DÉSOLATION ANGÉLIQUE Razorgrind vos oreilles avec un quorum de malédictions innommables

C'est un lundi et les lundis sont nul, alors allons-y avec Désolation angéliqueS Quorum des malédictions innommables.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Lorsque cela sera publié, ce sera officiellement le dernier jour de l'été et tout temps supérieur à 75 degrés sera, espérons-le, illégal. Et alors que nous franchissons une autre saison et que nous entrons dans le bref passage qui est l'automne, nous avons un autre moulin ici en guise d'envoi. Entrez à Denver, la désolation angélique du Colorado.

Ceux qui écoutent beaucoup de grindcore connaissent peut-être le terme «razorgrind». Inventé à l'origine par Leng Tch’e (et le titre de leur dernier disque), c'est un style qui mêle grind, death metal, stoner rock et metalcore. Bien que les parties les plus agressives soient les éléments de la mouture et de la mort. C'est quelque chose qui semble souvent au bord de la mort. Et Angelic Desolation s'intègre bien dans le genre.

Le dernier EP d'Angelic Desolation Quorum des malédictions innommables continue le déchaînement qui Le temps de Rumpus est fini nous a laissé en 2018 avec trois autres traces de razorgrind, dont une Décapité couverture. L'ouvreur «Cyborg Vampire» arrive comme s'il courait sur l'auditeur et se mettait directement à la mouture. Le morceau semble vouloir évoquer une ambiance de mort technologique sans passer par la technologie. Comme quelque chose qu'on pourrait entendre sur un Vermifugé ou Archspire album. Et la piste imprègne un peu de technologie. Le travail de guitare, basse et batterie est extrêmement serré et sonne très deathgrind-y.

La deuxième piste «Necropotamus» suit dans la veine de la première. Il dégouline de mort et de mouture. Au début, cela ressemble presque à une chanson de death metal, puis revient un peu dans une ambiance presque stoner avant de se construire et de commencer à décoller. C'est une piste qui ne cesse de se construire sur elle-même. Ça accélère, ça ralentit, mais ça augmente toujours en intensité.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Le dernier morceau est une reprise de "Names" de Decapitated. Cela correspond parfaitement aux deux autres offres et Angelic Desolation lui rend justice. La piste est serrée et brutale, comme on pourrait s'y attendre avec une piste décapitée. Et bien que très technique, il reste le morceau de death metal le plus simple de l’EP, ce qui est bien, car c’est comme un coup de pied final aux dents.

Une citation du groupe:

«Avec Quorum Of Unspeakable Curses, nous avons mis un point d'honneur à améliorer notre jeu. De la production à l'écriture de chansons, tout est plus serré et plus étoffé par rapport à notre dernière sortie. Nous espérons que tout le monde aime ce que nous avons fait cette fois-ci et que ceux-ci les morceaux rassasient nos fans pendant que nous travaillons sur du matériel encore plus récent. QUOC sort le vendredi 25 septembre, alors rendez-vous sur notre page bandcamp pour voir les bundles de précommande dont nous disposons! "

Ceux qui sont plus au courant de la tech death, du death metal ou du deathgrind vont manger ça. Idem si vous êtes déjà fan de rasoir. Fans de Leng Tch’e, Nasum, Avorté, ou Carnage céphalique aimera probablement cela le plus. C'est brutal, broyage et un envoi infernal pour la saison. Obtenez le broyage sur ceci!

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Désolation angélique Facebook | Twitter | YouTube | Instagram | SoundCloud

Je suis ici, ici et ici.

Vous voulez plus de métal? Abonnez-vous à notre newsletter quotidienne

Entrez votre e-mail ci-dessous pour obtenir une mise à jour quotidienne avec tous nos titres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page