Critique d'album: UNIFORM Shame

Il y a un bourdonnement dans cette ville, un bourdonnement électrique incessant qui ne s'arrête jamais. Il est devenu trop familier, pratiquement intégré. Mon cerveau est insoluble et plein de quoi. Il palpite de la joie cinglante d'un débauché imprudent, qui plane sur le chic terne des rues. Je m'ennuie aux larmes. J'entends un morceau de rire se répéter en arrière-plan. Cela me dorlote et m'endorme jusqu'à ce que la blague ne soit plus drôle. J'ai envie d'un avant-goût de la démence. De quoi effacer et pardonner ce cauchemar, car il ne sait pas ce qu'il fait.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

"Vous êtes ce que vous avez fait. Vous êtes ce qui vous a été fait. " Voici les paroles d'ouverture de UniformeQuatrième album complet de la honte. Puisque UniformeAu début, ils ont été un abattoir de carnage industriel méprisant. Gavage et matraquage de leurs machines, poussés au-delà du point de fonctionnement. Soniquement gâché et en proie à des dysfonctionnements – c'est le futur son de la gouttière. L'enfant bâtard d'Al Jourgensen et Keith Flint. Enduit de bruit métallique. Déformé et fuzzed-out. Enterré sous de dures couvertures de distorsion accompagnées d'une colère inconsolable, implacable et sans repentir.

Photo par Ebru Yildiz

Cogner sur le marasme sous l’ombre de la main de Dieu. Uniforme orchestre leur propre mélange de cacophonie avec une précision chirurgicale et une sensibilité punk, manoeuvrant dans la boue et la boue de leurs prédécesseurs, les amplificateurs Budget se sont lancés et soufflés à des volumes assourdissants tout en étant gréés sans vergogne à une gamme de pédales, de séquenceurs et de synthétiseurs. Échantillonnage des sons de la violence, que ce soit des coups de feu ou des explosions, à modifier en rythmes. Découpage d'hymnes sous-humains pour l'apocalypse.

Contrairement aux versions précédentes, qui incorporaient plus d'éléments industriels, EBM et de bruit, la honte se penche plus fortement vers le thrash et le hardcore, comme en témoigne l'ajout de la batterie live par rapport à l'utilisation de boîtes à rythmes. Des morceaux comme «Life in Remission» et «I Am the Cancer» font écho aux hurlements du black metal lo-fi. Baptisé dans la crasse. Le vacarme des battements de souffle, du trémolo et du bruit tumultueux descend avant d'exploser dans une folie et une mélancolie absolues. Se tordant d'extase et de décomposition.

Sur «Shame», la chanson titre maussade et menaçante, vous êtes disculpé et puni pour vos péchés. Les accords assourdissants et mélodiques de Greenberg croquent en syncope avec la machinerie de la batterie, tandis que Berdan se lamente sans cesse de s’éteindre au soleil. Le tout d'une manière épique et opératique, industrielle. Alors que «Dépêches de la gouttière» est plus un simple coup de poing. Le deuxième single de l'album, dans lequel le clip vidéo présente un rite d'immolation exécuté sous l'éclipse lunaire de l'Independence Day 2020. Graver. Reconstruire.

Plein de troubles. Des hallucinations d'ultraviolence filtrées à travers le brouillard et la pollution d'un monde post-pandémique – un monde avec lequel nous n'avons pas encore de compte dans cet état fasciste d'Amérique. Dissoudre. La lumière au bout du tunnel dérive de plus en plus dans l'obscurité, alors que vous vous retrouvez traîné à travers le béton, le métal tordu et le verre brisé. Destiné à répéter hier. Pas d'avenir et pas d'espoir. Uniforme nous rappelle à tous que cela ne se terminera pas bien. Et Dieu ne t'aimera pas pour toujours.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Note: 7/10

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page