Frances McDormand entre aux Oscars avec Nomadland | Revue TIFF

Cette critique fait partie de notre couverture du Festival international du film de Toronto 2020.

Le pitch: Basé sur le roman non-fiction de Jessica Bruder en 2017, Nomadland suit Fern (Frances McDormand), 60 ans, au cours d'une année, alors qu'elle se déplace d'un endroit à l'autre, travaille à des petits boulots et vit dans sa camionnette. Tout au long de son parcours, Fern rencontre une multitude de communautés: certaines qui l'acceptent telle qu'elle est, d'autres qui essaient de la cerner et de la garder immobile. Ces séries d'expériences proposent une étude du caractère d'une femme mûre et forte de tête qui traverse son chagrin et se cherche.

Expériences authentiques: Au fil de quatre longs métrages, la réalisatrice Chloé Zhao est revenue à plusieurs reprises sur des histoires de personnes marginalisées, vivant en marge de la société conventionnelle. Elle préfère les histoires de personnes réelles, vivant des vies authentiques et luttant contre l'adversité qui accompagne une existence qui sort du modèle traditionnel urbain et capitaliste.

Dans Nomadland, Zhao et McDormand ont vécu cinq mois dans des communautés nomades, afin de gagner leur confiance et de représenter authentiquement leur expérience vécue. En conséquence, le personnage de McDormand, Fern, se sent authentique et vécu. Cela s'étend à la distribution de soutien, qui – comme c'est le cas pour le cours de Zhao – comprend plusieurs acteurs non professionnels. En fait, les trois personnes avec lesquelles Fern se connecte et se lie d'amitié – Linda-May, Swankie et Bob Wells – sont tous de véritables membres du mouvement Rubber Tramp Rendezvous (RTR), qui conseille et éduque sur la façon de mener un style de vie dans les fourgonnettes et les VR. .

En établissant une fiction narrative au sein d'une vraie communauté, Nomadland a donc une sensation de style documentaire, qui est soutenue par le style de prise de vue naturaliste de Zhao.

Portrait du Mid-West: L’un des traits visuels distinctifs du travail de Zhao est la beauté lyrique de sa composition de clichés. Elle privilégie les longues prises avec des acteurs encadrés au premier plan, éclipsés par des paysages géants et pittoresques en arrière-plan. Il y a une sorte d'esthétique de carte postale dans ces clichés qui évoque un récit de voyage, ce qui est particulièrement adapté pour Nomadland tandis que Fern trace son chemin à travers différents états et différentes géographies.

L’appréciation du Midwest américain est intégrée dans le récit, qui met régulièrement en contraste les espaces restreints de la camionnette de Fern avec les espaces sauvages et ouverts où elle se gare. Tout au long du film, il y a peu de scènes qui se déroulent dans des villes ou des espaces commerciaux qui semblent choquantes et inconfortables. Non seulement l'environnement est carré et artificiel, mais la mise en scène confirme que Fern elle-même n'est pas chez elle. Cette idée est continue.

À un moment donné, Fern rend visite à son potentiel amant Dave (David Strathairn) à la ferme de campagne de son fils. Le directeur de la photographie Joshua James Richards met en lumière les sentiments d’oppression et de confinement de Fern dans la façon dont il photographie l’intérieur de la maison. Ainsi, quand elle décide finalement de partir, son soulagement est subtilement communiqué dans le plus petit mouvement – par exemple, Fern gentiment poussant sur une chaise à une table de salle à manger vide. C'est bien.

Une autre rotation autour du soleil: Il y a un élément cyclique dans le film dans la façon dont la répétition est utilisée. Zhao répète des séquences (scènes de fougère marchant) ou réutilise littéralement les mêmes clichés (un cliché d'un cactus près du repaire RTR) pour inculquer à la fois le passage du temps et l'intemporalité de la vie nomade. Les personnages sont constamment en mouvement, chassant le temps chaud ou recherchant un travail à temps partiel pour compléter leurs revenus, mais cette mobilité est dictée par les schémas et les trajectoires naturelles de la saison. À son tour, ce style de vie fournit Nomadland une structure narrative lâche, une qui capture spirituellement une vie vécue en dehors d'un monde gouverné par «la tyrannie du dollar», comme Bob Wells l'entonne à un moment donné.

Frances errant: Fern est la cheville ouvrière du film autour duquel tout tourne, mais c'est un rôle incroyablement calme et contemplatif. Fern parle rarement à moins qu'elle n'ait quelque chose à dire, ce qui signifie que la majorité de la performance de McDormand est tranquille.

Sans surprise, toutes les subtilités et le poids émotionnel de la lutte de Fern sont aussi clairs que le jour, en particulier la résignation fatiguée qu'elle porte sur son visage et dans ses mouvements corporels. Dans une scène, il est conseillé à Fern de prendre une retraite anticipée et l'indignation sur le visage de McDormand vous dit tout ce que vous devez savoir sur la fierté et l'éthique de travail de Fern.

Pour être honnête, Fern n’est pas toujours une personne facile à aimer, comme en témoignera sa relation avec la sœur de Dave et de Fern, Dolly. Dans les mains de McDormand, cependant, Fern est une femme fascinante et forte de tête que vous ne pouvez pas vous empêcher de rechercher, même si vous ne comprenez pas toujours sa raison d'être. En bref: il y a toutes les raisons de croire que McDormand sera reconnue pour sa performance au moment des Oscars.

Le verdict: Nomadland est un magnifique film lyrique mettant en vedette une autre performance exceptionnelle de Frances McDormand. La dernière en date de Chloé Zhao témoigne de la beauté du Midwest américain et de la valeur de vivre une vie peu orthodoxe.

Où joue-t-il: Nomadland commencera à marcher le 4 décembre 2020

Bande annonce:

Revenir en haut de page