Critique d’album VULTURE Dealin ‘Death

L’une des rares perles de sagesse que mes parents ont accordées à mon frère et à moi en dehors de ces rares moments où ils ne permettaient pas au tube de poitrine de nous élever avait quelque chose à voir avec le fait de toujours donner aux gens de votre passé le bénéfice du doute si vous les rencontriez. à l’avenir. Recherchez et acceptez tous les changements positifs qui ont pu être apportés, mais ne soyez pas aveugle à ce sujet. En gros, accordez une seconde chance, mais soyez prudent avec votre pardon et votre oubli. Pour savoir, voici une liste des groupes passés et présents des membres de l’Allemagne Vautour ont consacré leur temps, leur énergie et leurs talents à: Pression de la bière, Bâtard au bulldozer, Luzifer, Génocide, Hellhunt, Obsessör, Nuit diabolique, Quintessenez, Blizzen, et Batteur de femme.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

En parcourant simplement les noms de ladite liste de prieurs, il y a fort à parier de dire que le quintette qui s’est figé autour du Vautour moniker (l’un des onze actuellement répertoriés sur Metal Archives) depuis 2015 ont un vif intérêt pour le thrash / vitesse / crossover d’autrefois avec une touche d’humour stupide, marqué avec une séquence ordinaire souvent aussi peu créative que la plupart de ces noms de groupes, travail d’orthographe et utilisation du tréma. Cependant, ils sont allemands, alors donnez-leur une certaine latitude pour probablement faire la bonne chose là-bas.

Si nous sommes honnêtes, chacun des sous-genres du métal est saturé à craquer de groupes profitant de l’enregistrement à domicile et de Covid annulant la musique live et en tournée pour s’imposer au public fatigué à l’oreille. Ce phénomène n’est pas nécessairement lié à une pandémie, car s’il existe un genre qui n’a pas besoin d’une crise sanitaire mondiale pour avoir une surabondance de gens en lice pour attirer l’attention, c’est du thrash / speed metal. Depuis le milieu des années 2000, vous n’avez pas pu faire trois pas en un Ange de la mort montrer sans joker dans des chaussures de basket-ball pré-air Jordan et un gilet en jean de merde essayant de vous vendre la valeur et la vertu d’un groupe de deuxième division par rapport à un autre. Je veux dire, Indestroyde Indestroy est un album moyen sinon décent, mais ce n’est pas Hallows Evede Contes de terreur, si vous voyez ce que je veux dire. Avec Dealin ‘Death, Vautour a réussi une collection de neuf chansons (et une intro jetable) avec un pied dans le passé et le présent tout en évitant la majorité des trappes dans lesquelles les traditionalistes fervents tombent afin d’attirer l’attention de ces fans de thrash de rue qui vanteraient la valeur de Ange de ferde Hellish Crossfire quand ils feraient mieux de se balancer Atrophiede Violent par nature.

Et alors que la plupart des tropes du sous-genre sont simultanément employés mais patinés avec défi, c’est le chanteur Leo Steeler qui présente comme le maillon faible global à travers ce troisième long métrage du groupe. Non pas parce qu’il ne sait pas chanter, mais précisément parce qu’il le peut, mais il passe trop de temps à utiliser son talent évident pour imiter sa longue liste de héros au lieu de tracer son propre chemin. Il sautera d’un grognement semblable à celui d’une Mustaine et d’un grincement de Mille Petrozza tranchant comme un rasoir au verre King Diamond se brisant et au nuage de Katon DePena grattant une goutte non appelée du chapeau. D’une part, Steeler fait preuve d’énormes compétences et d’une large gamme. D’un autre côté, il ne rend pas très simple le jeu de «  repérer l’influence  » et son approche peut être aggravante sans texture car il crache des changements bon gré mal gré, sans cause ni direction, et avec peu de considération pour le riff qu’il chante. plus de.

Sur un morceau comme « Multitudes of Terror », il fait un travail remarquable en hurlant quelques classiques de Tom Araya-ish /Montrer aucune pitié des cris qui se marient bien avec les leads bluesy et les riffs pentatoniques mineurs. Cependant, dans les cas de salutations douloureusement milquetoast et moyennes à des époques révolues, comme le piétinement à mi-rythme de «Sous le mausolée», sa voix se démarque pour les mauvaises raisons. Dans l’ensemble, imaginez Rob Halford en train de prendre les leçons de phrasé de Sylvain Houde (ex-Kataklysm) sur la façon de remplir inutilement l’espace. Cette distraction de la ligue majeure fait perdre une partie de la classe inhérente, de la progression accomplie et des éclats de l’unicité que le groupe a réussi à sortir. Dealin ‘Deathl’école de riff.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Et il y a beaucoup de génialité corsée sur ce disque. «Malicious Souls» déforme la direction de 1985 Kreator du thrash / death aux boules de cheveux métal et rock classique et une fin super énergique et contagieuse tandis que « Star Crossed City » traîne Anti douleur-ère Judas Priest et classique Destruction à travers les rues graisseuses d’Hollywood. Le lobbing proto-speed metal du groupe est combiné avec des riffs staccato complexes et Voivod-comme une dissonance sur l’attachant «Flee the Phantom» qui voit le batteur Gereon «G. Deceiver ”Nikolay dirige les changements avec un barrage d’éclaboussures de cymbales et la chanson titre s’exécute Destin miséricordieuxde Mélisse à travers Agent AcierLe condensateur de flux du condensateur à un résultat positif, surtout si vous appréciez votre speed metal au trot ponctué de jappements aléatoires de type Schmier.

Un bout du chapeau devrait être dirigé vers le bassiste A. Axetinctör. Tout au long de l’album, son jeu est bien en évidence dans le mix et son attaque et son style donnent aux chansons un mouvement dynamique et un fanfaron similaire à celui livré par le galop de Steve Harris et la capacité de Cliff Burton à combler les lacunes avec goût. Cela fonctionne presque en contre-réaction directe à la performance plus décalée de leur leader et probablement la manière la plus bizarre et la plus bizarre dont un album ait jamais été conclu avec le J’accepte et Ratt sur les stéroïdes riffs et fizzle anticlimactique hors de « The Court of Caligula. » Mais comme mes parents le disaient parfois, « vous prenez le bien, vous prenez le mal, vous les prenez tous les deux, et voilà… »

Revenir en haut de page