Critique d'album: MUSHROOMHEAD – A Wonderful Life

Compte tenu de leurs nombreux changements de gamme, le Nœud coulant "feud", et origines de l'ère industrielle / alternative / nu metal, on peut dire que Tête de champignon a une réputation quelque peu conflictuelle. Dans ce cas, je pense qu'il est approprié de tracer brièvement leur chronologie et ma vision de l'évolution du groupe pour être transparent sur tout biais.

Au lycée, j'ai commencé à explorer leur discographie et j'ai été très intriguée par l'approche expérimentale des visuels et de la musique. Leurs quatre premiers albums (Tête de champignon, Superbuick, M3, XIII) a montré un sens de la dynamique de plus en plus fort et bien que le changement suivant de chanteurs en 2004 ait pu être une déception pour la fanbase, je pensais que cela conduisait à l'une de mes sorties préférées, Sauveur chagrin. Le couple suivant enregistre, Belles histoires pour les enfants laids et Le juste et le papillon avait quelques chansons remarquables, mais a vu le groupe commencer à se stabiliser en qualité.

Avec le nouveau LP, Une vie merveilleuse, les attentes étaient élevées car cela faisait six ans depuis la dernière version et il y a eu un changement de gamme assez important. Cet album marque le premier sans fonder le chanteur Jeffrey 'Nothing' Hatrix et le claviériste Tom 'Schmotz' Schmitz ainsi que le chanteur Waylon Reavis qui avait été actif dans les trois derniers albums et le guitariste Tommy Church du dernier album. À la place des absents, nous voyons les chanteurs Steve Rauckhorst et Jackie LaPonza avec le guitariste Tommy "Tankx" Shaffner remplir des chaussures assez grandes.

Comme l'a souligné le batteur original Skinny dans ma récente interview avec lui, Tête de champignon a toujours eu des changements de line-up entre les sorties d'albums. Néanmoins, cette dernière transition où nous avons perdu Jeff, Waylon et Schmotz s'est avérée être le changement le plus crucial. Et avec un tel changement dramatique dans les membres, vient un changement dramatique dans le son, pour le meilleur ou pour le pire. Pour la plupart, Tête de champignon a gardé les choses intéressantes en le mélangeant à chaque album, mais même les fans les plus purs et durs peuvent être choqués par certains éléments ici. Globalement, il y a deux nouvelles routes que le groupe explore dans Une vie merveilleuse; l'un étant plus convivial pour la radio et l'autre un peu non conventionnel.

Le premier single, "Seen It All", a été la première preuve de la tendance vers une identité plus accessible. Et même si cela ne m'a pas impressionné au départ, la chanson était prometteuse en ce qui concerne la nouvelle programmation, en particulier dans le cas du chanteur Rauckhorst avec sa forte maîtrise de la mélodie et de la gamme. Bien qu'un peu apprivoisée et répétitive, la chanson était toujours entraînante et satisfaisante. Les tendances radio-amicales se sont poursuivies sur le single suivant, "The Heresy", Jackie prenant désormais les rênes du chant. Encore une fois, l'urgence agressive semblait insuffisante, mais l'exécution directe et mélodique était suffisamment agréable. Bien que je veuille davantage de pizazz, je pensais que la voie radiophonique qu'ils avaient empruntée à ces célibataires était payante, car ils étaient sans aucun doute coincés dans ma tête et montraient de la maturation. Cependant, cette approche n'a pas toujours réussi, comme le montre la piste ringarde et praticable, "Carry On".

Suivre l'autre chemin révèle Tête de champignon permettant une nouvelle expérimentation dans le style et l'écriture de chansons. "What a Shame" apparaît comme un point culminant absolument loufoque. Je me retrouve constamment à revenir sur ce morceau et souhaitant que le reste de l'album soit aussi amusant et captivant. Les voix harmonisées et les rythmes décalés de clavier de carnaval m'ont rappelé un précédent single "Qwerty" et ont prouvé que la dichotomie entre Jmann et Rauckhorst peut être la recette d'un succès innovant. L'élan excentrique se poursuit sur "Pulse", qui étouffe considérablement Faith No More influence dans la seconde moitié. Si vous aimez le Rauckhorst Mike Patton impression, vous apprécierez également l'étrange composition de "11th Hour". La dernière piste non orthodoxe notable à mettre en lumière serait la septième minute plus proche, "Where the End Begins", un hymne long mais climacique.

Bien que les compositions susmentionnées qui se retrouvent dans les catégories accessibles ou expérimentales ont piqué mon intérêt également pour différentes raisons, Une vie merveilleuse détient également malheureusement des morceaux qui sont à égalité avec la qualité moyenne du dernier album Le juste et le papillon. Par exemple, "A Requiem for Tomorrow" et "Madness Within" peuvent être agréables, mais manquent d'une force motrice distincte et mémorable. Je respecte l'utilisation du chœur et la grande énergie dans ces chansons respectivement, mais les fondations pour la plupart simples dans ces morceaux conduisent à un arrière-goût «meh». "I am the One" dépeint également une complaisance moins qu'inspirante pour un groupe sur leur huitième album. La ligne lyrique «Je suis celui que tu aimes détester, je suis celui que tu détestes aimer» est assez cliché et montre une créativité insuffisamment cuite.

Avec une qualité fluctuante tout au long du tracklisting, une chose reste cohérente. Le nouveau chanteur Steve Rauckhorst est un MVP absolu, apportant une vague de nouvelles variétés et gammes mélodiques au groupe. Même les chansons les plus faibles de l'album ont été retouchées une fois que les parties vocales de Rauckhorst ont été intégrées. Quant aux contributions des autres membres, les voix occasionnelles de LaPonza étaient de bon goût et les contributions au clavier de Dr. F et St1tch se sont clairement démarquées. D'un autre côté, le nouveau guitariste Tankx n'a pas vraiment apporté beaucoup de nouveautés à la table, donc j'espère entendre plus de son propre style dans le futur matériel.

Dans l'ensemble, mes sentiments envers cet album sont un peu compliqués. Quand ils empruntent une route expérimentale ou plus accessible, c'est en fait excitant car c'est un territoire inexploré, mais les compositions ne sont pas complètement cohérentes ou étoffées. Et d'un autre côté, il y a aussi des morceaux simples ici qui sont modérément gratifiants, mais qui correspondent à un métal alternatif terne qu'ils ont exposé sur les deux derniers disques. Avec tout cela à l'esprit, je vois Une vie merveilleuse comme étape transitoire pour Tête de champignon car la nouvelle gamme a provoqué une évolution accélérée avec une bonne part de douleurs et d'hésitations croissantes. Néanmoins, la majorité du matériel présenté est assez ambitieux et avec plus de soixante-dix minutes de musique diversifiée, il y aura très probablement plusieurs moments pour satisfaire vos besoins expérimentaux en métal alternatif.

7,5 / 10

Qu'est-ce que tu penses? Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page