Accueil » Critique d’album: Inspirations SAXON

Critique d’album: Inspirations SAXON

Il existe de nombreuses approches différentes que les groupes adoptent en matière de reprises d’albums. Parfois, ce sont de simples compilations de chansons qu’ils ont reprises au fil des ans. D’autres fois, les artistes franchissent les frontières des genres, avec des groupes de métal couvrant la pop, le rock ou d’autres styles. L’une des approches les plus courantes consiste à couvrir des artistes qui étaient des influences, et c’est ce que saxon a fait avec le bien intitulé Inspirations.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Le groupe a adopté une approche à l’ancienne pour enregistrer cet album. Au lieu que tout le monde trace des pistes à divers endroits, Saxon s’est réuni à Brockfield Hall, une maison historique près de York qui remonte au début des années 1800 et possède une grande collection d’art impressionniste. Ils ont joué ensemble, en utilisant des techniques d’enregistrement modernes, mais en utilisant du matériel vintage.

Le leader Biff Byford déclare: «La chaleur et la sensation de Inspirations avait tellement à voir avec le fait d’être ensemble dans cet endroit magnifique et de le faire à la «vieille école». C’est le nombre de groupes à l’époque – y compris certains de ceux dont il est question ici – ont fait d’aussi bons albums, donc ça faisait vraiment du bien de pouvoir faire ça quelque part comme Brockfield Hall.

Musique de Silver Lining

saxon ont fait leurs débuts à la fin des années 70, et Byford a 70 ans, les années 60 et 70 étant l’époque où il a grandi. Il n’est donc pas surprenant que certains des artistes aient couvert sur Inspirations incluent les Beatles, les Rolling Stones, Led Zeppelin, les Kinks, Jimi Hendrix, Black Sabbath et Deep Purple.

L’album s’ouvre avec «Paint It Black» des Stones, suivi par le difficile «Immigrant Song» de Zeppelin, avec Byford étirant sa gamme pour clouer les notes aiguës. Des morceaux comme «Paperback Writer» des Beatles sont en plein dans sa timonerie vocale, et il fait un bon travail en canalisant Ozzy sur «Evil Woman», qui est une reprise d’une reprise (Crow l’a fait à l’origine). Il a relevé le défi d’imiter une grande variété de chanteurs.

saxon garder les arrangements fidèles aux originaux, mais avec une approche plus lourde sur la plupart des chansons. Beaucoup de groupes couverts ont fait leurs débuts bien avant Saxon, mais Mötörhead et AC / DC sont des contemporains, se formant à quelques années d’eux. Ces deux groupes ont des chanteurs au son très distinctif, c’est pourquoi «Bomber» et «Problem Child» sonnent un peu plus doux que les originaux.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Le groupe dont la présence sur l’album est la plus surprenante est Toto, connu pour ses chansons de soft rock grand public comme «Africa» et «Rosanna». Mais Byford a été influencé par le style de guitare de Steve Lukather sur des chansons comme «Hold The Line». C’est le plus différent de l’original, en omettant le piano de la version de Toto et en le gardant lourd et concentré.

Inspirations est l’un de ces albums qui donne l’impression que l’artiste s’est amusé à faire, et cette énergie est contagieuse lorsque vous l’écoutez. Bien que n’étant pas un album essentiel, c’est celui qui saxon les fans devraient apprécier, et ils voudront peut-être approfondir certains des artistes couverts sur l’album.

Revenir en haut de page