auteure-compositrice-interprète canadienne a un pied dans le passé (ruisselant dans les sons chatoyants d’un beat des années 90), l’autre dans un futur d’elle propre rêve éveillé. L’orchestre s’épanouit tout au long de l’ajout à la qualité aérée de la piste, laissant l’auditeur flotter dans le sillage capable d’Ainsworth. Il y a un peu de nostalgie dans sa voix, ce qui permet à ses clins d’œil de dix ans de briller. « Cosmic Dust » arrive avant le prochain album de l’artiste, Étincelles et débris, prévu pour la sortie le 21 mai. – Mary Siroky

LUMP – « Animal »

En décrivant leur prochain album, Animal, a déclaré le duo réuni LUMP (Laura Marling et le membre fondateur de Tunng, Mike Lindsay): « Il y a un peu un thème d’hédonisme sur l’album, des désirs qui se déchaînent. » La chanson titre est arrivée cette semaine, et est certainement indulgente: une production décalée et décomplexée en cascade dans et hors d’interludes vocaux languissants. Le morceau encourage l’auditeur à donner l’impulsion, et le fait en ouvrant la voie, en serpentant et en explorant dans un voyage passionnant et sans forme qui lui est propre. – Mary Siroky

MARINA – «Purge The Poison (feat. Pussy Riot)»

La chanteuse pop galloise MARINA a recruté le groupe de protestation russe Pussy Riot pour un remix enthousiasmant de «Purge the Poison», qui reflète l’environnementalisme («Protéger la planète, guérir nos propres dommages») ainsi que «le pouvoir féminin et queer», comme Nadya Tolokonnikova de Pussy Riot l’a noté dans un communiqué. «Le matriarcat dirige l’État / nous sommes ici pour dominer», chante Tolokonnikova sur son nouveau couplet. La collaboration précède le cinquième album de Marina Rêves anciens dans un pays moderne, dû en juin. RIP au patriarcat! – Gab Ginsberg

Liste de lecture des meilleures chansons

Découvrez et abonnez-vous à notre liste de lecture Spotify Top Songs.

Revenir en haut de page