Ce "cas étrange" dans le pays Lovecraft de HBO auquel nous ne pouvons cesser de penser

Avertissement: Cet éditorial traite de scènes de viol et d'agression sexuelle.

HBO Pays de Lovecraft a été une course folle jusqu'à présent. En seulement quatre épisodes, nous avons vu des maisons hantées, des monstres vampiriques et des cultes mystérieux, ainsi que les horreurs du monde réel des lois de Jim Crow et de la suprématie blanche. Le cinquième épisode de la série – «Strange Case» de dimanche dernier – parvient à couronner le tout avec l’une des scènes les plus dérangeantes de la mémoire récente. Dans un twist sur la nouvelle de Robert Louis Stevenson L'étrange cas du Dr Jekyll et de M. Hyde, Ruby (Wunmi Mosaku), une femme noire prend une potion et se réveille dans un corps blanc. Au début, elle est choquée et horrifiée, mais commence à voir la valeur de cette nouvelle «monnaie» de blancheur. La potion finit par disparaître, amenant Ruby à verser violemment sa nouvelle peau en morceaux sanglants.

En tant que son homologue blanche «Hillary» (Jaime Neumann), Ruby prend son emploi de rêve en tant que directrice adjointe dans un grand magasin. Elle rend compte à Paul (David Stanbra), un homme blanc qui note rapidement que Ruby est surqualifié même pour son propre travail. Lors d’une sortie de groupe dans une discothèque, il tente d’agresser Tamara (Sibongile Mlambo), le seul employé noir du magasin. Elle dit clairement non et le mord pour s'échapper. Alors qu'elle s'enfuit, Paul lui lance une insulte raciale dégoûtante. Ruby regarde cela se produire, mais est incapable d'intervenir après avoir terminé une transformation sanglante dans son corps d'origine.

Le lendemain, Ruby propose sa démission sous prétexte de vouloir coucher avec Paul, mais ce qu'elle a en tête est plus vicieux. Elle le séduit, le déshabille, le lie, enroule sa ceinture autour de son cou et lui ordonne de sucer le talon de sa chaussure. Elle le viole alors violemment avec ce talon aiguille, laissant sa rage couler à chaque coup. Pendant l'attaque, la potion commence à s'estomper et elle se transforme à nouveau. Chaque fois qu'elle attaque Paul, une plus grande partie de sa peau fond de son corps en globules sanglants, laissant une flaque de peau blanche et sanglante sur le sol. C’est l’une des scènes les plus choquantes, déclenchantes et cathartiques que j’ai jamais vues.

Ne vous y trompez pas, c'est un viol. Paul est brutalement agressé et j’ai été à la fois perturbé et en conflit à ce sujet depuis le premier visionnage. Je suis un survivant d’agression sexuelle et j’ai fait face à ma part de rage tout au long de mon rétablissement. Mon agresseur est finalement allé en prison pour avoir agressé quelqu'un d'autre, et un ami m'a demandé si cela me faisait me sentir mieux en sachant qu'il était probablement violé là-bas. J’ai réfléchi à cette question à plusieurs reprises au fil des ans, et ma réponse est toujours non. Je ne souhaiterais jamais cela à personne d'autre. Mais damné si ça ne fait pas du bien de voir ici.

Selon les codes moraux logiques, ce que Ruby fait à Paul est faux. Mais cela se sent mérité car nous savons qu'il ne fera jamais face à d'autres conséquences. Il envisage de renvoyer Tamara et continuera d’agresser les femmes car il sait qu’il peut s’en tirer. Lorsque la justice n'est pas disponible, on a parfois l'impression que la seule option est la vengeance. Ruby n'est pas une victime, mais elle devient une justicière exigeant cette justice absente pour chaque victime qui ne verra jamais punir la personne qui les a agressées. C'est à la fois problématique et extrêmement cathartique.

Le viol est physiquement dommageable, mais les dommages psychologiques proviennent principalement de la perte de votre pouvoir; perdre le contrôle de ce qui arrive à votre corps. C’est terrifiant et humiliant et presque impossible à expliquer à quiconque ne l’a pas vécu. C'est pourquoi la justice est souvent si creuse. La vraie justice verrait les violeurs comprendre pleinement la douleur émotionnelle qu'ils ont causée, ainsi que la douleur physique, mais malheureusement beaucoup ne le feront jamais. Nous voyons cette compréhension chez Paul. Le regard dans ses yeux alors qu'il essaie de donner un sens à ce qui se passe, se demande combien de temps cela va durer, et la panique à l'idée de perdre le contrôle nous dit qu'il souffre également mentalement et permet aux survivants de ressentir par procuration la vengeance qu'ils vont probablement ne jamais entrer dans la réalité.

En tant que femme noire, Ruby vengeait également le racisme et l'oppression qui permettent à Paul de s'attaquer à Tamara. Quand elle a terminé, elle marche sur sa poitrine avec le même talon et utilise la propre insulte raciale de Paul contre lui pour révéler sa véritable identité. Elle ne vengeait pas seulement les victimes d'agression sexuelle, mais aussi les victimes d'oppression raciste. Elle fait appel à la rage silencieuse de générations de femmes et d’hommes noirs dont le pouvoir a été volé par des hommes comme Paul et lui donne une voix.

Chaque fois que nous corrigeons un déséquilibre des pouvoirs, il y a une tendance à la vengeance. Il est tentant de vouloir regagner ce pouvoir en le prenant à quelqu'un d'autre. Je ne juge pas les actions de Ruby parce que je sais à quel point le besoin de se déchaîner dans la rage peut être ressenti. Mais ce genre de pouvoir ne masque la douleur que pendant une courte période. Maintenir ce sentiment de satisfaction nécessite de s'accrocher à la douleur et à la peur de quelqu'un d'autre, ce qui ne fait qu'ajouter de la toxicité à nos propres vies. Cependant, lorsque la justice n'est pas disponible, cela fait mieux que rien.

L’aspect le plus cathartique de cette scène est la métamorphose de Ruby. En exhalant sa rage, elle se transforme littéralement en quelqu'un qui est autorisé à laisser sa colère se manifester. Après avoir été forcée de se soumettre aux hommes blancs pendant toute une vie, elle est enfin capable d'exprimer ses vrais sentiments. Ruby ne se contente pas de perdre sa peau, elle arrache la coquille dans laquelle elle a été forcée de se cacher de peur d'attirer l'attention. Sa peau fond comme la rage qui sort de ses pores. Quand elle a fini, elle est dans un foutu bordel, mais elle est pleinement elle-même.

Lorsque nous racontons nos histoires, nous révélons une facette de nous-mêmes qui n'est pas conçue pour plaire à un monde exigeant la perfection féminine. Il est encourageant de laisser transparaître cette douleur et cette rage, même si le monde peut la trouver horrible. Mais c’est le monde qui devrait changer, pas nous. Je porterai un jugement moral sur les actions de Ruby après nous commençons à tenir les racistes, les violeurs et ceux qui leur permettent de rendre des comptes sur les leurs. Pas avant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page