Chanson de la semaine: Haviah Mighty transmet son héritage jamaïcain sur « Obeah »

Song of the Week se décompose et parle de la chanson que nous ne pouvons tout simplement pas sortir de notre tête chaque semaine. Retrouvez ces chansons et plus encore sur notre liste de lecture Spotify Top Songs. Pour nos nouvelles chansons préférées d’artistes émergents, consultez notre liste de lecture Spotify New Sounds. Cette semaine, la rappeuse Haviah Mighty canalise son héritage jamaïcain sur «Obeah».

Le multiculturalisme nous demande de reconnaître et d’embrasser la diversité au sein de nos propres communautés. La plupart d’entre nous essayons de vivre cette idée, reconnaissant que les autres vivent le monde (même la même communauté) différemment de nous et puisent dans différentes sources et traditions pour faire face aux défis quotidiens auxquels nous sommes tous confrontés. C’est le nœud de «Obeah», la dernière chanson de l’artiste hip-hop Haviah Mighty, lauréat du prix Polaris 2019, que notre propre Wren Graves décrit comme «l’une des voix les plus excitantes du hip-hop d’aujourd’hui, tout aussi à l’aise avec les fenêtres baissées bangers et raps conscients hallucinants. Sur «Obeah», Mighty se tourne vers son héritage jamaïcain pour se guider contre le piège de tomber dans la mauvaise foule. Pour ceux d’entre nous qui ne connaissent pas le concept «Obeah», Mighty explique:

«J’ai navigué dans ma vie grâce aux enseignements de mes parents, et l’un de ces enseignements notables est de garder à l’esprit la compagnie que vous gardez et ceux que vous appelez vos amis. Étant d’origine caribéenne, j’ai entendu beaucoup d’histoires tout au long de ma vie sur «  l’homme Obeah  » et la «  femme Obeah  » de la famille et des amis, «  Obeah  » étant une puissance occulte et une religion secrète célébrée qui perturbe le flux naturel des événements par le biais de sorts, spiritualité et pratiques cachées.

«Bien que difficile à définir, c’est une religion de résistance, une croyance que vous pouvez manipuler le vôtre ou celui des autres – souvent utilisé dans le contexte de ces personnes qui sont proches de vous mais qui aspirent à vous nuire par la pensée ou l’action . Cette chanson, utilisant cette référence jamaïcaine, parle directement de l’idée que l’énergie autour de vous peut vous abattre, et que parfois ce sont ceux qui sont les plus proches de vous dont vous devez être conscient. Ce thème est un thème auquel beaucoup peuvent s’identifier à mesure qu’ils grandissent dans les domaines qu’ils ont choisis.

Faites attention à l’entreprise que vous gardez n’est certainement pas une idée unique au patrimoine jamaïcain de Mighty. C’est une leçon que nous devons tous, quelle que soit notre culture, apprendre si nous voulons vraiment être en paix et nous sentir en sécurité dans notre environnement. De cette manière, le multiculturalisme nous rassemble en fait: en soulignant les différentes manières dont nous gérons des dilemmes similaires. Dans «Obeah», Mighty aborde la question, comme l’écrit Wren Graves, «sur un rythme sombre et assourdissant, Mighty crache des dangers lyriques avec une intensité qui frôle la paranoïa. Elle s’approche du crochet avec un patois jamaïcain, rappant: «Regarde mon ami deh / Regarde qui tu gardes près de toi / Ta lueur leur phobie / Certains pourraient venir avec Obeah.

«Le morceau est accompagné d’un clip vidéo réalisé par Jesse Dart», poursuit Graves. «Cela commence avec son père dans la vraie vie, ici crédité comme M. Mighty, l’avertissant de« mauvaise énergie négative »et lui donnant une amulette de protection. Mais le rappeur le met bêtement de côté, s’ouvrant à de sombres machinations. Bien que Mighty ne croie peut-être pas exactement ce que son père fait, elle en vient à comprendre que sa génération et son héritage ne sont pas sans une certaine sagesse qui sonne toujours vraie en 2021. Non seulement « Obeah » frappe-t-il comme peu d’autres titres jusqu’à présent. année, mais l’intérêt de Mighty pour d’où elle vient et ce que cela peut signifier dans sa propre vie est un puits profond d’idées convaincantes. Espérons qu’elle continuera à conjurer la mauvaise énergie tout en embrassant son passé.

–Matt Melis
Directeur de la rédaction


Mentions honorables

Cherry Glazerr – «Big Bang»

Cherry Glazerr est de retour avec une nouvelle chanson intitulée «Big Bang». Pour celui-ci, le groupe de garage-rock de Los Angeles continue d’évoluer dans la direction poppier à laquelle leurs derniers singles ont laissé entendre. « Big Bang » commence par un léchage de guitare acoustique pleureur et une ligne de base mélancolique que Clementine Creevy murmure, mais finalement quelques tourbillons de piano et de cordes se lèvent derrière elle, et la chanson explose dans la grandeur de la pop-rêve. «Je t’appelle encore quand j’ai besoin de m’échapper», raconte Creevy dans un registre en flèche qu’elle n’avait pas encore perfectionné sur les versions précédentes. C’est un morceau vraiment contagieux et magnifiquement fait, et si son prochain album sonne quelque chose comme ça, alors nous allons nous régaler. –Eli Enis

TEKE :: TEKE – «Meikyu»

Le septuor TEKE :: TEKE, basé à Montréal, a annoncé son premier album. Il est intitulé Shirushi, et il doit sortir le 7 mai via Kill Rock Stars. Pour célébrer la nouvelle, ils ont partagé un nouveau single intitulé «Meikyu», une chanson volcanique qui devient de plus en plus puissante au fur et à mesure qu’elle avance. Au fil des tambours tonitruants et de la voix envoûtante de la chanteuse Maya Kuroki, la chanson se transforme d’un mélodrame slinky en une affaire instrumentale complète qui montre les forces collectives du groupe. Le clip vidéo qui l’accompagne, animé par Kuroki et le guitariste Serge Nakauchi-Pelletier, fusionne des séquences de performances en direct avec des dessins, des peintures et des fleurs explosives, faisant ressortir davantage l’ambiance de la chanson. –Nina Corcoran

Francis of Delirium – «Let It All Go»

Le groupe luxembourgeois Francis of Delirium a annoncé son nouvel EP, Patauger. Il sort le 2 avril via Dalliance Recordings et est précédé du premier single «Let It All Go». Sur la chanson, Jana Les paroles de Bahrich se déversent dans un flux intime de conscience. Bien qu’elle soit capable d’une ceinture qui rappelle une partie de la fureur d’Alanis Morissette, elle est également à l’aise pour excès de vitesse, attrapant un état émotionnel frénétique dans un éboulement de syllabes. Pourtant, cette frénésie la conduit d’une falaise – elle crie: «Ton visage, ça touche mon visage», et les guitares tombent sous elle. Avec une grande théâtralité, elle reconstruit la chanson à partir du bas, en commençant par répéter, «Laissez tout aller», et en utilisant, «N’êtes-vous pas fatigué d’être seul?» pour revenir à ses hauteurs précédentes. «Let It All Go» est également accompagné d’une vidéo de claymation trippante réalisée par Bahrich. Il montre des visages en cours de construction, jouant des instruments, puis de nouveau déchirés. –Wren Graves

Ora la molécule – «Créateur»

L’artiste avant-pop norvégienne Ora The Molecule a signé avec Mute Records et a annoncé son premier album, Safari humain. Pour accompagner l’actualité, elle a partagé son premier single élastique, «Creator». Selon un communiqué de presse, le 12 pistes Safari humain a été informée par l’auteur-compositeur Nora Schjelderup qui a profité de l’occasion pour vraiment examiner le monde qui l’entoure. Abordant les thèmes de la communauté et de l’autonomisation, les jams de synthés rythmiques du disque inspirent une sorte de camaraderie instinctive que l’on trouve généralement sur la piste de danse, et «Creator» est une excellente introduction à son monde musical. Mélangeant des éléments de new-wave, disco et avant-pop contemporaine, la chanson est dynamique et fringante, mais aussi astucieuse et légèrement entrouverte à partir d’un air dance-pop simple. Il est également accompagné d’un clip vidéo fantastique, réalisé par Tanmay Chowdhary, qui suit Schjelderup et sa petite sœur précoce se promenant en ville pour se préparer à une apocalypse imminente. -Eli Ennis

Syd – «Missing Out»

Syd est de retour avec une nouvelle chanson solo intitulée «Missing Out». Cela marque sa première sortie en solo depuis son Always Never Home EP, qui a chuté en 2017. Avec une vague sombre de synthés et un rythme lentement croquant, le membre Internet offre la ballade anti-Saint-Valentin parfaite et auto-réalisatrice. «Pour autant que je sache, vous et moi ne pourrions jamais l’être / Parce que nous n’avons pas passé le temps qu’il fallait à essayer de trouver une solution», chante Syd. «J’espère que vous trouverez ce dont vous avez besoin ou ce que vous cherchez car maintenant je suis libre. –Ben Kaye

Liste de lecture des meilleures chansons

Découvrez et abonnez-vous à notre liste de lecture Spotify Top Songs.

Revenir en haut de page