Critique d'album: TOMBS Under Sullen Skies

Vétérans de New York Tombes sont mieux décrits comme «métal noir adjacent» que comme métal noir droit. Comme l'Allemagne Bethléem ou en Suède Brillant, les influences divergentes du groupe rendent son lien avec le black metal plus nominal qu’un casier stylistique. Au cours des 13 dernières années, Mike Hill a gardé Tombes en passant par de nombreux changements de gamme. Ces bouleversements ont fait des ravages sur certains des longs métrages du groupe en 2017 La grande annihilation, mais le Monarchie des ombres EP fait allusion à une renaissance artistique pour le groupe. Sous un ciel maussade est à la hauteur de cette fin, présentant un assaut varié d'atmosphère effrayante, de lourdeur crânienne et de captivité inexplicable – avec quelques invités surprenants!

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Le brûleur de grange "Bone Furnace" ouvre les choses avec Tombes'charnu, piétinant prendre le chaos du métal noir. Que les puristes pleurent sur la production non nécro tout ce qu'ils veulent, TombesLe bas de gamme à poitrine en tonneau, les pauses rythmiques abondantes et le facteur de peur primaire sont plus à l'épreuve des balles que jamais. La gamme vocale de Hill reste incroyablement engageante, tout comme ses riffs. Même lorsque les choses deviennent plus kvlt avec les riffs de trémolo tristes et les beats explosifs sans fin de «Barren», le groupe n'a aucun problème à lancer un solo de guitare éblouissant de Six pieds sous terreDe Ray Suhy (où est-ce que cela s'est passé ces dernières SFU albums ???) – avec un passage cathartique à mi-temps bordé de pistes de guitare anthémiques.

Prendre une page du Tom guerrier livre de règles, Tombes extraire la peur palpable d'une agression thoracique. Les lignes de basse noueuses de Drew Murphy ont une chance de briller au milieu de l'intro chuggy et contrebasse de «Void Constellation», avant que le groupe ne se bloque dans un groove grondant et glauque qui prend des airs les plus lents du death metal de la côte Est et Gel celtique. La batterie de Justin Spaeth reste tout aussi sauvage et précise, car il change son jeu avec goût pour chaque section distincte. Death-doom classique est une chose, mais ce riff de mosh hardcore new-yorkais est tout simplement au niveau suivant… et ce n'est même pas la dernière fois que Hill fléchit ses racines à NYHC.

Photo: Dan Higgins

Il n’est pas rare de trouver Intégrité le chanteur Dwid Hellion sur «The Hunger», considérant le Krieg fendu, mais le mélange naturel de ses cris lemmy-ish et râpés et grognements de Hill montre une parenté improbable entre les deux artistes. Le beat de l'homme des cavernes et les riffs massifs regorgent de viscères non filtrés, mais TombesL’attachement à l’écriture réfléchie transcende les étiquettes (n’oublions pas ce fondu chargé de synthés!). Le bref et primitif instrumental «We Move Like Phantoms» sombrerait dans l'ennui entre les mains d'un groupe hardcore beatdown de dix cents, mais ces gars-là savent comment imprégner de nuances et d'étranges beats spatiaux et violents. Chaque membre montre des preuves de contribution créative, et la profondeur et l'adaptabilité de la production sportive pour correspondre à son punch.

Que ce soit la mort obsédante, réverbérante et funèbre de «Secrets Of The Black Sun» ou la chaîne hi-fi Faim transilvanienne culte trouvé dans «Angel Of Darkness», aucune des idées Tombes son présent forcé. Ce qui est plus impressionnant, c’est la façon dont chaque teinte d’obscurité contribue à un tout conceptuel. Alors que le cortège lent du premier suit son cours, les vomissements traînants et menaçants du baryton de Hill contrastent avec le chant triste de Sera Timms. Il se vautre dans une diatribe fataliste digne d'Edgar Alan Poe: «Voice of the Raven appelle / La terreur est ton nom / Un fleuve de temps sans fin / Dans ce royaume de sacrifice. » De même, ce dernier installe son blizzard noirci avec un monologue effrayant de l'occultiste Cat Cabral: "La nuit lui appartient / Devenir ombre / De dominer le coin noir / Et de vivre en ruine solitaire. »

Tombes offre une aura idiosyncratique, incarnant non seulement le meilleur de plusieurs styles, mais s'assurant que chaque chanson laisse sa marque. C'est tellement rafraîchissant d'entendre un groupe supposé de black metal introduire des riffs de death metal abusifs de la côte Est sur un morceau comme «Descensum», avant que sa seconde moitié ne réintroduise des murs de trémolo-picking et même du chant d'opéra à la Attila Csihar. Les deux extrêmes fonctionnent à merveille, ce qui permet à «Mordum» de chevaucher un cheval de chugs mi-tempo et d'harmonies mineures dans un coucher de soleil abyssal.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Tombes se révèlent clairement dans cette cavalcade sonore, comme en témoignent la mouture noircie ultra-rapide et les pannes syncopées de «Lex Talionis» et le chant dépressif et ambiant de «Sombre Ruin». Il faut à la fois du courage et de l'art pour mériter des comparaisons Anaal Nathrakh et Nortt dans le même souffle. Mais, comme le prouve «les années de peste» plus proches, ce n’est pas seulement la jonglerie de genre qui fait Sous un ciel maussade tellement bon. La fureur de black metal mélodique envoûtante de la chanson se transforme en une valse de black metal classique, seulement pour endormir l'album dans la morbidité au ralenti – et c'est trop contagieux pour résister. Tombes est vraiment un maître de tous les métiers cette fois-ci.

Hill résume ainsi son espace musical: «Je m'en fous si les gens aiment la musique. Je sais que j'aime ça. Ce sentiment est profondément ancré dans la fibre de Sous un ciel maussade. Tombes fait ce qu'ils veulent, et ils le font très bien. Sans s'embourber dans les détails, ces gars laissent leurs idées parler d'elles-mêmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page