Censor est un regard hallucinatoire sur le phénomène méchant vidéo des années 1980 | Bilan de Sundance 2021

Cet examen fait partie de notre couverture Sundance 2021.

Le pitch: Enid Baines (Niamh Algar) est un censeur de cinéma tendu au passé tragique. Après avoir été mêlée à un scandale de meurtre lié par la presse à un violent film d'horreur qu'elle a monté, Enid devient obsédée par Alice Lee (Sophia La Porta), une actrice qui ressemble de façon frappante à sa sœur disparue, Nina.

Sa poursuite d'Alice conduit Enid dans le monde ténébreux des films d'horreur underground et en compagnie d'hommes douteux comme le producteur smarmy Doug Smart (Michael Smiley) et le réalisateur Frederick North (Adrian Schiller). Alors que la chasse obsessionnelle d'Enid à la vérité s'intensifie, elle commence à perdre la trace de ce qui est réel et de ce qu'est un film alors que sa santé mentale et sa vie sont menacées.

Vidéo méchant: L'aspect le plus intrigant de Censurer C'est ainsi qu'il utilise l'hystérie sur la violence cinématographique au Royaume-Uni comme toile de fond. Censurer se situe au plus fort de l'engouement pour les méchants vidéo des années 1980 en Grande-Bretagne, lorsque le contenu d'horreur importé a été accusé de violence réelle. Pendant cette période, les producteurs et les détaillants ont été condamnés à une amende pour indécence et vente de contenu interdit, et les films d'horreur ont été fortement censurés par les régulateurs gouvernementaux.

Brigade Uptight: Censurer est avant tout une histoire personnelle sur Enid. Le travail d'Enid en tant que censure vidéo est une passerelle vers son obsession, mais il en informe également beaucoup sur son personnage. En tant que survivante d'un traumatisme, Enid a intériorisé sa relation à la violence, mais elle s'infiltre dans son travail «important» autoproclamé censurant les films d'horreur. Malgré le fait que ses collègues la classent comme une prude derrière son dos, Enid a un respect clair pour l’intégrité des films qu’elle tourne; Au début du film, elle préconise des montages qui maintiennent la continuité narrative, alors même que son collègue roule des yeux.

Le script de Fletcher et Bailey-Bond n’offre pas beaucoup d’informations sur la vie personnelle d’Enid, ce qui maintient le personnage à distance. Le public ne sait presque rien de sa vie non professionnelle à part le fait qu'elle passe ses soirées seule à la maison à regarder la télévision et à travailler sur des mots croisés. À un moment donné, Enid rejette les avances de son collègue Perkins (Danny Lee Wynter), bien qu'il ne soit pas clair si elle est vraiment désintéressée ou si son traumatisme l'empêche de développer des relations intimes.

Héroïne gothique: Niamh Algar est au centre de la majorité du film et l'actrice se révèle plus que capable d'ancrer le film. C'est une performance étonnamment silencieuse compte tenu de la destination finale de la narration, mais cela fonctionne parce qu'Algar dénoue lentement et magistralement Enid sous nos yeux.

Les costumes de Saffron Cullane contribuent à véhiculer cet arc. Enid commence littéralement le film comme un censeur étroitement boutonné, avec des cheveux parfaitement positionnés et des chemisiers à col. À la fin du film, cependant, la coquille réservée d’Enid s’est complètement fissurée. Avec sa chemise de nuit blanche éclaboussée de sang et ses longs cheveux détachés, Enid est habillée dans la garde-robe d'une héroïne gothique. C’est un moyen simple mais efficace de mettre en évidence l’évolution d’Enid, de spectateur réservé à participant actif et sanglant.

Giallo Vibes: Le film de Bailey-Bond a été décrit comme ayant une influence giallo, en grande partie grâce à un système d’éclairage qui dépend fortement des rouges et des bleus frappants, en particulier la seconde moitié surréaliste du film. C'est similaire à l'approche adoptée par Yann Gonzalez pour son film de 2019 Couteau + coeur en ce que cela ressemble à un hommage ludique et savant de l'époque.

Censurer fonctionne comme une sorte de fusion entre deux modes de réalisation de films d’horreur populaires dans les années 80: les gialli européens sexy et visuellement provocants et les films d’exploitation / slasher américains à petit budget. La plupart des films censurés présentés dans la teinte du film se rapprochent de cette dernière catégorie, mais alors qu’Enid commence son enquête (et sa descente) sur la filmographie de Frederick North, les vibrations hallucinantes et vibrantes du giallo prennent le dessus.

Commentaire politique: Le dévouement d'Enid à son travail prend un coup lorsque la presse surnommée «The Amnesiac Murderer» commet un crime qui a apparemment été influencé par un film édité par Enid. Cette évolution place Enid au centre du débat sur la responsabilité de la violence à l'écran, Censurer est à son meilleur. Non seulement Enid commence à recevoir des appels téléphoniques menaçants, mais cela l'envoie en spirale dans un territoire inconnu.

C'est le moment dans le film où Enid passe de l'observation passive du contenu d'horreur et en devient un acteur actif: elle développe une fixation sur Alice Lee et, à partir de là, commence son voyage dans le royaume stigmatisé des magasins vidéo obscurs, rendez-vous de fin de nuit et les décors boisés qu'est le monde de Video Nasties.

Climax en sourdine: Alors que la moitié arrière plus surréaliste et méta-textuelle du film confirme que Censurer ne soutient pas l’argument selon lequel la violence fictive engendre la violence réelle, la descente d’Enid dans la dépravation et la folie semble trop familière et prévisible. Visuellement, c'est à ce moment que la capacité de Prano Bailey-Bond à créer des images frappantes et des recréations ludiques de l'esthétique de l'horreur vintage des années 80 prend vie, mais sur le plan narratif, elle ne repousse pas assez les limites. La faible résolution du film est légèrement tempérée par une coda ambiguë et mémorable, mais la résolution globale du voyage d'Enid semble tempérée et légèrement insatisfaisante.

Le verdict: Censurer est un film d’horreur d’époque principalement divertissant sur la descente d’une femme dans la folie, dans le contexte de l’une des périodes les plus tumultueuses de l’histoire du Royaume-Uni. Malgré un design de production saisissant et la solide performance de l'actrice principale Niamh Algar, la familiarité narrative de la seconde moitié et le point culminant retenu ont laissé tomber le film.

Revenir en haut de page