Chanson de la semaine: BROCKHAMPTON et Danny Brown dénoncent les haineux au retour du single « BUZZCUT »

Song of the Week se décompose et parle de la chanson que nous ne pouvons tout simplement pas sortir de notre tête chaque semaine. Retrouvez ces chansons et plus encore sur notre liste de lecture Spotify Top Songs. Pour nos nouvelles chansons préférées d’artistes émergents, consultez notre liste de lecture Spotify New Sounds. Cette semaine, BROCKHAMPTON fait son retour épique avec l’aide de Danny Brown.

«BUZZCUT» marque la première sortie officielle de BROCKHAMPTON, le vaste groupe hip-hop de 13 membres, depuis 2019. Après avoir abandonné une série de chansons à durée limitée tout au long de 2020, le groupe a maintenant fait un retour officiel avec le single affirmé, ainsi que avec l’aide de Danny Brown.

Le courant sous-jacent de la piste est celui de la frustration, se concentrant sur les faux rêves, les haineux et les détracteurs, et la dynamique familiale dysfonctionnelle. Le membre Kevin Abstract dirige le premier couplet et le premier refrain, et des voix de fond supplémentaires sont fournies par le producteur Jabari Manwa. Sur le deuxième couplet, le long métrage de Danny Brown vise spécifiquement les incels et les doxxers qui se cachent derrière les écrans d’ordinateur avant de citer directement les lignes d’un long métrage de Nas sur une chanson de Raekwon de 1995: «Through the lights, camera, action, glamour, glitters and gold / Dépliez le parchemin, plantez des graines pour dévaler le globe.

Le clip vidéo d’accompagnement, un voyage semi-psychédélique à travers un kaléidoscope de visuels du début des années 2000, capture succinctement les sentiments de panique et de claustrophobie exprimés dans la chanson, en particulier dans le refrain palpitant. En plus de leur refus de s’adapter à un moule ressemblant à un acte traditionnel de la musique, BROCKHAMPTON est intéressant en tant que «boy band» autoproclamé et a toujours été clair dans son intention de saper la stigmatisation associée au label. Avec ce morceau, ils continuent à amener l’auditeur à se demander pourquoi un groupe de garçons ne devrait pas être en mesure de couvrir des sujets tels que le système judiciaire brisé, la solitude, la frustration, le racisme ou la peur existentielle. En fin de compte, en tant que boys band, BROCKHAMPTON n’est que cela: un groupe de jeunes hommes, posant les questions qui comptent pour eux, sous la forme d’une musique en constante évolution.

«Dieu merci, tu m’as laissé m’écraser sur ton canapé / Qui est mon Dieu que je prie maintenant?»

–Mary Siroky
Rédacteur collaborateur


Mentions honorables

Amigo the Devil – «Meurtre à la salle de bingo»

L’artiste Dark Americana Amigo the Devil est de retour avec un autre conte effrayant, «Meurtre au Bingo Hall». Le morceau est extrait du deuxième album de l’auteur-compositeur-interprète d’Austin, Né contre, arrivée le 16 avril. Une fois de plus, Amigo le diable assume le rôle d’un conteur sinistre, tissant une histoire ironique d’effusion de sang dans les endroits les plus improbables. Alors que le tempérament du protagoniste paranoïaque jouant au bingo devient de plus en plus féroce à chaque numéro qui passe, la chanson aboutit à une conclusion violente et culminante. Amigo the Devil, alias Danny Kiranos, est devenu l’un des artistes émergents d’Americana grâce à sa marque d’écriture narrative divertissante. Pensez à Marty Robbins Ballades de Gunfighter canalisé à travers le sombre post-modernisme et l’humour noir de Breaking Bad. –Jon Hadusek

noir midi – «John L»

les midi noirs sont de retour. Le groupe de rock expérimental londonien a annoncé que son deuxième album, Cavalcade, arrivera en mai via Rough Trade Records, et aujourd’hui ils partagent son premier single, «John L». La chanson de cinq minutes a le chaos tourbillonnant caractéristique de Black Midi, le tempo capricieux et la prestation vocale bizarre de Geordie Greep. Il comporte également des coups de violon dramatiques fournis par Jerskin Fendrix, des poussées a-mélodiques de piano et un tas de pauses imprévisibles qui donnent l’impression que la chanson est terminée ou que votre ordinateur est en panne – puis le bruit revient. C’est un son particulièrement symphonique. affaire, et son clip tout aussi ambitieux a été chorégraphié par Nina McNeely, qui a travaillé avec des personnalités comme Rihanna et Tove Lo. C’est une visualisation lyrique du conte de la chanson sur un culte égaré qui est dirigé par – eh bien, vous devez le regarder ci-dessus pour le savoir. –Eli Enis

Tresses – « Slayer Moon »

«Slayer Moon» est un son pop-rock mélodramatique avec une guitare menaçante (mais épargnante), des touches aériennes et un enfer d’une performance vocale qui rappelle St. Vincent. Selon Braids, la chanson a été inspirée par un étui de téléphone Sailer Moon qu’ils ont acheté à Tokyo lors d’une tournée au Japon. «En grandissant, j’étais obsédé par Sailor Moon, en particulier par la capacité de transformer comme par magie une fille normale en une Sailor Scout mystique et puissante, prête au combat pour combattre les forces perverses du monde», ont-ils déclaré dans un communiqué. . –Nina Corcoran

Gojira – «Amazonie»

Gojira a dévoilé le single «Amazonia» et le clip qui l’accompagne avant leur nouvel album, Courage, sortie le 30 avril. Le groupe de métal français a une longue histoire de défense de l’activisme environnemental et des droits de l’homme dans ses chansons. «Amazonia» voit à nouveau le groupe écrire sur des sujets délicats, cette fois éclairant «la crise qui affecte l’Amazonie et ses communautés indigènes», selon leur communiqué de presse. La vidéo se joint à un clip de performance animé du groupe avec des images des communautés brésiliennes susmentionnées. L’impressionnante superposition de guitare et les riffs groove du Frontman Joe Duplantier définissent le nouveau morceau, et les atmosphères caractéristiques de Gojira sont également en plein effet. C’est un autre aperçu fort du nouvel album après le morceau principal du LP, «Born for One Thing», et le single surprise de 2020 «Another World» (également sur la tracklist). –Jon Hadusek

UV-TV – «Distant Lullaby»

Maintenant que le printemps est en marche, il n’y a pas de meilleur moment pour écouter UV-TV, un groupe de rock indépendant vivant au cœur du Queens, à New York. Leur musique donne l’impression que vous vous rendez à une fête avec vos meilleurs amis, les fenêtres sont baissées et cette brise d’été parfaitement chaude mais fraîche souffle tout autour. Il est difficile de capturer un tel sentiment nostalgique dans la musique, mais UV-TV réussit à réussir avec leur dernier morceau, «Distant Lullaby». Depuis son crash de batterie d’ouverture, «Distant Lullaby» est un éclat radieux de joie power-pop. Il y a des riffs lâches, des sons de guitare shoegaze, des harmonies vocales réconfortantes et une cloche de vache nichée en arrière-plan. Ce sont les roucoulements vocaux «ba ba ba» qui volent la vedette, mais peut-être que c’est juste parce que ça sonne comme Yo La Tengo couvrant l’un des tubes pop de The Cure à deux reprises. «Distant Lullaby» est le premier single de Toujours quelque chose, Le prochain album studio d’UV-TV. –Nina Corcoran

Liste de lecture des meilleures chansons

Découvrez et abonnez-vous à notre liste de lecture Spotify Top Songs.

Revenir en haut de page