Critique d'album: COREY TAYLOR CMFT

Corey Taylor. Corey. Motherf $% # ing. Taylor. Enfin, l'homme le plus électrisant du divertissement musical est revenu pour transformer nos culs de bonbons à l'envers, avec son premier album solo très attendu, CMFT. Je sais que tout le monde meurt d'envie de savoir quoi Corey Taylor pense à Corey TaylorPremier album solo de, mais pour l’instant, vous devrez vous contenter de mes pensées. Corey Taylor est trop occupé à botter les culs et à oublier les noms.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Attention aux curmudgeons et aux jabronis: ces chansons sont un sacré bon moment. Si vous n'êtes pas intéressé à vous amuser un peu en soufflant vos tympans, prenez vos boules tombantes et rentrez chez vous. Cet album ne disparaîtra pas de sitôt. Comme un sage nommé Corey Taylor a dit une fois, "CMFT ne peut pas être arrêté!" Chaque moment fort et alléchant de CMFT est extrêmement contagieux. Corey Taylor vit sa meilleure vie, et maintenant, par procuration, vous le pouvez aussi!

Le groupe frappe l'asphalte comme une armée de monstres de vitesse nus sur «HWY 666», un classique de country-metal instantané centré sur un affrontement avec Beelzebub. Ce headbanging dans le sud ne prévaut pas sur l'album, mais l'ambiance et l'attitude restent, avec une bonne dose de rock alternatif des années 90. Sur des chansons comme "Tout le monde meurt le jour de mon anniversaire" et "Samantha’s Gone", Pierre aigreChristian Martucci libère un arsenal de pistes qui élèvent les sourcils qui l'élèvent à CMFT matériel de championnat. Cependant, je ne m'attendrais pas Corey Taylor pour laisser tomber la ceinture de sitôt. Martucci et Zach Throne s'associent pour livrer plusieurs riffs légers de Dimebag qui réussissent à relancer le cœur. Après avoir aspiré à des sons de guitare plus épais et plus punitifs, j'ai vite appris à accepter (et à apprécier) CMFT pour ce que c'est.

Personne ne devrait entrer dans cette fête en s'attendant à entendre Nœud coulant ou Pierre aigre. Si quoi que ce soit, cela ressemble plus au chant anti-Noël de Corey, «X-M @ $», mais sans les cloches sifflantes. Il y a, cependant, des moments délicieusement pervers où les styles vocaux de ses groupes précédents s'insinuent. «Culture Head», une chanson qui attaque avec défi tous les côtés de notre société en ruine, a le métal intégré dans son ADN. Le bassiste Jason Christopher (Dent) canalise vigoureusement l'esprit de Alice enchaînéeMike Starr, tandis que Dustin Robert frappe les toms et les pièges comme un bouffon possédé. Même dans ces sections plus sombres, le but reste de faire basculer le blues à tout prix.

Ce mouvement est mené par le très criable «Meine Lux» et le «Kansas» qui frappe à la cuisse. Tous deux sont de dignes compagnons pour un road trip motivé par des épreuves apparemment impossibles auxquelles seule la musique peut remédier. Corey semble confus et alourdi par l'état du monde, mais refuse de rester silencieux et immobile. Sur "The Maria Fire", il clarifie: "Je ne voudrais pas laisser entendre / Que je suis amer, belliqueux ou simplement bénin / Je cherche simplement des moyens de profiter de la vue." Avec l'étonnamment édifiant, «Tout le monde meurt le jour de mon anniversaire», Taylor encourage ses auditeurs par de courts éclats de sagesse: «Le monde n'est pas un putain de tournoi / choisissez votre propre participation.»

Le groupe CMFT accomplit sa mission indemne tout en puisant dans un réservoir des meilleurs mentors du rock. Le jazz infusé "The Maria Fire" ne serait pas à sa place sur un Pilotes du temple de pierre record, alors que «Halfway Down» est la façon dont Haut ZZ sonnerait s'ils étaient enfermés dans un hangar avec AC DC. Le "Black Eyes Blue" ultra accrocheur porte des teintes des deux Van Halen époques, en maintenant suffisamment de sperme et de crunch pour intéresser le rockeur le plus endurci. CMFT c'est quoi un nouveau Volbeat cet album devrait sonner comme, au lieu du pop-metal déchirant auquel nous avons récemment été soumis.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Ce n’est pas toujours une victoire unilatérale. Taylor et ses partenaires de l'équipe tombent sur le tapis pour un compte de 3 sur "Silverfish", un nombre stagnant avec des paroles bon marché comme, "Personne ne me sauvera, seigneur / Personne ne me sauvera quand je mourrai" et le piano – ballade trempée «Home», qui manque désespérément d'un crochet mémorable. Heureusement, ces moments banals sont rares. Corey termine sagement l'album sur une bonne note avec l'hymne de la fête «CMFT Must Be Stopped» et la folie du thrash crossover comique de «European Tour Bus Bathroom Song». Leurs positions sur le disque sont parfaites car elles n'auraient aucun sens ailleurs.

Basé sur les célibataires, cela aurait pu se passer de différentes manières, l'une étant une catastrophe. Comme beaucoup, je n'ai aucun intérêt pour une résurgence du nu-metal ou du rap-metal, et mon estomac me sentait mal la première fois que j'ai entendu le refrain de «Black Eyes Blue». Les incursions dans les deux genres sont devenues des plaisirs coupables, bien que moins d'embarras vienne du satirique et humoristique «CMFT Must Be Stopped». Il est difficile de détester une chanson aussi stupide, et les couplets Tech N9ne et Bookie enfant n'augmentez que la valeur du divertissement. CMFT prouve une fois pour toutes, aux millions d'auditeurs dans le monde, que Corey Taylor est le champion populaire du rock n ’roll.

Résultat: 8/10

Revenir en haut de page