Chino Moreno de DEFTONES explique comment se battre avec des enfants hardcore a alimenté l'adrénaline

Bien avant que nous ne paniquions tous à propos de nouveaux Deftones, le groupe travaillait sur leur premier album de 1995 Adrénaline. Un album que le chanteur Chino Moreno raconte que The Peer Pleasure Podcast a été alimenté par des combats avec la scène hardcore locale à Sacramento, en Californie.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

Moreno précise qu'il n'a rien contre la scène hardcore, et a déclaré: "Il y avait quelques individus qui n'étaient que des bites ou autre chose, donc je ne devrais pas dire que c'était tout eux, c'était juste quelques bites".

"Je comprends que certaines personnes l'étaient et vous savez, la musique qu'ils font est thérapeutique pour eux pour cette raison, donc je ne dirais jamais rien de négatif à ce sujet. Mais je savais juste que ce n'était pas moi, donc si vous écoutez à notre premier album, vous entendez une chanson comme «Seven Words» ou quelque chose comme ça, vous savez que je suis en colère, je suis un peu en colère contre la société. Je veux dire, c'est peut-être une forme d'intimidation, mais c'est comme quand les gens aiment sorte de ne pas croire en toi et des trucs comme ça peu importe et les gens parlent de merde.

«Je suis passé par ce truc où il y avait beaucoup de groupes, comme vous connaissez certains des autres groupes, en particulier les gamins hardcore et des trucs comme, qui étaient des gamins droits ou autre – si c'est ce que vous faites, c'est génial, peu importe – mais Je me souviens que beaucoup de ces enfants avaient du bœuf avec moi, ils ont essayé de baiser avec moi.

"Ils sont, genre, un peu sur leur coup de pied entier comme n'importe quoi, bla bla, et ce n'était tout simplement pas moi non plus et je ne m'entendais tout simplement pas avec eux. Alors j'ai eu quelques combats. C'était comme un année de ma vie, je me souviens où je faisais beaucoup de bagarres. Et c'était à peu près juste avant notre signature, mais nous étions un peu comme un grand groupe jusqu'à Sacramento. Nous étions bien connus et tous nos concerts , nous les vendions, beaucoup de gens venaient à nos spectacles.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

«Et puis avec ça, il y a eu un peu de réaction et de jalousie de la part de nombreux gamins hardcore qui avaient résisté pendant des années et qui faisaient n'importe quoi, mais nous aussi. Mais nous n'étions pas dans leur clique, nous n'étions pas ' t hardcore. Nous étions nous, nous avons toujours été nous. Et nous ne cadrions pas avec leur agenda, donc nous serions à des fêtes, et les choses aimeraient… J'avais l'habitude de me battre à coups de poing. Et puis un Un jour, j'ai juste décidé que je ne me battrais plus, comme si je devais le faire, mais je me suis juste rendu compte que c'était important.

"Donc, je suppose que cela pourrait être une forme d'intimidation d'une manière ou d'une sorte de dérangement ou autre. Mais revenons à ce que je disais, c'est notre premier album, je pense qu'il y avait beaucoup de cette angoisse et de cette colère. comme tu sais que j'aime te faire foutre, peu importe… Mais après un certain temps, ce genre de chose s'est dissipé et c'est comme pourquoi je ferais de la musique préoccupé par quelqu'un qui va dire quelque chose de négatif?

"Ou simplement baser toutes mes émotions sur ça. Même dans les disques de Deftones maintenant, ce n'est pas comme si c'était de la musique joyeuse à tout moment. Il y a encore un peu de mécontentement et certaines choses là-dedans et des thèmes et des images sombres parsemés là-dedans. Mais ça ça ne peut pas être ça tout le temps, ça ne peut pas être tout le temps, je pense que ça doit être fidèle à la façon dont la musique sonne et la musique est un peu ce qui inspire chaque mot qui sort quand je suis assis par écrit.

"C'est juste comme, 'Comment ces notes me font-elles ressentir?' Je veux dire, je ne me dis pas vraiment ça à moi-même, mais j'écris en quelque sorte au fur et à mesure. Et rétrospectivement, je m'assois et regarde en disant: «Oh…», vous voyez ce que je veux dire? certaines choses vont sortir mais c'est à peu près juste moi qui réagit à la chanson. Les sons de ce que nous faisons.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.

"Je ne dirais pas que c'étaient des gangs en particulier. C'était juste d'autres enfants, ils avaient tous le même âge, donc ils n'étaient que des enfants aussi, mais comme d'autres groupes. Mais leur musique de choix était comme la musique hardcore. Je sais. beaucoup plus à ce sujet (musique hardcore) maintenant qu'à l'époque, par exemple, je ne connaissais pas grand-chose à la musique hardcore. Quand je l'ai entendu, ça ressemblait à de la musique metal pour moi, mais il y avait un message que je suppose, qui c'est génial.

"S'il vous plaît ne vous méprenez pas, comme je déteste la musique hardcore. Mais je dis juste qu'à l'époque où j'étais enfant, je ne le savais pas parce que je n'étais pas dans la même scène qu'eux. Mais je me souviens juste, il y avait quelques individus qui n'étaient que des bites ou autre, donc je ne devrais pas dire que c'était tout eux, c'était juste quelques bites. Et cela proviendrait probablement principalement de ce que nous avons tous fait de la musique depuis que vous savez que nous étions comme de jeunes adolescents et maintenant, comme Madonna signe notre groupe. Donc, ils étaient probablement juste comme, 'Putain ces mecs. Pourquoi attirent-ils l'attention?' "

Deftones Nouvel album Ohms sort le 25 septembre. L'album a été produit par Terry Date (Pantera, Soundgarden) et est disponible en précommande ici.

Publicité. Faites défiler pour continuer la lecture.
Revenir en haut de page