Critique d'album: EAVE Phantoms Made Permanent

Le dernier album de Portland Eave rappelle une contradiction intéressante qui se dégage de ce style de black metal.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Souvent appelé métal «atmosphérique» ou «post-noir», cela implique la construction de récits musicaux qui utilisent les outils sonores du black metal de seconde vague, mais les utilisent pour exprimer quelque chose qui ne ressemble pas à l'ensemble Helvete d'autrefois. EaveLe style utilise certainement de nombreux éléments classiques: des voix hurlantes, des riffs choisis par trémolo, beaucoup de tambours fluides, etc. Mais le black metal ne concerne pas seulement les ingrédients. Il y a un sentiment que vous obtenez certains albums. Un sentiment rampant de mal, de malveillance et de menace. Aucun de ces sentiments n'émerge de Fantômes rendus permanents. Au contraire, l'album suscite le désir, le chagrin et l'introspection.

Cela met Eave dans la même tradition sonore que Panoptique, Wodensthrone, Marais, etc., mais avec moins d’accent sur les thèmes naturalistes. Le groupe met l'accent sur les rythmes fluides, comme c'est typique des groupes atmosphériques par rapport aux groupes plus orthodoxes encore influencés par la première vague du black metal. Mais il y a des moments, comme sur la chanson titre, dans lesquels il y a plus d'humeur perturbée, anxieuse. Cela ajoute une force plus proche de la fin dépressive du genre. Pourtant, l'influence est assez légère où je ne les mettrais pas dans la même classe que des groupes comme Tombeau oublié. L'objet de EaveLa mission musicale de ce dernier semble être de susciter chez l 'auditeur une ambiance de réflexion. Réfléchissez à quoi? Eh bien, cela dépend de l'individu, bien sûr, mais il y a un certain nombre de choses auxquelles il vaut la peine de réfléchir: l'ami à qui vous n'avez pas parlé depuis des années, la dernière fois que vous vous êtes senti heureux de l'endroit où vous êtes, cette personne que vous avez dû couper hors de votre vie.

Eave réussit-il à créer une expérience d'écoute convaincante sur cet album? Il y a deux chansons qui représentent les joyaux de la couronne de Fantômes rendus permanents: "A Godless Frame" et "Gait of the Ghost". "A Godless Frame" démarre l'album, et le fait avec un excellent riff mélancolique qui restera dans votre tête pendant des jours. J'aime particulièrement la façon dont le groupe commence avec juste les guitares et construit méthodiquement la batterie et le chant avant de commencer correctement la chanson. La chanson évoque cette image d'un vagabond debout à côté d'une grande cascade, enfoui dans ses pensées (ou au-dessus d'une mer de brouillard… seuls les vrais auront la blague), alors que les flots de guitares s'abattent dans le ravin en contrebas. "Gait of the Ghost" est l'ultime réalisation de l'album, une chanson glorieuse qui rappelle les classiques Ulver et Enslaved, mais avec une voix fraîche. J'aime la façon dont les guitares acoustiques glissent si facilement dans la partie principale de la chanson, de la même manière que sur «793 (sloget Om Lindisfarne)» d'Enslaved.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Une grande partie du reste de l'album est assez décente mais fonctionne mieux comme un album entier, plutôt que comme des morceaux remarquables. Cependant, les fans de post-black et blackgaze apprécieront particulièrement le Des explosions dans le ciel-des guitares originales sur "Mana Descending" et "Ablaze and Unyielding", des chansons qui portent le penchant du groupe pour la catharsis émotionnelle à leur apogée logique.

Résultat: 8/10

Chansons préférées: "A Godless Frame", "Mana Descending" et "Gait of the Ghost"

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page