Facebook prend des mesures pour empêcher l'ingérence électorale et interdit les nouvelles publicités politiques

Malgré ce que disent Donald Trump ou Mark Zuckerberg, il est assez clair à ce stade que l'ingérence étrangère sur Facebook a contribué à influencer l'élection présidentielle de 2016. Alors que Zuck a tardé à assumer ses responsabilités ou à responsabiliser les utilisateurs de la plate-forme, Facebook a commencé à initier des changements pour empêcher de nouvelles manipulations en 2020. Aujourd'hui, le fondateur / PDG de la société a annoncé de nouvelles mesures que Facebook et Instagram prennent pour lutter contre la falsification électorale, notamment interdiction de nouvelles publicités politiques commençant une semaine avant le 3 novembre.

Dans son article annonçant les changements, Zuckerberg a expliqué que l'interdiction des publicités à partir du 27 octobre garantit que Facebook a suffisamment de temps pour enquêter sur toute allégation de désinformation. Trump a déjà été régulièrement critiqué pour avoir diffusé des publicités contenant de fausses déclarations sur son adversaire, Joe Biden, certains étant tirés pour discours de haine ou pour des mensonges. Toutes les annonces avant la date limite du 27 octobre pourront continuer à être diffusées et être reciblées vers de nouveaux utilisateurs, tandis que les nouvelles annonces pourront recommencer à être diffusées le 4 novembre.

La décision de promulguer les politiques politiques les plus radicales de Facebook intervient alors que le pays se prépare à ce qui sera certainement un vote controversé. Trump a déjà été prudent quant à l'acceptation des résultats, et aussi récemment que la nuit dernière, a encouragé les électeurs de Caroline du Nord à voter illégalement deux bulletins de vote pour «tester» le système. En tant que tel, Zuckerberg s'est engagé à renforcer les capacités de Facebook à écraser les interférences.

En vertu des nouvelles règles, Facebook aura une plus grande capacité à supprimer ou à joindre des avis aux publications contenant des informations erronées sur la façon de voter, qu'elle soit explicite ou implicite. Cela inclut les publications utilisant la pandémie COVID-19 pour dissuader aller aux urnes. Il y aura également des liens «vers des informations faisant autorité sur le COVID-19» sur tous les messages contenant des informations inexactes ou trompeuses sur l'impact du coronavirus sur le vote.

Facebook se prépare également à «une période d'intenses revendications et contre-revendications alors que les résultats définitifs (des élections) sont comptés». Ils utiliseront leur centre d'information sur les votes, déjà révélé en juin et qui sera bientôt épinglé en haut du fil d'actualité de tout le monde, "pour préparer les gens à la possibilité que cela prenne un certain temps pour obtenir des résultats officiels." En collaboration avec l'agence de presse Reuters et le National Election Pool, le CIE fournira «des informations faisant autorité sur les résultats des élections». Tous les messages cherchant à délégitimer l'élection ou à annoncer les résultats de manière préventive seront giflés avec une étiquette informative indiquant les résultats officiels.

Zuckerberg a également déclaré que son site Web réprimait déjà «les milices, les réseaux de conspiration comme QAnon et d'autres groupes» qui tentent d'attiser la violence ou les troubles civils. Il a affirmé que Facebook avait déjà supprimé «des milliers de ces groupes» et, plus tôt cette semaine, a supprimé un réseau de pages d'agents étrangers qui tentaient d'interférer avec les élections américaines. La bague comprenait 13 comptes et deux pages «qui tentaient d'induire les Américains en erreur et d'amplifier la division».

De plus, Facebook Messenger limitera le nombre de personnes auxquelles les utilisateurs peuvent transférer des messages afin de limiter la propagation de la désinformation. Le nombre d'attaquants passera de plus de 150 à cinq seulement.

Tout cela ressemble à beaucoup de changements et, apparemment, pour le bien. Cependant, cela fait aussi un peu pencher la main de Zuckerberg; après s'être auparavant opposé à la suppression de messages ou d'annonces politiques contenant des mensonges flagrants au nom de la liberté d'expression, les nouvelles règles montrent que Facebook a en effet le pouvoir de freiner la désinformation s'il le souhaite. Pourtant, il semble que les politiques ne rendent pas les deux côtés du fossé politique particulièrement heureux.

Tara McGowan, directrice générale du groupe libéral à but non lucratif Acronym, a déclaré Le New York Times le blocage des publicités avant les élections laissera juste un espace aux agences de «nouvelles» de droite comme Breitbart pour obtenir plus d'air. «En interdisant les nouvelles publicités politiques dans les derniers jours critiques de l'élection de 2020, Facebook a décidé de faire pencher la balance de l'élection à ceux qui ont les plus grands partisans sur Facebook – et cela inclut le président Trump et les médias de droite qui le servent, " dit-elle.

Bien sûr, si Facebook est vraiment aussi vigilant que le prétend Zuckerberg, on pourrait s'attendre à ce que ces publications soient au moins qualifiées de trompeuses. (Facebook a déjà tagué la publication de Trump plus tôt dans la journée sur le vote à deux reprises avec un lien vers son centre d'information des électeurs.)

Pendant ce temps, la porte-parole de la campagne Trump, Samantha Zager, a critiqué Facebook pour être «la mafia de la Silicon Valley». «Lorsque des millions d'électeurs prendront leurs décisions, le président sera réduit au silence par la mafia de la Silicon Valley, qui permettra en même temps aux médias d'entreprise de diffuser leurs publicités biaisées pour faire basculer les électeurs dans des États clés», a-t-elle déclaré dans un communiqué.

En fin de compte, quelles que soient les mesures prises par Facebook pour essayer de maintenir cette élection déjà insensée juste et légitime, Zuckerberg fait un dernier point décent: «Je pense que notre démocratie est assez forte pour relever ce défi et organiser des élections libres et équitables – même si elle Il faut du temps pour que chaque vote soit compté… Mais il faudra un effort concerté de notre part à tous – partis politiques et candidats, autorités électorales, médias et réseaux sociaux, et en fin de compte aussi les électeurs – pour assumer nos responsabilités.

Restez informé sur les droits de vote et les règlements, obtenez des informations sur le vote anticipé et plus encore sur Vote411. Vous trouverez ci-dessous l'annonce complète de Zuckerberg sur les politiques de Facebook.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page